23/09 08:31

Muriel Robin, rejointe par 87 autres personnalités, signe une tribune pour que les victimes de violences conjugales "ne meurent plus dans l'indifférence totale"

La comédienne Muriel Robin, rejointe par 87 autres personnalités, signe dimanche dans le JDD une tribune pour que les victimes de violences conjugales "ne meurent plus dans l'indifférence totale" et elle appelle à un rassemblement le 6 octobre à Paris.

Sous le titre "Sauvons celles qui sont encore vivantes", Muriel Robin rappelle que "tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien conjoint" et que l'an dernier "123 ont ainsi perdu la vie" tandis que "225.000 autres ont été victimes de violences conjugales".

Rappelant que "la lutte contre les violences faites aux femmes a été proclamée grande cause nationale pour l'année 2018", elle estime que "pourtant, un silence assourdissant persiste".

"Il faut que cela s'arrête. Il faut que notre cri de révolte soit aussi retentissant que le déni qui règne aujourd'hui. Monsieur le président, agissons pour que ces femmes ne meurent plus dans l'indifférence totale, pour que nous n'ayons plus honte de ces cadavres", lit-on dans le texte.

Pour ses signataires, il faut "donner les moyens d'agir à ceux qui prennent en charge les femmes victimes et les hommes auteurs de ces violences".

Ils réclament en outre "une formation O.BLI.GA.TOI.RE nationale de tous les métiers de loi (police, gendarmerie, juges, magistrats) et un plan d'urgence pour l'hébergement des femmes".

Le texte demande aussi que soit imposé à l'agresseur "une interdiction d'approcher le domicile de l'agressée" et que les "hommes +violents+ soient contraints de se soigner". Il propose enfin de "repenser la loi sur la légitime défense".

"Si vous voulez manifester votre engagement, je vous propose que nous nous retrouvions toutes et tous le samedi 6 octobre à 14 heures, devant le Palais de Justice de Paris. Tous ensemble, montrons à ces femmes que nous leur tendons la main, et que viendra un jour où elles ne seront plus seules", conclut Muriel Robin.

Parmi les signataires figurent Carole Bouquet, Mimie Mathy, Vanessa Paradis, Pierre Palmade, Alexandra Lamy, Julien Clerc, Stéphane Bern, Michel Drucker, Claude Chirac et Amélie Mauresmo.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Seaskua...
23/septembre/2018 - 20h49

Le fait qu'elle ait tourné dans le film - qui va être diffusé bientôt - qui a été tiré du livre de Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari, qu'elle a tué d'une balle dans le dos, n'est, bien évidemment, qu'une stricte coïncidence.

Je crois que les violences conjugales sont un sujet trop sérieux pour être étudié par des artistes qui signent des pétitions. Muriel Robin, comme bien des artistes, épouse les causes de ses personnages. Et Mme Sauvage est un vrai personnage, car elle a fait croire que, chef d'entreprise de transport, avec un mari routier dans l'entreprise, celui-ci exerçait sur elle une contrainte telle qu'elle ne pouvait le dénoncer aux autorités.

En outre quelqu'un qui s'offusque des violences conjugales en mettant en avant une meurtrière ayant commis un crime de sang froid, cela fait un peu désordre.

Portrait de Jse
23/septembre/2018 - 17h12

Bravo !!!  peut être .... que ça va bouger ! 

 

 

Portrait de Prospérine
23/septembre/2018 - 11h21
alekine1 a écrit :

Le combat et noble MAIS c'est oublier que des hommes aussi meurent victime de violences domestiques (par leur femme ou leur homme). C'est toutes les victimes dont il faut s'occuper pas seulement d'une tranche.

Justement, dans l'interview du JDD il en est question aussi.

et ce qui est demandé pour une victime l'est demandé pour toutes dans l'article même si la très grande majorité est féminine.

 

 

Portrait de MikaHh2307
23/septembre/2018 - 10h45
alekine1 a écrit :

Le combat et noble MAIS c'est oublier que des hommes aussi meurent victime de violences domestiques (par leur femme ou leur homme). C'est toutes les victimes dont il faut s'occuper pas seulement d'une tranche.

bien vu!

Les plus vus