16/01 18:19

Le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron accuse Alexandre Benalla d'avoir falsifié un document pour obtenir un passeport de service

18h17: L'audition du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, est terminée.

17h15: Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, est auditionné à son tour. Avant de répondre aux questions, il a prêté serment.

"Nous avons été informés que le ministère de l'Intérieur est prévenu depuis le 8 novembre qu'il fallait des mesures afin que M.Benalla ne puisse plus sortir de France avec son passeport diplomatique", a déclaré Philippe Bas en préambule.

"Techniquement, le ministère de l'Intérieur n'est pas en mesure de pouvoir empêcher l'utilisation du passeport diplomatique, sauf en cas de procédure judiciaire", a indiqué le ministre. Des propos qui ont fait réagir Philippe Bas. "C'est intéressant d'apprendre que le ministère de l'Intérieur ne peut pas donner de consignes à la police de l'air ou des frontières d’empêcher l'utilisation d'un passeport diplomatique."

Christophe Castaner a été interrogé pour savoir pourquoi le passeport diplomatique d'Alexandre Benalla n'a pas été annulé : "Il faut une raison juridique pour un policier pour agir et qu'il ait l’information".

"Je me fiche un peu des opinions techniques de M.Benalla sur l'organisation de la sécurité du ministère de l'Intérieur et de la présidence de la République"

"Monsieur Benalla avait deux passeports de service : un délivré en 2016, un autre en juin 2018", a confié le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner en précisant que, via son avocat, "Alexandre Benalla a rendu l'un de ses deux passeports de service en janvier 2019". "Nous n'avions pas de soupçon de faux (sur le passeport de service) au ministère de l'Intérieur. Nous avons été informés par l'Elysée."

"Monsieur Benalla n'était pas sous surveillance. Il était libre de se déplacer". "Est-ce qu'il y a eu des messages entre M.Benalla et Emmanuel Macron ? Je n'en sais rien et je n'ai pas vocation à le savoir."

17h00: Le point à 17h00 sur le début des auditions

Le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, a révélé mercredi que l’ex-collaborateur de l’Elysée avait utilisé «presque une vingtaine de fois» ses passeports diplomatiques après son licenciement, et l’a soupçonné de faux.

«M. Benalla a utilisé presque une vingtaine de fois ses passeports entre le 1er août 2018 et le 31 décembre 2018», a déclaré M. Strzoda devant la commission, en précisant que la première utilisation de ces documents avait été faite du 1er au 7 août.

La presse avait révélé peu avant Noël que l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron disposait toujours de passeports diplomatiques et qu’il effectuait des voyages d’affaires auprès de dirigeants africains.

La déclaration du directeur de cabinet mercredi contredit directement l’affirmation, faite par Alexandre Benalla lors de sa propre audition le 19 septembre, selon laquelle il avait laissé dans son bureau de l’Elysée les passeports diplomatiques qu’il avait utilisés dans le cadre de ses fonctions de chargé de mission à la présidence de la République.

Patrick Strzoda a expliqué mercredi qu’un inventaire du bureau de M. Benalla avait été effectué le 2 août, au lendemain de son départ de l’Elysée, et que les passeports ne s’y trouvaient pas. Il a également affirmé que les affaires personnelles de l’ex-collaborateur avaient été déposées dans un carton fermé qu’il n’est jamais venu chercher, malgré plusieurs sollicitations.

«On est confrontés à un comportement fautif d’un individu qui a peut-être profité de failles du système», a-t-il dit.

M. Strzoda a également souligné que M. Benalla avait été en possession de deux passeports de service, le premier délivré en 2016 «bien avant» son arrivée à l’Elysée, le deuxième le 28 juin 2018.

Les démarches pour invalider ces passeports «ont été faites la veille de son départ» de l’Elysée et ils ont été invalidés le 31 juillet 2018, a ajouté M. Strzoda.

Il a affirmé au passage que la demande de l’un des deux passeports de service avait été faite par Alexandre Benalla le 28 juin au ministère de l’Intérieur par une lettre à en-tête du chef de cabinet de l’Elysée, mais «dactylographiée» et non signée. En clair, a-t-il dit, «nous soupçonnons une falsification faite par M. Benalla», et l’Elysée en a saisi la justice.

Face à des précisions selon lui insuffisantes, le sénateur PS Jean-Pierre Sueur, co-rapporteur de la commission a lancé «Vous ne savez pas grand chose» au directeur de cabinet, s’attirant une réplique cinglante: «Si vous retenez de mes interventions que la maison n’est pas tenue, je peux vous assurer que c’est faux».

Outre M. Strzoda, la commission d’enquête sénatoriale sur l’affaire Benalla entend mercredi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ainsi que pour la première fois le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, après de nouvelles révélations sur l’utilisation par Alexandre Benalla de passeports diplomatiques.

La commission des lois du Sénat s’est vu attribuer les prérogatives de commission d’enquête pour six mois le 23 juillet dernier, soit jusqu’au 24 janvier. Après 28 auditions entre juillet et octobre, elle était en veilleuse depuis deux mois.

Christophe Castaner, à l’époque délégué général du parti présidentiel LREM, et Patrick Strzoda avaient déjà été auditionnés en juillet. M. Castaner sera cette fois entendu en sa qualité de ministre de l’Intérieur.

16h58: L'ancien chargé de mission de l'Élysée, Alexandre Benalla, a obtenu un passeport de service qu'il avait sollicité par "une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet" de l'Elysée non signée, a affirmé aujourd'hui devant le Sénat le directeur de cabinet de la présidence de la République, Patrick Strzoda.

"Pour obtenir ce passeport, M. Benalla a adressé au ministère de l'Intérieur une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet, une note non signée de façon manuscrite", a indiqué M. Strzoda devant la commission d'enquête du Sénat, en indiquant qu'il "soupçonnait une falsification" et que la justice avait été saisie.

16h25: Sont également programmées pour lundi prochain de nouvelles auditions de M. Benalla, l’ex-chargé de mission de l’Elysée, et de son acolyte Vincent Crase, ex-employé de LREM et chef d’escadron dans la réserve opérationnelle de la gendarmerie.

Les deux hommes avaient été mis en examen pour violence en réunion après des images montrant M. Benalla frapper un manifestant en marge des défilés du 1er-Mai à Paris. Très vite, M. Benalla était apparu comme un élément central du dispositif sécuritaire autour du couple présidentiel et l’affaire avait empoisonné l’été d’Emmanuel Macron.

L’affaire se poursuit aussi sur le terrain judiciaire. Outre l’enquête ouverte cet été sur les violences du 1er mai, le parquet a ouvert le 29 décembre une seconde enquête, cette fois sur les passeports diplomatiques, pour «abus de confiance», et «usage sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle». M. Strzoda a été interrogé la semaine dernière par la police judiciaire dans le cadre de cette nouvelle enquête.

16h18: Patrick Strzoda a expliqué mercredi qu’un inventaire du bureau de M. Benalla avait été effectué le 2 août, au lendemain de son départ de l’Elysée, et que les passeports ne s’y trouvaient pas. Il a également affirmé que les affaires personnelles de l’ex-collaborateur avaient été déposées dans un carton fermé qu’il n’est jamais venu chercher, malgré plusieurs sollicitations.

«On est confrontés à un comportement fautif d’un individu qui a peut-être profité de failles du système», a-t-il dit.

M. Strzoda a également souligné que M. Benalla avait été en possession de deux passeports de service, le premier délivré en 2016 «bien avant» son arrivée à l’Elysée, le deuxième le 28 juin 2018.

Les démarches pour invalider ces passeports «ont été faites la veille de son départ» de l’Elysée et ils ont été invalidés le 31 juillet 2018, a ajouté M. Strzoda.

16h15: La presse avait révélé peu avant Noël que l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron disposait toujours de passeports diplomatiques et qu’il effectuait des voyages d’affaires auprès de dirigeants africains.

La déclaration du directeur de cabinet mercredi contredit directement l’affirmation, faite par Alexandre Benalla lors de sa propre audition le 19 septembre, selon laquelle il avait laissé dans son bureau de l’Elysée les passeports diplomatiques qu’il avait utilisés dans le cadre de ses fonctions de chargé de mission à la présidence de la République.

16h12: L'ancien chargé de mission de l'Élysée Alexandre Benalla a utilisé "presque une vingtaine de fois" ses passeports diplomatiques depuis son licenciement le 1er août 2018, a affirmé cet après-midi devant le Sénat Patrick Strzoda, directeur de cabinet de la présidence de la République.

"M. Benalla a utilisé presque une vingtaine de fois ses passeports entre le 1er août 2018 et le 31 décembre 2018", a déclaré M. Strzoda devant la commission des Lois du Sénat constituée en commission d'enquête, en précisant que la première utilisation de ces documents remontait au 7 août.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de onebob
17/janvier/2019 - 09h57

faux et usage de faux....non que font nos chers grands fonctionnaires pas foutu de recuperer tout l attirail de benalla ...des incapables...

Portrait de Touvamal
17/janvier/2019 - 09h50

l faut surtout s'interroger ,pourquoi ce triste individu n'est pas en garde à vue ,un citoyen landa aurait été inquiété beaucoup plus avec un passe port dit (trafiqué) et personne ne s’inquiète de ses 20 voyages sait il rendu en Syrie ou pays autre des extrêmes , rien pas un mot de la justice juste passé devant une bande de vieux croutons (comme j'ai pu voir hier a interroger le ministre de l’intérieur) il ne fallait pas que ça dure plus longtemps car certains se seraient endormis , quand a certains et c'est limite correction ils n’écoutaient en rien les réponses du ministre ,mème un qui s’était acharné sur son Smart. ça en devient pathétique !!!

Portrait de biscoto
17/janvier/2019 - 09h48 - depuis l'application mobile

Macron à quand le grand débat de 7h avec benallah moi perso je pense que tu nous baratine!!!!!.

Portrait de Alala 1er
17/janvier/2019 - 09h17

L'Elysée lâche Benalla ? Vivement que Benalla lâche l'Elysée, miam !

Portrait de 555
17/janvier/2019 - 08h52
Hexagone a écrit :

Le Benalla est devenu la nouvelle Martine du roi ou quoi ?

Benalla s'amuse avec des manifestants

Benalla fête la victoire des bleus dans le bus

Benalla en Afrique 

Benalla ne veut pas rendre ses 2 passeports diplomatiques 

Benalla à 4 passeports finalement 

Benalla ne veut pas rendre son portable crypté 

Benalla fait de faux papier ...

A suivre

Benalla a confisqué la coupe du monde dans son bureau pendant plusieurs jours. 

Et le mec n'est toujours pas en GàV. 

Je pense que si Benalla portait un G.J il serait en prison actuellement. 

Portrait de BILOU T
17/janvier/2019 - 08h34

il a fait 20 voyages à l'étranger avec son téléphone ultra sécurisé (technologie secret défense) qui dit qu'il n'a pas été apporter notre technologie à une puissance étrangère ?

Portrait de Hexagone
17/janvier/2019 - 07h47
Voltaire. a écrit :

Acadabrantesque histoire sans fin ! 

Indécrotable morpion visé aux fesses de Jupiter ! 

Bien dit !

Et pendant ce temps là, on enfume la population au sens propre et figuré 

Portrait de Gregeagle
17/janvier/2019 - 06h03
Claudie a écrit :

Ecoeurant de connerie gj sûrement.Le preprésid Macron est un bon président et il y a les loups dehors qui veulent sa peau,mais ,car il y a un mais,tu as compris ?con comme toi le président restera et on l aidra salut le naze

J'ai arrêté de lire à "bon président ".

 

Portrait de Hexagone
16/janvier/2019 - 20h47

Le Benalla est devenu la nouvelle Martine du roi ou quoi ?

Benalla s'amuse avec des manifestants

Benalla fête la victoire des bleus dans le bus

Benalla en Afrique 

Benalla ne veut pas rendre ses 2 passeports diplomatiques 

Benalla à 4 passeports finalement 

Benalla ne veut pas rendre son portable crypté 

Benalla fait de faux papier ...

A suivre

Portrait de Alexshe
16/janvier/2019 - 19h28
Claudie a écrit :

Ecoeurant de connerie gj sûrement.Le preprésid Macron est un bon président et il y a les loups dehors qui veulent sa peau,mais ,car il y a un mais,tu as compris ?con comme toi le président restera et on l aidra salut le naze

Un si bon président qu'il doit avoir le plus faible pourcentage d'opinions positives de tous les pays occidentaux

Portrait de canardier
16/janvier/2019 - 19h23
Claudie a écrit :

Ecoeurant de connerie gj sûrement.Le preprésid Macron est un bon président et il y a les loups dehors qui veulent sa peau,mais ,car il y a un mais,tu as compris ?con comme toi le président restera et on l aidra salut le naze

"Le preprésid Macron est un bon président".... smiley

Portrait de Claudie
16/janvier/2019 - 18h59
minou75 a écrit :
@Live Tv Et le Président aussi...!!!

Ecoeurant de connerie gj sûrement.Le preprésid Macron est un bon président et il y a les loups dehors qui veulent sa peau,mais ,car il y a un mais,tu as compris ?con comme toi le président restera et on l aidra salut le naze

Portrait de MICMAH458
16/janvier/2019 - 18h39
sergioplaya2 a écrit :
Et lui c’est quand qu’il va en tôle. Rejoindre gueant

Vous ne pensez quand même pas sérieusement qu'il y ait la moindre chance pour que Guéant aille physiquement en taule, non ?

Portrait de mestoutou
16/janvier/2019 - 18h03

Et que fait cet individu en liberté???????????

Mais voilà, la france comme nous le savons fait le tri qui doit ou qui doit pas....!

Portrait de Wouhpinaise
16/janvier/2019 - 17h59

A ce train là on va bientôt nous apprendre que Macron a commandé son service à vaisselle à 500.000 €uros parce que Benalla s'est emparé de l'ancien ! smiley

Portrait de sergioplaya2
16/janvier/2019 - 17h20 - depuis l'application mobile

Et lui c’est quand qu’il va en tôle. Rejoindre gueant

Portrait de sergioplaya2
16/janvier/2019 - 17h20 - depuis l'application mobile

Et lui c’est quand qu’il va en tôle. Rejoindre gueant

Portrait de minou75
16/janvier/2019 - 17h12 - depuis l'application mobile
Live Tv a écrit :
En taule, la putain du Président !

@Live Tv
Et le Président aussi...!!!

Les plus vus