01/12/2012 13:29

Washington exhorte le Tadjikistan à débloquer l'accès aux sites des médias et à Facebook

Les Etats-Unis ont exhorté samedi le Tadjikistan à débloquer l'accès aux sites internet des médias et à Facebook, après qu'une antenne locale d'une radio à financement américain a également été frappée par cette interdiction.

L'ambassade des Etats-Unis à Douchambé, s'est dite "préoccupée par cette décision prise par l'Autorité de régulation des télécommunications du Tadjikistan, de bloquer l'accès à Facebook, à Radio Ozodi et autres sites de médias", dans un commmuniqué.

Radio Ozodi, le service tadjik de Radio Liberty a confirmé à l'AFP que les fournisseurs d'accès à internet avaient bloqué leur site, très fréquenté.

"Les Etats-Unis considèrent que le droit des individus à s'exprimer librement est universel, quel que soit l'endroit où il est exercé" précise l'Ambassade avant d'ajouter : "Nous exhortons le gouvernement du Tadjikistan à respecter ce droit, à en lever toute restriction" et à débloquer les sites.

"Il s'agit d'une censure pure et simple", a déclaré Steven Korn, le directeur de Radio Free Europe/Radio Liberty.

"Plusieurs fournisseurs d'accès à internet au Tadjikistan ont indiqué à Radio Ozodi qu'ils avaient reçu jeudi des sms de l'Autorité de régulation, les sommant de bloquer l'accès à Ozodi" a-t-il ajouté.

"Plusieurs autres sites médias, dont des portails d'information régionaux, ont été bloqués pendant des mois dans ce pays, comme Fergana.ru et Centrasia.ru. Le site internet de l'agence publique russe RIA Novosti a subi le même sort.

Environ 40.000 personnes utilisent Facebook dans ce pays. Le gouvernement a justifié ce blocage, arguant que des citoyens se sentant offensés par des "insultes" et "mensonges" publiés sur ce réseau social, en avaient fait la demande.

L'Autorité de régulation a indiqué que l'accès serait débloqué une fois les problèmes techniques résolus.

Le Tadjikistan, ancienne République soviétique d'Asie centrale, est dirigée d'une main de fer par le président Emomali Rakhmon depuis 20 ans. Une élection présidentielle est prévue l'année prochaine, et de nombreux observateurs redoutent que le contrôle de l'internet se renforce dans les mois à venir.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ridley
3/décembre/2012 - 03h33

Il y a du boulot avec eux