15/12/2010 16:24

Ockrent répond aux accusations des directeurs de France 24

La journaliste Christine Ockrent, numéro deux de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF), s'est défendue en interne, pour la première fois, de toute implication dans l'affaire d'espionnage informatique qui secoue France 24.

Dans une lettre adressée aux directeurs de France 24, que l'AFP s'est procurée, Christine Ockrent s'indigne du "courrier stupéfiant" que lui ont adressé les directeurs et directeurs adjoints de France 24.  

Onze directeurs et directeurs adjoints de France 24 lui avaient fait savoir qu'ils lui retiraient leur confiance et ne participeraient plus aux réunions en sa présence.

"Je réaffirme avec force être totalement étrangère à l'affaire d'espionnage interne que les signataires m'imputent clairement", écrit la numéro deux de l'AEF dans cette lettre, assurant de son "entière loyauté à l'égard de l'entreprise".  

Christine Ockrent assure n'avoir "jamais soutenu avoir un accès informatique aux documents personnels des dirigeants de l'AEF. En revanche, j'ai toujours affirmé qu'en tant que numéro deux du groupe et mandataire social, j'ai évidemment accès à tous les documents internes de l'entreprise".  

"Informée par Alain de Pouzilhac le 8 octobre du dépôt par l'AEF d'une plainte pour piratage informatique, je me suis immédiatement et sans réserve associée à cette démarche", se défend-elle.

C'est la première fois, souligne-t-on au sein de la rédaction, que Christine Ockrent répond directement en interne sur cette affaire alors qu'elle s'était jusqu'ici largement exprimée dans les médias.  

Au-delà de l'affaire d'espionnage informatique, la lutte au sommet entre le patron de l'AEF, Alain de Pouzilhac, et sa numéro deux empoisonne le climat au sein de la chaîne.

Les salariés ont participé mercredi à une première assemblée générale qui s'est terminée par un appel au vote. Le personnel de France 24 doit se prononcer sur deux questions : "Accordez-vous votre confiance à Alain de Pouzilhac ?" et une autre sur leur confiance ou non à Christine Ockrent.

Le vote se déroulera jusqu'à minuit après la tenue d'une seconde assemblée générale mercredi en fin d'après-midi Le résultat de cette ou ces motions de défiance sera connu jeudi matin, a-t-on appris au sein de la rédaction.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus