25/10 10:46

L'actuelle salle de presse de l'Elysée va être transférée d'ici la fin 2018 dans une annexe du palais présidentiel, hors de la cour principale

L'actuelle salle de presse de l'Elysée va être transférée d'ici la fin 2018 dans une annexe du palais présidentiel, hors de la cour principale, a confirmé l'Elysée mercredi soir, malgré les vives protestations des journalistes contre ce projet de "verrouillage". "La Présidence de la République créera d'ici la fin de l'année 2018 une nouvelle salle de presse à l'attention des médias" qui sera située rue de l'Elysée, hors de l'hôtel d'Evreux, le bâtiment principal du palais, écrit l'Elysée dans un communiqué, qui vient avec des mois de bras de fer avec la presse. Vantant "des conditions de travail améliorées" dans le nouvel "espace" qui pourra accueillir 36 "vrais postes de travail" et favoriser les directs des chaînes info en continu, le cabinet du président Macron justifie à nouveau son projet par le besoin d'avoir davantage de salles de réunions dans l'enceinte historique.

Depuis 40 ans, les médias ont accès à une salle de presse donnant sur la cour de l'Élysée à certaines occasions (Conseils des ministres, réceptions de dirigeants étrangers...). Les agences de presse, dont l'AFP, y ont accès en permanence. Mardi, les journalistes qui couvrent la présidence de la République avaient renouvelé leur souhait de pouvoir garder leur salle de presse dans la cour de l'Elysée au nom de la "liberté d'informer". "D'importants travaux vont dans les mois et années qui viennent concerner l'aile Ouest de l'hôtel d'Evreux pour la rendre plus propice au travail des équipes de la présidence.

Ces travaux engloberont l'actuelle salle de presse, la rendant en pratique inaccessible", explique l'Elysée. Le cabinet de M. Macron fait valoir qu'il n'y a aujourd'hui dans l'enceinte historique "qu'une seule salle de réunion pour 822 agents. Cette salle, d'une capacité de 20 personnes, ne permet pas de couvrir les besoins actuels de la présidence au quotidien et impose de nombreuses délocalisations dans les annexes". Le projet confirmé mercredi remonte à l'arrivée d'Emmanuel Macron en mai 2017. Face au tollé au sein des rédactions, l'Elysée l'avait à l'époque repoussé.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de swatss
25/octobre/2018 - 12h28

Les deux arguments en oppositions se tiennent , mais faut bien trancher....

Les plus vus

Ailleurs sur le web