09/10 08:31

Le Parisien révèle ce matin les coulisses du tournage "cauchemar" de la nouvelle émission de trampoline de TF1, présentée par Christophe Beaugrand et Laurence Boccolini

Disons le tout de suite, même si ils sont les animateurs de cette nouvelle émission, Christophe Beaugrand et Laurence Boccolini ne sont pour rien dans la grande pagaille décrite ce matin par nos confrères du Parisien, et il est même fort possible qu'ils découvrent avec stupeur ce matin, les conditions dans lesquelles s'est déroulé le tournage de cette nouvelle émission de TF1, produite par Endemol, Big Bounce Battle. Ce fameux concours de trampoline, évoqué depuis des mois et qui est enfin entré en production.

Premier élément clef, le tournage ne se déroule pas en France mais au Pays-Bas pour des questions de décor, c'est là bas qu'est centralisé le tournage, mais la production a choisi de faire venir une partie du public de France pour pouvoir réagir à l'humour et aux vannes des deux animateurs. Et c'est dans ce public que s'est glissé le journaliste du Parisien pour constater l'étendue des dégâts et en particulier le traitement plutôt désinvolte des personnes qui ont fait le trajet pour assister à ce programme.

Les problèmes commencent à Paris

" (...) Un des membres du public vient d’apprendre que le bus ne ferait pas de pause pendant les cinq heures de trajet (jusqu'au studio d'enregistrement) . « On ne doit pas retarder le tournage », tranche Ophélie, missionnée par Endemol pour gérer le public. « Et si on a soif ? Vous avez prévu des bouteilles d’eau ? » se hasarde Angélique. La réponse est non. « Ah, si j’avais su...»

Puis arrivé sur place, le tournage démarre. Un sandwich léger offert à midi, une pomme à 16h pour le public et le soir les choses se gâtent: "Il est 20 heures quand on nous annonce une deuxième pause. On demande si une restauration prévue. « On vous a déjà donné une pomme !, nous répond-on. 

A 22 heures, nouveau « plateau-repas », le même qu’à midi. Nouvelles grimaces. « Chez Hanouna ou Arthur, au moins, on a des vrais sandwichs », entend-on dans le hall.

Confronté à ce malaise, un salarié d’Endemol rapporte quelques gâteaux de la régie et du pain d’épice tout sec. Puis arrivent huit boîtes de pizzas pour 90 personnes. Les plus rapides se jettent dessus, au prix de quelques bousculades. « Elles sont froides, ils nous ont refilé les restes des techniciens », déplore une affamée."

Retour à Paris, dans le car et "heure d’arrivée : 3 heures du matin, soit 21 heures après notre embarquement. « Le métro ferme à 1 heure du matin. Vous avez prévu des taxis ?, demande Angélique, qui s’attendait à rentrer chez elle à 23h30. Réponse négative du responsable du public.

« C’est quand même dingue de nous laisser seules dans une zone qui craint », s’inquiète la jeune femme. Et de raconter ce tournage de « C’est mon choix », sur Chérie 25, qui s’était prolongé jusqu’à 22 heures au lieu de 20. « Ce soir-là, Évelyne Thomas a payé des pizzas pour tout le monde et des taxis pour ceux qui en avaient besoin. »

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de jp91
9/octobre/2018 - 10h05

C'est en Hollande , on sait bien que les Hollandais sont près de leurs  sous  LOL

Les plus vus