16/12/2010 12:06

Injures/Facebook: 5 jours de mise à pied pour un élu CGT

Un élu CGT de l'opérateur de centres d’appels Webhelp à Caen s'est vu infliger  une mise à pied de cinq jours pour "injure" à la direction sur le réseau social internet Facebook, a annoncé l'entreprise. Ce salarié est accusé d'avoir publié sur le profil Facebook CGT-FAPT Webhelp la phrase "Journée de merde, boulot de merde, boîte de merde, chefs de merde", dont il a toutefois nié être l'auteur.

La direction de Webhelp, qui a entendu lundi le salarié dans le cadre d'un entretien préalable à un licenciement, a jugé dans un communiqué mercredi qu'"il en va de sa responsabilité comme de l'honneur de tous de sanctionner toute injure proférée à l'encontre de la société et de ses collaborateurs". La CGT, par la voix de Christophe Guesnon, secrétaire du comité d'entreprise, a indiqué mercredi à l'AFP qu'elle allait "contester cette sanction sur la forme et sur le fond".


Les propos incriminés avaient été publiée le 13 novembre, un jour après que les salariés du site qui emploient quelque 900 salariés eurent appris le suicide d'une collègue en télétravail, a relevé le syndicat. La CGT estime que la procédure pourrait être liée au fait que le salarié poursuivi est secrétaire du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) qui enquête sur ce suicide.


Plusieurs dizaines de militants CGT et des représentants de la Ligue des droits de l'Homme avaient manifesté lundi devant le site de Webhelp pendant l'entretien du salarié, avait constaté l'AFP. Le 19 novembre le conseil des prud'hommes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) avait estimé que dénigrer son entreprise sur Facebook pouvait justifier un licenciement.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de zybrilsissé
4/janvier/2011 - 11h33

Les propos si ils sont exacts ne sont pas si choquant..La colère a peut être fait que ses paroles sont montés d'un cran suite au suicide d'une employée. Est ce un geste commis en raison des pressions dûes au rendement demandé ou d'ordre privé..
Qui n'a jamais critiqué son travail ? Que ce soit dans sa famille, entre amis, entre collègues, sur internet ? Le pauvre malheureux a eu l'audace et l'imbécilité de mettre tout cela sur Facebook..

Portrait de Lyandrana
17/décembre/2010 - 07h55

Ce qui me fait marrer moi, c'est qu'il y a eu un précédent de licenciement suite à des propos tenus sur FB il n'y a pas si longtemps que ça, et que cela n'avait pas fait autant de buzz ... Personne pour s'insurger à l'époque ! C'était normal ...

Mais sur le fond je suis mitigée : on a pas à dénigrer, insulter d'autres personnes sur une page publique. Personnellement ma page FB n'est accessible qu'à certaines personnes en qui j'ai confiance ! Mon employeur peut toujours essayer de voir ce que je poste ! Quand on s'en donne les moyens on peut protéger sa vie privée !
Après, si on peut croire ce qu'il y a d'écrit (dans le sens : si les sources sont exactes), il y a là un contexte très particulier avec le suicide d'une employée et l'enquête en cours. Tout le monde un jour pête son câble et sort des choses comme ça ! Avant on les disait au taf devant les gens, maintenant, les moyens de communication sont tels que l'on ne s'exprime que par ce biais ou presque. Manque de bol les écrits restent pas les paroles.

Qu'il soit sanctionné oui (le manque de respect doit être sanctionné) mais de là à être licencié, ça va loin. C'est que l'on voit que le Gouvernement et ses lois font cruellement défaut.

Les plus vus