14/09/2010 13:02

Le Monde accuse "sans la moindre preuve" (Accoyer)

Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer (UMP) a estimé mardi que les accusations de violation du secret des sources portées par Le Monde contre l'Elysée étaient "avancées sans la moindre preuve".

"Le journal en question avance un certain nombre d'accusations sans la moindre preuve et une enquête préliminaire est en cours sur le dysfonctionnement que je considère, à titre personnel, grave dans un ministère", a-t-il déclaré devant quelques journalistes.

M. Accoyer juge "bien normal qu'un ministère, un gouvernement, les pouvoirs publics veillent au fonctionnement normal des institutions" en diligentant des enquêtes pour s'assurer du "respect des règles", notamment "le devoir de réserve" des fonctionnaires. "Pourquoi rechercher un épisode qui prendrait une dimension d'affaire d'Etat alors qu'il s'agit tout simplement d'assurer le bon fonctionnement d'une institution publique ?", s'est-il encore interrogé.

Sur l'affaire Woerth-Bettencourt, M. Accoyer a affirmé qu'il n'y avait "pas le moindre fait pénalement condamnable qui ait été identifié". "Aucun fait condamnable ne justifie l'ouverture d'une instruction".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de chevalvapeur
14/septembre/2010 - 15h36

Un haut fonctionnaire a un devoir de réserve contractuel. S'il le bafoue il est viré et il le sait du départ.
Un haut fonctionnaire n'est pas là pour avoir des opinions politiques quelles quelles soient d'ailleurs, c'est de la sphère privée.
Et le mélange des deux est condamnable par n'importe quelle juridiction.
C'est le B.A.BA de la Haute Adeministration.

La démocratie n'est pas l'anarchie. Il y a des règles quelle que soit la couleur politique qui gouverne.

Portrait de chevalvapeur
14/septembre/2010 - 14h53

Je ne suis absolument pas sakolâtre ! Pourquoi faudrait-il l'être d'ailleurs pour défendre un simple principe de bonne gestion d'un ministère ?
Calomniez, calomniez.. il en restera toujours quelque chose... Qui a dit ça déjà ?

Portrait de eutrope
14/septembre/2010 - 14h47

où est la violation des sources ? Je n'en vois aucune... Aucun journaliste n'a été mis en examen et interrogé sur ses sources... Aucune perquisition n'a eu lieu dans une rédaction... Maintenant que quelqu'un enquête pour découvrir une source, sans s'intéresser au journaliste et à ses secrets, libre à lui. Non ? Je ne vois là aucune violation des sources ni atteinte à la liberté de la presse qui, dans ce cas, c'est vrai se voit lésée d'une source d'information mais sans qu'elle n'ait été inquiétée pour la sortir du secret... Quoi de plus normal aussi pour un employeur que de s'inquiéter de la présence d'un informateur au service de l'extérieur... le contraire serait même inquiétant... Je ne vois là guère de complot ni de viol mais l'attitude idoine d'un employeur

Portrait de omega37
14/septembre/2010 - 13h42

Mais arrêtez de parler sur ce site, vous faites honte à la droite... Bon d'accord on a les soutien que l'on peut ...

protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en occupe

Portrait de chevalvapeur
14/septembre/2010 - 13h30

Malheureusement ceci est trop vrai.... Eu quand on s'en rendra compte... il n'y aura plus personne pour en porter la responsabilité mais le mal sera fait.

Les plus vus