19/09 08:01

L'ancien président du Grand Palais, Jean-Paul Cluzel recuse les assertions du Canard enchaîné qui affirme qu'il a dépensé 400.000 euros en taxis et limousine

L'ancien président du Grand Palais, Jean-Paul Cluzel, a recusé les assertions du Canard enchaîné, qui, en s'appuyant sur un rapport confidentiel de la Cour des comptes, lui impute des notes de taxis excessives et la location d'une "limousine" à grands frais. Selon le Canard, à paraître mercredi, "Cluzel a claqué 410.000 euros en cinq ans en location de limousine et frais de taxi".

En 2014, ajoute l'hebdomadaire dans son article titré "Limousine à prix d'or", "95.090 euros ont été dépensés, soit près de 8.000 euros par mois" par l'ancien patron du Grand Palais, en place entre janvier 2011 et janvier 2016.

Citant ce rapport confidentiel adopté le 15 mars et consacré à l'établissement public Réunion des Musées nationaux - Grand Palais, le Canard affirme en outre que la facture de la rénovation du Grand Palais "est en train d'exploser", victime d'une "dérive astronomique". Elle vient d'"augmenter de 75 millions d'euros, pour atteindre 541 millions d'euros", selon le journal satirique.

"Le Canard me reproche d'avoir eu pour les besoins du service à RMN-Grand Palais une voiture qu'il qualifie de limousine et un chauffeur. Ainsi que d'avoir engagé des frais de taxis pour un montant extravagant.(...) Je n'ai jamais utilisé ce chauffeur à des fins personnelles", a réagi M. Cluzel, interrogé par l'AFP.

Ce chauffeur, explique-t-il, "servait également pour les membres de la direction, les artistes, collectionneurs et invités, et pour le transport des plis". Quant à la voiture, selon lui, "elle n'est pas une limousine mais une Peugeot 508.

A ceci s'ajoutait un recours ponctuel aux taxis, notamment pour les heures très tardives et pour les invités quand mon chauffeur ne pouvait suffire à lui seul".

Répondant aux assertions du Canard sur les dérives du coût du projet (chiffré à 466 millions en février 2018), Emmanuel Marcovitch, président par intérim de la RMN - Grand Palais, a critiqué "les raccourcis trop rapides sur l'évolution du coût du chantier".

"Le chiffre de 466 millions d'euros, on l'a affiché en janvier 2016. C'est sur la base de ce chiffre que l'arbitrage a été pris par le gouvernement de lancer le projet à cette date. Depuis ce chiffre n'a pas bougé", a-t-il assuré.

Il a récusé que le projet assèche les crédits affectés au patrimoine, alors qu'il ne concerne que 3% du budget du ministère de la Culture, pour un bâtiment de 70.000 mètres carrés, qui n'a jamais été rénové dans son ensemble.

Cet ambitieux chantier doit permettre à l'horizon 2023 une rénovation d'ensemble mais aussi augmenter les espaces d'exposition, et créer une grande rue intérieure sur laquelle donneront des salles et des commerces.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Philou.2
19/septembre/2018 - 10h20

C'est honteux.. 

Portrait de thevoice
19/septembre/2018 - 09h44

Heureusement que le canard enchaîné existe. 

Pour dénoncer des abus. De l'entre soi. 

 

Portrait de djbaxter
19/septembre/2018 - 09h32

Malaise : il ne conteste pas les sommes dépensées, il précise qu'il n'a pas utilisé ce véhicule "à des fins personnelles" mais avec des excuses "pro" ils se sont donc rincé, lui, les autres membres de la direction et les "invités" (aucun ne peut pas s'acheter une carte navigo ou se payer un VTC avec leurs salaires en milliers d'euros).

Les plus vus