07/06/2011 17:29

Journaux volés: La presse récupère 1,5 M EUR d'indemnités

La presse parisienne, qui avait été victime au début des années 2000 d'un trafic de journaux volés, devrait récupérer plus d'un million et demi d'euros de dommages et intérêts de la part des condamnés, selon une décision civile dont l'AFP a eu connaissance mardi. 

En janvier 2010, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné à des peines comprises entre un mois de prison avec sursis et un an ferme 36 livreurs et kiosquiers pour un trafic parisien de journaux volés.  

Mais les juges avaient reporté à plus tard leur décision sur l'indemnisation éventuelle des médias concernés.  

Dans une décision rendue lundi, la dixième chambre du Tribunal correctionnel de Paris a finalement condamné les prévenus à verser plus d'un million et demi d'euros à plusieurs journaux, dont 486.000 euros au Figaro, qui avait initié les poursuites, plus de 470.000 euros à Libération, 200.000 euros aux Echos ou encore 100.000 euros au Monde.  

Selon les parties civiles, les vols de quotidiens et périodiques nationaux auraient permis au réseau d'empocher en moyenne quelque trois millions d'euros par an durant de nombreuses années.  

Entre 2002 et 2004, des journaux étaient détournés dans les imprimeries ou chez des brocheurs, stockés dans des entrepôts, avant d'être écoulés à travers un réseau d'une cinquantaine de kiosquiers parisiens complices.  

Les complices achetaient les journaux 25% de leur prix de vente, avant de les revendre à des détaillants 50% de leur prix.  

Entre 800 et 3.000 exemplaires du Figaro auraient ainsi disparu tous les jours pendant des années.

Les responsables des ventes des journaux concernés avaient constaté une diminution des commandes et des ventes en région parisienne ne pouvant être imputée à la seule baisse du lectorat.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus