17/12/2010 15:02

Grèce: Grève des journalistes, aucun JT pendant 2 jours

Aucun bulletin d'information n'a été publié ou diffusé vendredi en Grèce en raison d'une grève de 48 heures entamée par la principale fédération de journalistes pour protester contre "les licenciements" et réclamer le respect de la convention collective du secteur.  

Samedi, aucun quotidien ne sera publié et aucun bulletin d'informations ne sera disponible sur les radios, télévisions ou grands sites internet, selon la Fédération grecque des journalistes (Poesy).  

Il s'agit de la troisième grève en vingt jours des journalistes du pays après l'arrêt de la parution ces derniers mois des deux quotidiens, la fermeture d'une maison d'édition appartenant à un grand groupe de presse et la réduction des salaires annoncée dans certains médias sur la base de conventions d'entreprises et non pas de la convention collective des journalistes.  

"Nous réclamons l'arrêt des licenciements injustifiés, nous protestons contre l'arbritraire des employeurs et nous réclamons la protection des postes d'emploi et des mesures de l'Etat pour les chômeurs", a déclaré la fédération dans un communiqué.  

Faisant allusion aux licenciements effectués ces derniers mois dans plusieurs médias, surtout dans la presse écrite, la Poesy appelle les journalistes à "participer massivement à cette mobilisation contre les licenciements injustifiés et l'arbritraire des employeurs".  

Plusieurs médias ont déjà tenté d'imposer des réduction des salaires de 10% sur la base de conventions d'entreprises, ce qui a été dénoncé par le syndicat.  

Contraint par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) de rendre le marché de travail plus flexible afin de renforcer la compétitivité de l'économie grecque, le gouvernement a adopté mardi une loi donnant la priorité aux conventions d'entreprises sur les conventions collectives.  

En échange d'un prêt de 110 milliards d'euros accordé en mai à la Grèce pour sauver le pays de la banqueroute, l'UE et le FMI sont depuis chargés de surveiller le redressement de l'économie grecque, lourdement endettée.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de grardbonnie
18/décembre/2010 - 15h53

pourquoi pas chez nous,se serait une bonne idée ,non:roll: :roll: :roll: :roll:

Portrait de Cachou38
17/décembre/2010 - 22h08

Comment va-t-on faire sans Jean-Pierre Pernault? Ces informations pertinentes me manquent déjà !

Les plus vus