13/09/2010 12:40

Affaire Woerth: L'Elysée dément les affirmations du Monde

L'Elysée a démenti "totalement" lundi les affirmations du Monde, qui l'accuse d'avoir violé le "secret des sources des journalistes", et a assuré n'avoir "jamais donné la moindre instruction" pour enquêter sur l'origine des informations du quotidien dans l'affaire Woerth.

"L'Elysée dément totalement les accusations du Monde et la présidence de la République précise qu'elle n'a jamais donné la moindre instruction à quelque service que ce soit", a indiqué la présidence dans une courte déclaration à l'AFP.

Le Monde a affirmé à la "une" de son édition datée de mardi que l'Elysée avait violé le secret des sources d'un de ses journalistes travaillant sur l'affaire Woerth/Bettencourt en utilisant les services du contre-espionnage.

Le quotidien, qui a annoncé son intention de porter plainte contre X, affirme que la présidence a ordonné aux policiers de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), le contre-espionnage, pour déterminer l'origine des informations publiées par un de ses journalistes enquêtant sur les conditions d'embauche de l'épouse d'Eric Woerth par le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de hsjm
13/septembre/2010 - 20h09

Je trouve que Le Monde se donne bien de l'importance.
Quelle prétention que de croire que l'Elysée leur en veut à mort.
C'est juste un concours de circonstance.
Une enquête est peu être faite car des fuites se font d'un ministère. Si ces fuites profitent soit disant à un journal, pas la faute de l'Elysée tout de même.
Si la "taupe" diffuse des documents au Monde, qui sait si ils ne sont pas diffusés non plus à d'autres pays.
Si ils cherchaient une "taupe" et que le bénéficiaire serait la presse, tant pis pour elle.
Au nom de l'information, je ne pense pas que l'on puisse tout se permettre.
A ce compte là, je me fait pigiste pour un journal de bas étage et je peux baver en toute impunité sur tous ceux qui auront une tête qui me revient pas tout en accusant de Pétainiste ceux qui viendront me demander des comptes. Et tout ça en arborant le diadème de la liberté de la presse telle une miss écervelée pensant détenir le Saint Graal sur sa tête.

Les plus vus