02/10/2006 08:01

Le cinéma inquiet devant le nombre de séries à la TV

La télé est elle en train de sacrifier le cinéma, pour faire la part belle aux séries et téléfilms qui sont plus rentables ?

Enquête de 20 minutes ce matin.

Extraits

(...) Le 10 septembre, un séisme a bouleversé le PAF : TF1 a supprimé son rendez-vous ciné dominical, huit ans après France 2. « Entre “Les Experts” sur la Une et “FBI : portés disparus” sur la Deux, la télé de fin de week-end, c'est Los Angeles ! », déplore Alain Terzian, producteur des Visiteurs.

Les films marchent bien pourtant ! La preuve, Le Dîner de cons a réuni 11 millions d'amateurs sur TF1 l'année dernière ! » Président de l'Union des producteurs français, il a appelé le gouvernement à la rescousse. « Nous souhaitons que le service public remplisse sa mission, et réserve deux soirées hebdomadaires aux films. »

Un quota qui ne dit pas son nom, mais un enjeu clairement posé, celui de la survie des longs métrages tricolores. Et pour cause, la télévision finance les toiles à hauteur de 30 %.

Or, les professionnels de la filière redoutent que le désamour des chaînes ne les prive à terme de cette manne. « Déjà que les mômes de 15 ans préfèrent les films américains », s'alarme Cédric Klapisch. Et le réalisateur des Poupées russes de convoquer l'exception culturelle française :

« Si la télé ne nous soutient plus, c'est la fin de la diversité artistique. Le cinéma, ce n'est pas n'importe quel produit de consommation ». Un point de vue qui pèse peu face aux lois du marché.

« On ne va pas reprocher aux chaînes de satisfaire leur public », lance Jacques Peskine, président de l'Union syndicale de la production audiovisuelle.

Des propos corroborés par les 30 % de parts de marché drainés par « Les Experts » du dimanche. Et là n'est pas le seul atout dans la manche des 52 minutes. Quatre fois moins chers à l'achat que les films, ils permettent aussi davantage de coupures publicitaires. Dans la ligne de mire de l'industrie du film, France Télévisions aimerait bien que TF1 aussi « soit visée par la demande des producteurs ». En 2006-2007, la Une ne programmera que 65 films. Contre 150 il y a cinq ans.

Raphaëlle Baillot

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de John Cage
2/octobre/2006 - 21h29

Vigote
Vous ignorez visiblement que le terme médium est polysémique. Il ne désigne pas seulement une personne douée de capacités psychiques mais aussi un support, le moyen de transmission d'une information, d'un message. Je faisais donc précisément la distinction entre média et médium...

Portrait de shaolin
2/octobre/2006 - 17h39

Cher Narval ...
Moi aussi j'adore les documentaires, là n'est pas la question. Pourquoi s'en prendre aux séries alors que des documentaires pourraient aussi être réalisés à la place de la télé réalité ou de prime time grotesques ?
Surtout que pour moi, et je suis désolé de le dire, les séries (les bonnes bien sûr) remplacent le cinéma.
Et à vrai dire j'aimerai, je pense tout comme toi qu'on ai une télé de qualité et donc : Séries + Documentaires.
Cependant il faut que tu penses à tout le monde : tu aimes les docus, d'autres aiment les séries.

J'ajouterai de plus que toutes les séries américaines ne sont pas de la M.. comme tu dis. Tu n'aimes pas, peut-être...

Portrait de Tim Bisley
2/octobre/2006 - 16h07

Petite piqure de rappel
Personnellement, je comprend parfaitement la crainte des cinéastes français. Aujourd'hui, même si la production du cinéma hexagonale se porte bien, c'est grâce aux quotats de financement imposés aux chaînes de télé par le C.N.C. dans la production cinématographique. Derrière la supression du sacro saint film dominicale, c'est tout un symbole qui est mis en évidence : moins d'argent pour la production de long-métrage par les chaînes (déjà en baisse ces dernières années)

Même si les séries télévisuelles américaine sont de devenues de très grande qualité (CSI, Soprano, Weeds, Prison Break, etc....la liste est longue), il ne faut pas oublier que la fonction principale d'une série est de fidéliser les annonceurs (et non les spectateurs). Les chaînes sont des entreprises dont le but principal est de gagner de l'argent avec la vente d'encarts publicitaires. En programmant des séries, moins de risques dans les courbes d'audiences et l'assurance pour les publicistes de toucher un très large public avec la diffusion de tel ou tel spot. Pour le spectateur, l'effet est similaire, la série agit comme une sécurité : semaine après semaine, on retrouve un univers, des eprsonnages qui ont moins de chances de nous decevoir, à la différence d'un film qui, rappelons-le, selon une économie de prototype (hormis les suites mais c'est difficilement comparable avec une série de 200 épisodes).

Chaque semaine, avec le cinéma, la promotion doit être différente et le public n'est jamais vraiment acquis. Des marges d'erreurs qu'on n'apprécie pas vraiment chez les chaînes privées.

Les professionnels du cinéma ont souvent parlé de vive voix pour défendre la production cinématographique française (contre la télé, sur le financement de Canal+, l'arrivée du magnétoscope, le piratage, la chronologie des médias...etc) mais sans cela notre production serait sans doute aussi morose que la production italienne. Pour souvenir, c'est la diffusion de films américains (moins cher à diffuser que les films italiens) qui est responsable, en partie, de la chute de la fréquentation dans les salles transalpines et d'une longue période de léthargie pour la production italienne, merci Silvio!!!

Derrière ça, les cinéastes français, fier de leur exception, continuent à promouvoir les films comme des oeuvres (et non des produit) afin de valoriser la diversité culturelle et la pérennisation de leur cinéma. Recentrer le débat ssur une accéleration de la chronologie des médias ou sur la qualité des films français me paraît vain et hors propos (car hautement subjectif). Diffuser un film moins d'un an après sa sortie peut faire perdre le côté exclusif du cinéma et mettre en danger la fréquentaion sur le long terme. Sur un point de vue qualitatif, il est facile de critiquer la production française en citant deux trois films comme Les Bronzés 3 ou Camping (qui, au passage, font du bien à l'exploitation en salle). Même si ce ne sont pas des chefs d'oeuvres, la production hexagonale ne se résume pas qu'a ça, on oublie souvent que la France soutient des cinématographies étrangères et qu'elle fait preuve, à travers les sujets abordés dans ses films, d'une diversité aussi impressionnante que le cinéma américain (mais dans une économie d'échelle moindre). Alors combien de CSI ou NCIS pour une Cité de Dieu ou un Indigène????

Pour ma part, le cinéma est un média bien plus puissant que n'importe quelle série : il n'est pas régit exclusivement par le sponsoring, il fait évoluer les mentalités et il a un sens artistique beaucoup plus développé (sans parler d'une expérience en salle sans commune mesure avec la télé).

Alors, entre défendre la production française ou des annonceurs, je préfère prendre parti du cinéma qu'il soit intelligent, engagé, populaire, infantile ou elitiste plutôt que de le sacrifier sur l'autel du marché.

Portrait de gordon24
2/octobre/2006 - 13h21

exception culturelle francaise!
C'est sur qu'avec les films francais qui cartonnent: les Bronzés3, Camping..... on en tient une belle d'exception francaise! (on laissera le culturel de coté).

Le diner de cons fait 11 millions de telespectateurs sur TF1 mais combien de films peuvent en dire autant? Je crois que même pas mal de blockbusters se casseraient les dents face aux meilleures séries.

Quand à la réaction des professionels du cinéma, c'est quand même l'hopital qui se fout de la charité! Y'a pas si longtemps, y'avait soit disant trop de films, ce qui tuait le cinéma.

Que les chaines de TV selectionnent des films de qualité et qu'ils ne financent que des films de qualité, ca evitera deja de voir les réalisateurs sortir des navets finis ou les deux gags marrants se trouvent deja dans la bande annonce.

Portrait de VG98
2/octobre/2006 - 13h15

Mi figue mi raisin
Je suis partagé mais aussi agacé:

- j'aime le cinéma ! et j'aimerais que les chaines consacrent un véritable équilibre entre séries et films. Mais à la conditions de nous passer de bons films, de l'inédit, et ca ne manque pas, puisque 30% des films diffusés sur Canal+ ne sont jamais diffusés (pour cause d'audimat non garantie)

- j'aime les séries depuis longtemps et nous avons droit actuellement à un choix dans la qualité, la diversité jamais atteinte... Les séries ont réussie un tournant face aux produits concurrents.

Le cinéma français continue à nous sortir les mêmes arguments depuis 30 ans.

Messieurs, les producteurs au lieu de criez au loup il est temps d'investir dans de nouveaux genres, recruter de nouveaux scénaristes, de surprendre les spectateurs, ce que ne fait plus le cinéma français qu'a de très rares exceptions.

Au lieu d'exiger des quotas, baissez les délais de diff sur le hertzien (car le marché à depuis évolué) arretez d'interdite certains jours ou plages horaires, changez de mentalité...

Quand un spectateur va en salle, achete un DVD, de la VOD ou regarde un film à la télé, croyez vous qu'il regarde s'il est made in France ??

La préférence nationale je m'en fout, faites moi rire, rêver, ou reflechir... le cinéma américain a bien des défauts, et aussi pas mal de "merde" mais il m'offre un choix...

Revisitez vos vieux démons, et arguments car vous semblez attendre que la télé finance les yeux fermés, euhhh je sais pas comment vous le dire, je crois que cette époque est révolue.

Portrait de manali
2/octobre/2006 - 12h38

Laissez moi rire! (fort)
"Si la télé ne nous soutient plus, c'est la fin de la diversité artistique"

On entendais pas le contraire ces dernière années ?

La tv vu son niveau d'investissement dans le cinema a demandé des scenarios et des acteurs adaptés au pekin moyen qui regarde tf1 et après on s'etonne de la cata.

On a voulu scinder le cinema entre un truc elitiste et un autre bauf à souhait et bien le spectateur il n'est vraiment ni l'un ni l'autre alors il achete les dvd qui lui plaise et regarde de bonne series US, le reste il se contente de telefilms a la mord moi le noeud car il n'y a plus de grosse difference avec le ciné populaire (ca nivelle vers le bas hein!).

Pour conclure je veux dire que la diversité artistique c'est un combat et que les plus grands realisateurs il n'attendent pas des sous de la tv pour faire des belles choses qui resterons dans le temps.

PS: Shaolin le problème chez nous c'est que les séries sont ecrite pas des gens de mêmes age et catégories sociales alors qu'aux usa ils constituent depuis 20 ans deja des equipes de scenaristes très très diversifiées pour assurer une credibilité plus grande et un intéret plus large à leurs histoires.

Portrait de shaolin
2/octobre/2006 - 11h35

Des séries géniales
Désolé pour les producteurs français mais il faut avouer que les séries américaines sont bien plus novatrices que les françaises. Personne n'a t-il de nouvelles idées de scénario en france que ce soit pour le cinéma ou pour la télé ?
On en a peut etre marre de voir toujours les mêmes choses : entre les histoires de familles pour les sagas d'été ou les histoires de flics ou de juges pour les séries on a pas vraiment le choix...

Alors vive les Desperate Housewives, Grey's Anatomy, Lost, Alias et les autres !

Portrait de salsaella
2/octobre/2006 - 09h57

ok
Je suis assez d'accord.. la tv a enfin trouvé son public qui esr presque satisfait de sa programmation... et c'est un mieux dans l'histoire audiovisuelle que toutes ces vieilles m***** qu'on nous faisait regarder (par manque de choix) il y a qq années....

Portrait de nikolaikondom
2/octobre/2006 - 09h09

le problème n'est pas la création mais le format
Aux USA, la création a pris en compte cette évolution et on trouve les esprits les plus créatifs créer des séries télévisées, d'une qualité aussi bonne qu'un grand film : le marché français doit s'adapter à cette évolution. S'il y a du mécontement en France, il faut que les chaînes françaises profitent de cette manne pour donner aux créateurs de talent la possibilité de s'exprimer dans ce format, ce qui n'est pas du tout fait. On ne voit pas encore de grand cinéaste français se déclarer fan de "femme d'honneur" comme Tarentino de CSI...

Portrait de vigote
2/octobre/2006 - 09h00

lol
Je savais pas que les mediums faisaient la programmation des chaines O_o
Ca explique tout...

;)

Portrait de John Cage
2/octobre/2006 - 08h45

Ne confondons pas tous les médiums
La mission première de la télévision n'est pas de diffuser des films mais bel et bien des oeuvres et programmes qui lui sont propres. A chaque médium sa spécialité.

Portrait de vigote
2/octobre/2006 - 08h33

Message à Mr Morandini
Bon j'avais ecrit deux longs sujets dui disaient mon desaccord en gros avec les deux precedents sujets, et par deux reprises par faute d'avoir oublié de mettre le titre du commentaire, mes deux messages sont passé a la trappe.

J'ai donc bien les boules. Ce serait pas mal Mr Morandini de jeter un oeil a ce probleme, ou au moins ne pas effacer un message de plus de 100 lignes juste a cause d'un titre de commentaire oublié...

Ca doit etre un coup des experts àa encore...

Portrait de PH
2/octobre/2006 - 08h09

Coup de gueule
Mais bon sang qu'ils arretent de se plaindre.
Quand la télé diffusait trop de films on leur disait qu'il ne fallait pas faire de concurrence aux cinémas.
Maintenant que la TV a enfin trouvé son genre , de fiction et de séries spécifiques à ce médias voilà qu'ils gueulent !
C'est tout simplement INADMISSIBLE que l'on impose des cotas, l'ORTF c'est fini depuis un bout de temps...

TF1 programme 10 films de moins que l'année dernière et alors c'erst pas la mort, ca fera 10 redifs en moins plutot que ces navets minables. Et quand Mougeotte parle du meilleur du cinéma et bien je suis à 300% d'accord avec lui. Mieux vaut moins de films mais de bons films.

Quant à la déprogrammation pour les Experts, il faut un peu se bouger le cul. La France regarde toujours en arrière, ca on adore regarder le passé. La télé actuelle marche par sessions et c'est mieux . C'est plus varié et plus dynamique. Après 3 mois d'Experts vous les retrouverez vos vieux bon films dont les 3/4 ne les regardaient meme pas en plus !!!!

Alors arretons avec la diversité artistique de mes 2, les cinés existent toujours ( et il me semble que c'est le meilleur endroit pour regarder un film ) , les DVD sont en plein boum et ca coute pas très cher d'en louer un pour une soirée , quant à la TV quand on saura innover sans tomber dans le pathétique ou la pâle copie alors on pourra arreter les séries américaines.
De toutes manières, les Américains ont toujouts été précurseurs dans ce domaine là , je vois pas pourquoi ca changerait.

Trop facile pour ces mecs du cinéma qui voient surtout la baisse de leur subvention à l'avenir. Aul ieu de mettre des quotas, le gvt n'a qu'à financer une partie de leur budget.
Bref discussion stérile en tous points !

Les plus vus