07/04/2014 15:56

Morandini Zap: Il fait du chantage à un responsable d'un chantier pour qu'il recrute des jeunes issus des cités

Hier, M6 proposait le magazine "66 minutes", présenté par Xavier de Moulins. L'un des sujets était intitulé "Vols, agressions, racket : chantiers en danger".

Les caméras ont rencontré des ouvriers et des responsables de chantiers qui sont harcelés par des habitants de cités avoisinantes.

L'un d'entre eux a choisi de faire du chantage afin qu'un responsable de chantier recrute des jeunes issus des cités. "Sérieux, vous venez ici, vous travaillez chez nous. On ne travaille pas. Et, en plus, vous nous prenez pour des cons. Alors ça, c'est le monde à l'envers. Il n'y a personne des cités. Il y a que des Portugais et des Noirs", lâche-t-il.

Après s'en être pris au responsable du chantier, le jeune a énuméré ses moyens d'intimidation devant les ouvriers. "On peut bloquer les chantiers intelligemment. Il y a le froid qui arrive, on peut bloquer les baraques et les gens ne peuvent pas se changer. On peut couper l'électricité... Il y a des intimidations devant les écoles, devant les enfants", explique le jeune.

Et d'ajouter : "C'est soit il paie maintenant une amende de 15.000 euros par mois. Ou il me fait travailler dix jeunes des cités".

Regardez

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de onparlecashici
8/avril/2014 - 12h59

Quand un gars comme lui menace de s'en prendre à des enfants (entre autres), il n'y a pas 36 solutions.

Lui coller une balle dans la tête.

Il ne comprendra jamais autre chose de toute façon.

Portrait de Miss Toulouse

Ce reportage m'a choqué. C'est hallucinant le comportement de ces personnes.

Portrait de lechene
7/avril/2014 - 17h37

malheureusement il n'y a pas que Marseille. connu cela il y a une dizaine d'année à villeneuve saint georges. pour avoir la paix le patron en a embauché 2 de la cité. ils arrivaient en retard quant ils étaient présents. de là a démarré des vols de matériaux et de carburant, des bagarres avec les ouvriers qui en avait marre de les voir glander et après une réflexion pour un retard de trop = ils ont mis le feu aux deux engins qui étaient sur place. pour finir le patron a fermé le chantier, a demandé à la ville de sécuriser le chantier