14/04/2013 09:24

Audiences: A 22h25, le téléfilm de France 3 plonge à moins de 5% de parts de marché !

Un bide... Difficile de qualifier autrement l'audience du téléfilm de France 3 diffusé hier soir en deuxième partie de soirée à 22h25.

L'histoire de Perrot est un adolescent de 13 ans, discret et renfermé, qui vit seul avec son père depuis le décès de sa mère, survenu dix ans plus tôt.

Un jour, Pierrot est témoin d'une humiliation ordinaire infligée à son père, qui travaille comme agent de propreté, sur la voie publique.

Profondément marqué par ce dramatique épisode, il sombre progressivement dans la folie et adopte des comportements violents.

Le téléfilm n'a attiré que 724.000 téléspectateurs soit 4,&% de part de marché...

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de eliot1986
14/avril/2013 - 11h51

Je rejoins Paul Emploi : j'ai vu le téléfilm "Mon ami Pierrot", d'abords d'un oeil distrait puis ensuite, captivé par le propos, je suis rentré totalement dans l'histoire. Il est vrai que le sujet n'est pas joyeux, ce qui peut expliquer la mauvaise audience un samedi soir... Je n'attendais d'ailleurs pas grand chose car le téléfilm qui précédait était vraiment mauvais. Celui-ci était incroyablement interprété : tous les acteurs étaient justes et émouvants, que  ce soit le père ou son fils, la prof de français, les camarades... de solides comédiens. Le scénario n'était pas en reste, très bien écrit, avec des petites perles de sensibilité ; la réalisation soignée pour un téléfilm, avec une certaine inspiration. C'est le genre de production qui me réconcillie avec le service public... "Mon ami Pierrot" aurait du être programmé en première partie de soirée, plutôt que la daube d'avant. C'est le genre de film qui permet d'en apprendre un peu plus sur l'Humain, et ça fait du bien. Même un samedi soir. Du coup, j'ai zappé Ruquier. Et pour une fois, je me suis couché plus intelligent. smiley

Portrait de perline
14/avril/2013 - 10h02

Ce devait être un bon film, mais soncèrement, je n'ai pas eu envie de violence, encore et encore, même si c'était une histoire qui explique pourquoi il en arrive là...