03/06/2010 14:12

Deuxième grève de 24h du service français d'Associated Press

Le service français d'Associated Press (AP) était en grève jeudi pour la deuxième fois afin de dénoncer notamment le "sabotage" que constitue la décision de fermer le service de 21h00 à 6h00 après la suppression du quart des effectifs, selon une motion adoptée par la rédaction.  

La grève était suivie à 100%, a-t-on appris par ailleurs de source syndicale.   "Le 1er juin, la rédaction parisienne d'AP France a perdu tous ses CDD. Privés d'un quart de nos collègues, nous ne pouvons plus faire notre travail dans de bonnes conditions", selon la motion.  

"Pour pallier le sous-effectif, la direction a décidé de fermer notre service de 21h à 6h (...)  L'actualité, elle, ne s'arrête pas. Ces derniers jours, c'est sur cette tranche horaire qu'ont été annoncées, par exemple, la mort de l'artiste Louise Bourgeois et l'ouverture d'une enquête pénale américaine sur la marée noire dans le golfe du Mexique", a souligné la rédaction.  

"La grève, votée à l'unanimité en assemblée générale, est une réponse à la décision de la direction de réduire les effectifs du seul service français. Une décision brutale intervenue le 1er juin alors qu'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) est en cours depuis six mois à l'échelle d'AP-France et n'a toujours pas abouti", a indiqué de son coté une intersyndicale SNJ-CFDT.  

Les journalistes du service français d'AP protestent contre le refus de la direction de renouveler à compter du 1er juin les contrats à durée déterminée qui représentent entre un quart et un tiers des journalistes de la rédaction parisienne. Le service français d'Associated Press emploie environ 80 salariés.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ænima
4/juin/2010 - 10h54

Je les comprends, c'est une décision extrême et abusive de supprimer près du tiers des journalistes et de fermer le service de 21h à 6h, comme si la planète s'arrêtait quand il fait nuit en France!

Il peut, entre ces heures, se produire n'importe quoi, n'importe où et ils ne pourront pas intervenir, ni informer, ni enquêter sur l'actualité dans l'immédiat!

Il peut y avoir un tsunami, un attentat ou un grave accident à tout moment, partout dans le monde et ils n'auront pas le droit de faire leur travail si par exemple, ça arrive quand qu'il est 3h en France!

Portrait de pipoetmario
4/juin/2010 - 08h03

combien de personnes étaient présentes à l'assemblée générale pour voter?

Etonnant jamais les communiqués ne font état du nombre de personnes présentes. Sur les 80 salariés combien étaient là?

C'est ce chiffre qui est important

On croirait entendre le discours d'une secte !

Les plus vus