12/10 07:15

Un juge new-yorkais a annulé l'un des six chefs d'accusation qui pesaient sur le producteur déchu Harvey Weinstein

Un juge new-yorkais a annulé l'un des six chefs d'accusation qui pesaient sur le producteur déchu Harvey Weinstein, une victoire pour la défense, qui réclame toujours l'annulation du dossier tout entier.

Avant la décision du magistrat, le ministère public avait accepté l'annulation de ce chef d'accusation pour agression sexuelle, suite à l'affaiblissement du témoignage de Lucia Evans, qui accusait Harvey Weinstein de fellation forcée en 2004.

L'avocat de l'ancien magnat d'Hollywood, Benjamin Brafman, a indiqué qu'un document versé au dossier contredisait la version de Lucia Evans. Selon plusieurs médias américains, cette dernière aurait raconté avoir effectivement fait une fellation à Harvey Weinstein, mais de son plein gré, pour obtenir un rôle.

"C'est un développement très important", a commenté après l'audience Benjamin Brafman, qui a laissé entendre que le ministère public devrait poursuivre Lucia Evans pour parjure.

La défense cherche à faire annuler toute la procédure et a déposé, début août, un recours en ce sens, produisant des éléments visant à discréditer une autre des trois femmes se disant victimes d'Harvey Weinstein.

"Il ne s'agit pas de stigmatiser les victimes", a prévenu Benjamin Brafman, ou de "suggérer qu'une femme qui témoigne ne devrait pas être crue". "Il s'agit de la preuve qu'une personne qui a témoigné a menti devant un grand jury", a-t-il ajouté, en référence au jury qui a statué sur la validité des chefs d'accusation.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus