03/02/2011 07:35

Egypte: Nombreuses violences contre des journalistes

De nombreux journalistes étrangers couvrant les affrontements entre partisans et adversaires du président Hosni Moubarak ont fait l'objet de violences mercredi au Caire, ont indiqué leurs rédactions et  l'association Reporters sans frontières (RSF).  

Des reporters, photographes et cameramen couvrant les violents heurts sur la place Tahrir, dans le centre de la capitale, ont fait état d'un climat très tendu à l'égard de la presse de la part des manifestants pro-Moubarak.  

Un journaliste de l'AFP a indiqué avoir dû solliciter la protection de deux soldats pour pouvoir quitter la place Tahrir sans encombre, en raison de l'agressivité de militants pro-régime aux abords du site.  

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Philip Crowley, s'est inquiété "des arrestations et des attaques" contre les médias couvrant la crise égyptienne.  

RSF a "condamné sans appel" les violences commises par les partisans du président Moubarak, auxquels se seraient mêlés des policiers en civil, à l'encontre de plusieurs journalistes de la BBC, d'Al-Jazira, de CNN, d'Al-Arabiya et d'ABC News.

  Selon un communiqué, plusieurs journalistes "ont été directement pris à partie par des partisans du chef de l'Etat et par des policiers infiltrés". "Ils ont été frappés et leur matériel (a été) volé", déclare Jean-François Julliard, secrétaire général de RSF.  

L'association indique qu'il est encore difficile de faire un comptage précis des exactions dont la presse a été victime, "en raison de la confusion qui a régné au cours de cette journée de mobilisation". Parmi les journalistes agressés, elle mentionne cependant Anderson Cooper de CNN, Jerome Boehm de la BBC et Lara Setrakian d'ABC News.  

A Bruxelles, le quotidien Le Soir a indiqué que son journaliste Serge Dumont, de nationalité belge, avait été "molesté", "tabassé", puis "emmené par des personnes non identifiées en civil" alors qu'il couvrait une manifestation pro-Moubarak au Caire.  

Serge Dumont travaille également pour les journaux suisse Le Temps et français la Voix du Nord. Les trois quotidiens ont exprimé "leur plus vive préoccupation".  

L'armée égyptienne est intervenue place Tahrir pour exfiltrer de la foule en colère un caméraman de la télévision publique Radio-Canada, sans quoi toute l'équipe "aurait été battue à mort", a raconté l'un des journalistes présents.  

Le reporter Jean-François Lépine a raconté sur Radio-Canada que le caméraman Sylvain Castonguay avait été battu par "des dizaines de gens" en proie à une "hystérie collective", avant d'être secouru par des militaires.  

Deux journalistes suédois du quotidien Aftonbladet ont aussi été pris à partie par la foule au cours d'un reportage dans un quartier pauvre du Caire, avant d'être arrêtés puis relâchés quelques heures plus tard par un militaire venu sur place, a rapporté leur journal.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de fabienLs
3/février/2011 - 18h23

Attaqué des journaliste ? Pourquoi , ca va leur servir a rien !

Portrait de chanelle1968
3/février/2011 - 10h49

Accident du travail.Tous LES jours des ouvriers (maçons,plombiers,peintres etc....) Sont victimes de leurs travail . Mais ce n'est fait pas la une .

Portrait de Micky88
3/février/2011 - 09h19

c'est bien ce que je dis... ;)

Portrait de Micky88
3/février/2011 - 08h51

Après les déclarations extrèmement maladroites de Barak Obama, il semblait évident qu'en lachant complètement Moubarak, la situation allait se radicaliser et la contre-manifestation (façon De Gaulle en 1968) ne s'est pas contentée d'être pacifique.
Elle était bien entendu, instrumentalisée.
Israël qui constate que les synagogues brûlent au Caire et qui sait que si Moubarak doit quitter le pouvoir, l'accord de paix Egypto-Israëlien sera de fait dénoncé, n'a aucun intérêt à laisser les Frères Musulmans à s'installer, même dans le cadre d'une coalition au gouvernement.
Maintenant, vous pouvez en déduire ce que vous voulez sur les récents événements et les soutiens apportés. :|

Les plus vus