28/02/2014 17:25

Le SNJ de France Télévisions en colère après les propos "sexistes, graveleux et dégradants" tenus lors des JO

Le SNJ de France Télévisions pousse un group de gueule après des propos jugés "sexistes, graveleux et dégradants", tenus lors des Jeux Olympiques de Sotchi.

Dans un communiqué de presse intitulé "France Télévisions : « Femmes, en arrière toutes ! »", le syndicat affirme que "Le respect des femmes à France Télévisions est vraiment à géométrie variable. Quant il s'agit de communiquer sur la journée de la femme le 8 mars, la direction de l'entreprise est très fière d'annoncer un programme « En avant toutes ! » pour « mettre les femmes à la une » pendant une semaine entière. Quel honneur !"

Et de lâcher: "Mais quand il s'agit de blâmer voire sanctionner des propos sexistes, graveleux et dégradants prononcés sur nos antennes par certains commentateurs sportifs ou consultants pendant les JO de Sochi, la direction est sur le mode « En arrière tous ! »."

Mais surtout, le SNJ regrette que "ces propos sont minimisés voire cautionnés par le directeur des sports qui évoque dans les médias « des plaisanteries ou des excès d'enthousiasme »."

Avant d'illustrer ses accusations par un exemple: "le 22 janvier dernier sur France 2 dans « L’émission pour tous », plusieurs chroniqueurs ont tenu des propos ouvertement misogynes portant sur le football féminin. Le CSA, qui ne manque jamais une occasion de réprimander le Service public, a trouvé là une excellente raison de le faire encourager par l’attitude laxiste de France Télévisions."

Le SNJ estime que "Ces dérapages ternissent l'image de notre entreprise et de nos chaines au moment où un nouvel accord d'égalité professionnelle est négocié. Un accord qui prévoit notamment le renforcement de la présence des femmes sur nos antennes et du respect qui leur est naturellement du. "

Dans son communiqué de presse, le syndicat confie s'inquiéter "fortement du double langage de la direction qui, devant les instances et les élus, déplore tout propos à caractère sexiste ou discriminatoire mais qui, en public, se garde bien de condamner ces dérapages verbaux. "

Et de conclure: "La négociation de l’accord égalité professionnelle hommes femmes entre dans sa phase finale, comment dans ces conditions envisager de le signer si le niveau minimal de respect des femmes n'est pas garanti dans France Télévisions ?"

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de shansa
28/février/2014 - 19h44

En ce moment la vie n'est pas très drôle : chomage, impôts, baisse du pouvoir d'achat,  etc...etc...  Rire ou sourire reste une joie gratuite  Il ne faut pas nous l'enlever