26/02/2008 09:18

Le Parisien: Les excuses de Sarkozy ont été ajoutées VIDEO

L'esquisse de mea culpa présidentiel après les insultes du Salon de l'agriculture a été insérée par l'Elysée dans l'entretien que publie mardi Le Parisien, a déclaré mardi Dominique de Montvalon, directeur de la rédaction du quotidien, interrogé sur Canal+.

"J'aurais mieux fait de ne pas lui répondre", explique Nicolas Sarkozy dans cet interview, qui a été "amendée et corrigée" et transmise au journal lundi en fin de soirée par l'Elysée.

"Cette phrase n'a pas été prononcée" devant le panel de lecteurs du Parisien qui a interrogé le chef de l'Etat, a expliqué Dominique de Montvalon. "Ils retrouvent dans le journal quelque chose que le président n'a pas dit, qu'ils n'ont pas entendu."

Selon l'Elysée, interrogé mardi par Reuters, "Nicolas Sarkozy ne l'a peut-être pas dit sous cette forme-là" et "cela a été remis en forme à la relecture". On insiste, de même source, sur un "état d'esprit" concordant avec les propos publiés.

Lundi soir, "nous étions quasiment en dehors des délais de bouclage" quand la nouvelle version est arrivée au journal, a précisé Dominique de Montvalon pour expliquer la publication in extenso. La rédaction en chef a un temps envisagé de ne pas publier le texte ou de publier "en parallèle" les deux versions, sur papier et sur le site internet du journal.

Il est parfois difficile de "savoir choisir entre deux solutions dont aucune n'est excellente", a-t-il fait valoir. Dominique de Montvalon a précisé que le rendez-vous à l'Elysée avait été pris la semaine dernière, soit avant la visite au Salon de l'agriculture, où Nicolas Sarkozy a insulté un visiteur qui refusait de lui serrer la main, lui disant "Casse-toi alors ! Pauvre con !".

"Il est difficile, même quand on est président de ne pas répondre à une insulte. J'ai sans doute mes qualités et mes défauts", a dit le chef de l'Etat lundi aux lecteurs du Parisien, selon des propos retranscrits dans le journal.

"Ce n'est pas parce qu'on est président qu'on devient quelqu'un sur lequel on peut s'essuyer les pieds", formait le reste de la réponse initiale. La phrase "Cela étant, j'aurais mieux fait de ne pas lui répondre" a été ajoutée, selon Dominique de Montvalon.

"Entre la version finale que nous publions, qui est arrivée hier soir au-delà de 23h00, et les propos (du matin) il y a au minimum un écart", a constaté Dominique de Montvalon.

"On ne sait pas si on doit dire (qu'il y a eu) une prise de conscience que la situation née de la vidéo appelait de la part du président une forme plus nette d'excuse ou de regret mais effectivement ce n'est pas les propos tenus", a-t-il ajouté.

Le directeur de la rédaction a précisé que Le Parisien publierait mercredi la version non amendée de l'entretien, qui s'est déroulé lundi matin à l'Elysée. Dominique de Montvalon a précisé que le rendez-vous à l'Elysée avait été pris la semaine dernière, bien avant la visite au Salon de l'agriculture, où Nicolas Sarkozy a insulté un visiteur qui refusait de lui serrer la main.

"Il est difficile, même quand on est président de ne pas répondre à une insulte. J'ai sans doute mes qualités et mes défauts", a-t-il répondu lundi, des propos retranscrits dans Le Parisien.

"Ce n'est pas parce qu'on est président qu'on devient quelqu'un sur lequel on peut s'essuyer les pieds", formait le reste de la réponse initiale. La phrase "Cela étant, j'aurais mieux fait de ne pas lui répondre" a été ajoutée, selon Dominique de Montvalon.


Ecoutez Dominique de Montvalon ce matin sur Canal +

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de scoopy girl2
26/février/2008 - 15h59

Même au 10eme degré je la trouve limite .....

Portrait de Patoucha
26/février/2008 - 15h58

mardi 26 février 2008

J-MM: D'ou avez-vous repêché :""Ce n'est pas parce qu'on est président qu'on devient quelqu'un sur lequel on peut s'essuyer les pieds", formait le reste de la réponse initiale." ????

Moi aussi j'ai mes infos, et c'est du sérieux :d

Nicolas Sarkozy regretterait son insulte
26.02.2008 12:59
Nicolas Sarkozy est blessé par la réaction de certains médias. [Reuters]
«Le Parisien» a transmis mardi le regret du président français Nicolas Sarkozy à propos de l'altercation qui a opposé celui-ci à un visiteur du Salon de l'agriculture samedi. Finalement, le remords aurait été ajouté par l'Elysée après l'entretien original.
«Il est difficile même quand on est président de ne pas répondre à une insulte, j'ai sans doute les défauts de mes qualités. Cela étant, j'aurais mieux fait de ne pas lui répondre», pouvait-on lire mardi dans un entretien de Nicolas Sarkozy publié par "Le Parisien".
Le désormais célèbre "Casse toi pauvre con" que Nicolas Sarkozy a lancé dimanche à un homme qui l'avait insulté au Salon de l'Agriculture, a provoqué une vive polémique en France. L'opposition tire à boulets rouges contre le président, accusé notamment de ne pas savoir garder ses nerfs et d'abaisser la fonction présidentielle. La vidéo de l'incident, placée sur les sites de partage Youtube et Dailymotion, a été visionnée près de deux millions de fois.
Pas prononcé devant les lecteurs
La phrase de Nicolas Sarkozy: "j'aurais mieux fait de ne pas lui répondre", n'a "pas été prononcée devant nos lecteurs" qui ont rencontré le président dans la matinée à l'Elysée pour un "Face aux lecteurs", a expliqué le directeur adjoint de la rédaction du quotidien "Le Parisien" Jean-Baptiste de Montvalon sur la chaîne Canal Plus.

La phrase de regret a été ajoutée par l'Elysée tardivement lundi soir, lorsque celui-ci a relu, comme c'est l'habitude en France, l'entretien original, a expliqué J-B. de Montvalon. Le fait que les lecteurs qui ont rencontré Nicolas Sarkozy "retrouvent dans le journal quelque chose qu'ils n'ont pas entendu" pose "quand même problème, et on s'en expliquera demain à l'intention de nos lecteurs", a-t-il ajouté.
Victime d'une provocation
Selon le directeur adjoint de la rédaction du quotidien, qui a assisté à l'entretien à l'Elysée entre Nicolas Sarkozy et les lecteurs, le président "n'avait pas exprimé le moindre regret" dans la matinée. "En substance", le président "a exprimé qu'il a été victime d'une véritable provocation", exprimant l'idée que "quand on le cherche, on le trouve", a expliqué J-B. de Montvalon.

"Je pense que les choses ont mûri, on va dire ça gentiment, au cours de l'après-midi et en soirée à l'Elysée, en se disant qu'il fallait quand même aller jusqu'à exprimer des regrets", a-t-il estimé.
Hyperactivité justifiée
«Ma conception du rôle de chef de l'Etat, ce n'est pas de cultiver la sympathie, d'être le copain qu'on rêverait d'avoir», a indiqué le président à travers le quotidien. Il a toutefois admis qu'il était parfois touché par certains mots: «Quand le journal 'Marianne' titre en couverture 'Sarkozy est il fou'. Cela me blesse».

Nicolas Sarkozy justifie l'hyperactivité qui lui est parfois reprochée, «un devoir» selon lui. «Si le président ne s'engage pas, ça ne bouge pas», a-t-il dit, «si je ne tape pas du poing sur la table, si je n'exige pas des résultats, il ne se passe rien».

Portrait de poildur
26/février/2008 - 15h57

merci coluche

Portrait de cecilefolle
26/février/2008 - 15h57

oui je sais mais faut le prendre au 5ième degré!!!

Portrait de scoopy girl2
26/février/2008 - 15h56

@ Cécilefolle
la deuxième blague (sur l'embrayage) bof bof, voire même extrêmement limite .....

Portrait de poildur
26/février/2008 - 15h54

excélent

Portrait de cecilefolle
26/février/2008 - 15h53

bon allez une autre spéciale jeanbonot:

Alors c'est Delanoë qui vient voir Nicolas Sarkozy donc il rentre dans son bureau mais tout d'un coup le président lui dit:
"casse toi éspèce d'embrayage"
Alors il s'en va et se demande:
"mais pourquoi est ce qu'il m'a traité d'embrayage"
Alors il regarde dans le dictionnaire à embrayage et il voit:
"embrayage:n.m pédale de gauche."

:lol: :lol: :lol:

Portrait de poildur
26/février/2008 - 15h52

tiens j'ai trouvé un artcle favorable à blingbling c'est dans le journal de mickey,mais je me suis ennuyé pas un seul gros mot

Portrait de magaeli
26/février/2008 - 15h52

La gauche est Moooooorte ...lalala..lalala... :mrgreen:

C'est quand qu'on l'enterre ?:p

Portrait de COMA Tina
26/février/2008 - 15h51

:idea: bravo pour l'objectivité.................

Portrait de cecilefolle
26/février/2008 - 15h51

c'est l'heure de la bague:

C'est un jeune homme qui fait de l'auto-stop sur la Nationale 7. Une Mercedes 500 SL s'arrête. Le conducteur est en smoking, avec des lunettes noires et il fume un gros Havane.
- Avant que vous ne montiez dans ma voiture, lui dit-il, il faut que vous me disiez si vous êtes de droite ou de gauche en politique.Le jeune auto-stoppeur un peu naïf répond : - Je suis de gauche, monsieur.
Et le type à la Mercedes lui répond en fermant la portière et en mettant les bouts :
- Dommage pour vous !
Quelques minutes plus tard, une BMW 840i s'arrête et il se passe exactement la même chose, à croire que tous les automobilistes se sont donnés le mot : Le conducteur demande au jeune auto-stoppeur de quel bord politique il est.
Le jeune gars répond encore qu'il est de gauche.
Comme pour la première fois, le type à la BMW démarre en laissant le jeune sur la route. - C'est débile, se dit l'auto-stoppeur, la prochaine bagnole qui s'arrête, je lui dirai que je suis de droite et puis basta !
Quelques minutes après cette sage réflexion, une Porsche 911 s'arrête. Le conducteur est une conductrice, c'est même une blonde splendide, encore mieux carrossée que sa voiture. La blonde, comme les deux conducteurs précédents, lui demande de quel bord politique il est.
Laissant son amour-propre de côté, le jeune auto-stoppeur répond qu'il est de droite. La fille l'invite alors à monter, ce qu'il fait.
Il remarque vite que la fille porte une mini-jupe ultra courte, et qu'au moindre passage de vitesse, à la moindre accélération, la jupe remonte, remonte... L'auto-stoppeur a le regard fixé sur les cuisses et la petite culotte de sa bienfaitrice. Il est de plus en plus excité et commence à se sentir serré dans son jean.
Finalement, il n'y tient plus et dit à la fille:
- C'est marrant la politique : ça fait à peine dix minutes que je suis de droite et j'ai déjà envie de baiser quelqu'un !

Portrait de COMA Tina
26/février/2008 - 15h50

:idea: Certains excusent les uns et sont intraitables avec les autres. Tout dépend des a priori que chacun a ou non dans la tête. Il n'y a pas égalité devant la grossièreté !...................

Portrait de Meumeuses
26/février/2008 - 15h49

à peine..... :mrgreen: :mrgreen:

parait que plus c'est gros, plus ca passe... je me mets dans l'air du temps....:mrgreen:

Portrait de Jeanbonot
26/février/2008 - 15h48

De mai 2007 à février 2008 ça fait 2 ans pour toi ?
Il rabâche Travail, Travail, Travail mais tu dois avoir une otite ?

Portrait de poildur
26/février/2008 - 15h47

carrure t'exagère;)

Portrait de scoopy girl2
26/février/2008 - 15h47

oui, bien sûr, Ségo serait restée parfaitement calme en toute circonstance, c'est certain !!

"non, je ne m'énerve pas, je suis trrrrèeees calme" (toujours bien appuyer sur les voyelles muettes)

Portrait de COMA Tina
26/février/2008 - 15h47

:idea: thank you pour l'info.................

Portrait de COMA Tina
26/février/2008 - 15h46

:idea: Je me demande pourquoi ne sont pas relatées dans la presse toutes les exactions des dictateurs du monde. Cela permettrait de relativiser.............

Portrait de scoopy girl2
26/février/2008 - 15h43

merci pour ce grand éclat de rire que tu viens de déclencher chez moi !!

Portrait de Jeanbonot
26/février/2008 - 15h43

C'est du passé, les français ont dit NON à Bécassine.

Portrait de COMA Tina
26/février/2008 - 15h42

:idea: C'est vrai, personne ne parle de ce visiteur du salon. Que font les journaleux?. Ainsi l'investigation serait équitable................... Ah les rudiments du métier se perdent...............:!: :lol:

Portrait de Meumeuses
26/février/2008 - 15h41

exactement, on pourra vérifier par écrit dès demain....
il a dit, il a pas dit.... c'est pas la question... il ne regrette pas et n'a pas présenté d'excuses... c'est tout ce que je vois et c'est bien suffisant pour constater que cet homme n'a pas la carrure d'un chef d'état...

Portrait de poildur
26/février/2008 - 15h40

amen

Portrait de mecanisme56
26/février/2008 - 15h39

Je suis scandalisé et déçu de jour en jour par l'attitude de Nicolas Sarkozy...
Comment peut-on agir comme ça ?
Comment ?
Si Seulement Mme Royal aurait été élue, nous aurions une nouvelle France !
J'éspère que les Municipales lui feront réfléchir !

Portrait de Meumeuses
26/février/2008 - 15h39

C'est toujours la même chose, on se fait traiter de gros nullos, on nous avance des arguments hallucinants et quand on demande des preuves, bizarrement y'a plus personne ou on a pas de réponses....

Un grand classique des amis de sarko...:mrgreen:

Portrait de cecilefolle
26/février/2008 - 15h38

certainement pas sarkozy n'a jamais dit cette phrase!!! tu ne la verra pas dans la parution mercredi de l'itw non retouchée

Portrait de Jeanbonot
26/février/2008 - 15h37

Je te rejoins, les étrangers sont toujours unanimes pour dire que le français est une téte de kon, imbu de sa personne et doublé d'un assisté congénital.
Par contre je n'ai jamais rien entendu sur aucun Président, a part de Gaulle qui fait partie de l'histoire.

Portrait de cecilefolle
26/février/2008 - 15h36

et pourquoi à ton avis? si t'en a un?

Portrait de Meumeuses
26/février/2008 - 15h35

on les aura pas.... le scoop de la journée c'est qu'aux USA, en angleterre et en Argentine, le net a cessé d'exister et que les grands journaux natioanux ne sont plus consultables sur la toile...

Faut se déplacer y parait....

Portrait de melb
26/février/2008 - 15h32

j'aimerai aussi avoir les liens de ces articles ....