26/11/2012 09:33

Nice: Plainte du chef d'un mouvement identitaire contre un journaliste de France 2

Philippe Vardon, chef de file de Nissa Rebela, un mouvement identitaire niçois, a affirmé avoir porté plainte pour diffamation cette semaine contre un journaliste de France 2, lui reprochant un montage partial dans un reportage où on le voyait être pris à partie devant une mosquée de Nice.

Le responsable affirme avoir été "violemment pris à partie par un groupe d'une trentaine de personnes" alors qu'il donnait, le 1er novembre, "un entretien à une équipe de l'émission +Complément d'enquête+ dans le cadre d'un reportage sur les identitaires", selon un communiqué.

"Entre insultes et propos antisémites, nous avions été contraints de partir sous la pression de ce rassemblement hétéroclite", parmi lequel se trouvaient "des musulmans sortant de la mosquée", ajoute Philippe Vardon.

Il dénonce le fait que ce passage ait été "tronqué" dans le reportage "La nouvelle bataille de Poitiers", diffusé le 22 novembre, et qu'il ait été accompagné de "commentaires mensongers de la part du journaliste Olivier Sibille". "J'ai donc décidé de le poursuivre en diffamation publique", conclut-il.

Olivier Sibille n'était pas joignable dans l'immédiat.

Le présentateur de "Complément d'enquête", Benoît Duquesne, a pour sa part affirmé à l'AFP "ne pas savoir de quoi se plaint" Philippe Vardon. "Olivier Sibille a donné dans son reportage, me semble-t-il, une vision assez conforme de ce à quoi il a assisté. Par contre, dans le communiqué publié après l'algarade et dont on fait état dans le reportage, M. Vardon en donne, lui, une description plutôt apocalyptique !", a estimé M. Duquesne.

"Maintenant, qu'il ne soit pas content des coupes qu'on a faites, il en a le droit. Mais de là à porter plainte...", a-t-il ajouté.

Philippe Vardon a affirmé qu'il avait également porté plainte vendredi contre deux de ses agresseurs présumés. Il a indiqué cependant qu'il retirerait celle concernant le journaliste si celui-ci "diffusait publiquement l'intégralité des incidents survenus devant la mosquée".

M. Vardon, 32 ans, a récemment fait parler de lui, étant sous le coup d'une citation à comparaître pour violences présumées à l'égard d'un responsable local du Front national de la jeunesse.

Nissa Rebela avait défrayé la chronique en 2005 en organisant des distributions pour les plus démunis de soupe au cochon, qui excluaient de fait les personnes de confession musulmane et juive, et, en août 2011, en rebaptisant des rues avec des affichettes à caractère islamophobe, près de cette même petite mosquée.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ridley
27/novembre/2012 - 02h30
Lola- a écrit :

Un transfuge de l'Aube Dorée ?

:X

smiley 

Portrait de Ridley
27/novembre/2012 - 00h01

Il fait peur sur la photo smiley