06/06/2011 11:06

Décès de Charles Mensah, figure du cinéma africain

Figure du cinéma africain, le réalisateur gabonais, producteur et président de la Fédération panafricaine des cinéastes (Fepaci), Charles Mensah est mort vendredi à Libreville à 63 ans, selon le directeur de l'Institut gabonais de l'image et du son (Igis).

"Charles Mensah est décédé ce matin (vendredi) des suites d'un malaise cardiaque", a déclaré le réalisateur Imunga Ivanga qui a succédé à Charles Mensah à la tête du Centre national du cinéma gabonais (Cenaci) devenu Igis.

Le décès a été confirmé par le réalisateur gabonais Henri-joseph Koumba Bididi qui a précisé qu'il était "décédé ce matin (vendredi) aux environs de 9H30 (8H30 GMT) à la clinique El-Rapha" de Libreville.

 "Il a à son actif quatre longs métrages Ayouma (1978), O'Bali (1977), Ilombe (1979), Demain, un jour nouveau (co-scénariste, 1978)", a indiqué M. Bididi dont Charles Mensah a été le producteur pour Les Couilles De L'éléphant ou plus récemment Le collier du Makoko. Mais surtout, "il a été co-scénariste et producteur de la série L'auberge du Salut, (...) c'est la première série africaine des années 90", s'est remémoré le cinéaste, rappelant que le succès de la série lui a amené une certain notoriété "au niveau international".

 Après avoir dirigé de "1988 à 2009" le Cenaci, selon M. Bididi, il était depuis 2006 président de la Fédération panafricaine des cinéastes (Fepaci). "C'est une grosse perte pour l'Afrique, au-delà du Gabon", a jugé M. Bididi. Réalisateur camerounais et ami de Charles Mensah, Bassek Ba Kobio (Le Grand Blanc De Lambarène) s'est souvenu d'"une des rares personnes du cinéma dont je n'ai jamais entendu un confrère dire du mal".

 "Il a sacrifié sa propre carrière pour être administrateur du cinéma et producteur", a déclaré Ba Kobio, jugeant qu'il était quelqu'un de "généreux" et "une grande figure du cinéma africain". Dans un court texte transmis à l'AFP rappelant le parcours de Charles Mensah, l'Igis juge que "son implication dans le développement des cinématographies africaines était connue et appréciée".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus