03/12/2010 17:16

Expulsé par Amazon, WikiLeaks l'accuse de mentir

Le site WikiLeaks a accusé vendredi le groupe internet Amazon de mentir et d'avoir fait preuve de lâcheté en lui interdisant d'utiliser ses serveurs.   "C'est une chose d'être lâche. C'en est une autre de mentir", a lâché WikiLeaks dans un message sur le site de micro-blogs Twitter, en réaction à une justification publiée par Amazon Web Services, la filiale du géant de la distribution qui l'avait expulsé mercredi.  

Amazon Web Services (AWS) avait expliqué vendredi "ne pas filtrer pas ses utilisateurs, mais avoir des règlements qui doivent être suivis. WikiLeaks ne les suivait pas".  

"Par exemple, notre règlement stipule que (la société utilisatrice) +garantit qu'elle possède ou a le contrôle de tous les droits sur les contenus+ publiés et que +l'utilisation des contenus fournis ne viole pas ce règlement et ne causera pas de dommage à des personnes ni des entités+", a poursuivi AWS.  

Or, d'après Amazon "il est clair que WikiLeaks" ne possède pas de droits sur les informations classées secrètes publiées et "il n'est pas crédible" que la masse de documents publiés ne mette pas des gens en danger. 

AWS a affirmé en outre avoir pris sa décision indépendamment, et non sous la pression des autorités, et que les attaques "massives" de déni de service n'étaient pas non plus la raison de l'expulsion de WikiLeaks, ces attaques ayant été selon lui déjouées.   Mais pour WikiLeaks, "le communiqué d'Amazon ne correspond pas aux faits".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus