03/09/2013 14:49

Les cyclistes français du Tour de France vivent en moyenne 6 ans de plus, selon des chercheurs

Les cyclistes français du Tour de France vivent en moyenne 6 ans de plus que le commun des mortels du pays, malgré les affaires de dopage et les décès dramatiquement prématurés de Tom Simpson, Marco Pantani ou Laurent Fignon, affirment des chercheurs français.

Ces surprenants résultats sont issus d'une étude de longévité présentée mardi au congrès de la Société européenne de cardiologie qui se tient à Amsterdam jusqu'à mercredi, portant sur tous les (786) cyclistes français engagés dans le Tour depuis sa reprise en 1947 après la fin de la dernière guerre mondiale.

Sur la période étudiée (1947-2012) "la mortalité (toutes causes) de ces sportifs de haut niveau est de 41% plus faible que celle des autres hommes vivant en France", dit à l'AFP le Pr Jean-François Toussaint de l'IRMES (Institut de recherche médicale sur le sport) qui a réalisé l'étude avec Eloi Marijon (Inserm) et Grégoire Rey (Inserm-CépiDC).

"On s'est également penchés sur le dopage au cours du temps et là aussi, il n'y a aucune différence de mortalité", ajoute-t-il, "même si pour la période la plus récente, au début des années 90, celle de l'entrée massive de l'EPO et de l'hormone de croissance, qui a débouché sur l'affaire Festina et les aveux de Lance Armstrong, il n'y a pas assez de recul sur le long terme".

"Pour l'instant, il n'y a pas d'impact mesurable" sur la dernière génération d'athlètes, "d'où la nécessité de poursuivre de l'étude".

Les Français représentent 30% de tous les engagés dans le Tour, qui en ont au moins terminé un.

Quelque 208 cyclistes (26% du total) étaient décédés au 1er septembre 2012, dont près des deux tiers de cause cancéreuse ou cardiovasculaire, notent les chercheurs, précisant que la totalité des causes de mortalité est accessible depuis 1968.

Les mortalité spécifiques, par cancer (inférieure de 44%), de cause respiratoire (inférieure de 72%) ou cardio-vasculaire (inférieure de 33%) sont également réduites.

Au total, la durée de vie de ces cyclistes est en moyenne de 6,3 ans de plus que celle de la population générale masculine.

prédispositions

"Cette augmentation de la durée de vie est valable pour toutes les tranches d'âge, sauf pour les moins de 30 ans qui ont la même mortalité que la population générale", en raison des risques traumatiques (accidents, chutes...) notamment, indique le Pr Toussaint.

Il s'agit toutefois d'une sélection d'une élite d'athlètes en bonne santé.

Des explications sont à rechercher du côté des prédispositions en particulier génétiques, des relations désormais bien établies entre performance physique et durée de vie, des avantages sociétaux que les coureurs ont pu retirer par la suite ainsi que des modes de vie sains qu'ils ont pu maintenir après leur carrière. Ainsi, nombre d’entre eux poursuivent une pratique sportive longtemps après leur activité professionnelle et très peu fument.

Les effets potentiels du dopage ont été analysés par la mesure des taux de mortalité sur trois périodes. Des années 1950-1960 (époque des amphétamines) aux années 1970-1980 (stéroïdes anabolisants), le taux de mortalité n’a pas changé.

Et malgré les nouvelles modalités de dopage des vingt dernières années (recours fréquent à l’EPO et aux hormones de croissance, de 1991 à nos jours), la longévité des athlètes français ne s’est pas non plus réduite récemment, même si, soulignent les chercheurs, il n'est pas encore possible d'estimer la longévité à long terme des athlètes de cette dernière période.

Reste désormais à réaliser une comparaison avec les équipiers d'autres nations, estime le Pr Toussaint.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lucidia
3/septembre/2013 - 20h59

Les cyclistes sont des hommes très courageux, loin de footballeurs qui trainent ou s'arrêtent  après une action.

Un cycliste tombe s'il ne s'arrête pas de pédaler........smileysmileysmiley

Portrait de the one
3/septembre/2013 - 19h47 - depuis l'application mobile
ptiphilou02 a écrit :

allez dire ca a la femme de laurent fignon ! le pauvre ...

Rien à voir Fignon. C'était un cancer.

Portrait de the one
3/septembre/2013 - 19h44 - depuis l'application mobile
Kevinzi a écrit :

Hé ! Je ne sais pas qui est le modérateur de cette apli mais elle est ou la liberté d'expression ? Supprimer mes commentaires sans raison ? Juste parce que je dit tout haut ce que les autres pensent tout bas ? Même pas les couilles de me répondre morandinni ? Bref je m'en fou après tout.

Les couilles de Armstrong? Non, je rigole!

Portrait de the one
3/septembre/2013 - 16h51

On pourrait fare la même étude avec les papys du rock, Mick Jagger en tête, et on aurait les mêmes résultats. Conclusion, arrêtons de prendre les gens pour des cons et vive la liberté.