12/10 10:15

La présidente France Télévisions Delphine Ernotte plaide pour que les groupes audiovisuels arrêtent de "danser avec le diable" Netflix

La présidente France Télévisions a plaidé pour que les groupes audiovisuels arrêtent de "danser avec le diable" Netflix et se concentrent sur les réponses à donner aux GAFAM, au cours d'une table ronde organisée par le cabinet NPA Conseil. "On fabrique l'essence d'un moteur, le joyau de ce qu'on peut aller chercher quand on va sur les réseaux sociaux. Notre combat commun est de montrer que ça a de la valeur", a souligné Delphine Ernotte, citant l'exemple de la BBC qui s'était associée avec Netflix avant de s'en écarter.

Réunis autour d'elle, les dirigeants de TF1, Canal+, M6, Altice et Orange, les principaux groupes audiovisuels français, ont demandé que la réforme du secteur en cours d'étude au Parlement s'accélère et n'oublie pas leurs priorités. Le PDG de TF1 Gilles Pélisson a notamment plaidé pour que la réforme autorise la publicité adressée, qui adapte les spots aux téléspectateurs en fonction des données qu'ils partagent. "Mon premier sujet en ce moment est le piratage", a lancé de son côté Maxime Saada, directeur général de Canal+. "On est parmi les champions du monde. La pénétration de l'internet à haut débit est très forte en France et on aime bien resquiller", a-t-il expliqué. La publicité adressée, la publicité dans les secteurs interdits (notamment le cinéma et l'édition), "les géants du numérique le font déjà", a souligné Alain Weill, PDG d'Altice France (BFTMV-RMC). "On est engoncés dans des habitudes, dans des schémas", a-t-il regretté. "Il y a une révolution à mettre en oeuvre si on veut se défendre", a lancé le vice-président de M6 Group, Thomas Valentin. "Pourquoi à un moment on ne se dit pas collectivement qu'on ne peut plus continuer comme ça?", a lancé David Kessler, le directeur d'Orange Content, craignant que les débats autour de la loi se transforment en "défense par chaque catégorie professionnelle de ses intérêts".

Du côté de France Télévisions, on craint une forte désaffection des jeunes téléspectateurs dans les prochaines années, à l'image de ce qui s'est passé en Norvège et en Suède. "Ca va arriver sans doute plus vite qu'on ne l'anticipe", a prédit Delphine Ernotte. La présidente du groupe public a également plaidé pour qu'il n'y ait "pas de débats picrocholins" qui empêcheraient France Télévisions d'avoir accès aux données d'utilisation de ses spectateurs en ligne, marquant un désaccord avec le sénateur LR Jean-Pierre Leleux. Celui-ci avait plaidé plus tôt au cours du colloque pour que l'audiovisuel public se démarque de ses concurrents privés en n'utilisant pas ces données privées.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de TooHot2
13/octobre/2018 - 10h10

Le combo Amazon Prime + Netflix. Avec 15 boules par mois, on a plus besoin de télé

Portrait de minou75
12/octobre/2018 - 13h52 - depuis l'application mobile

Et Delphine toi tu danses avec les " Loosers " Ta télé est obsolète elle est juste bonne pour maintenir en vie les petits vieux dans les Ehpads...Maintenant tout se passe sur le net !!!

Portrait de msc2006
12/octobre/2018 - 10h27

ils ont perdu d'avance  ils auraient du faire cela il y a 10 ans  perso j ai amazon prime  et la plus part du temps je regarde la tv en replay ou décalé via my canal

Les plus vus