11/07 16:19

Mort de Naomi Musenga: Le parquet va ouvrir une enquête pour non assistance à personne en péril contre l'opératrice du SAMU

Le procureur de la République de Strasbourg a annoncé mercredi l’ouverture d’une information judiciaire pour «non-assistance à personne en péril» dans l’enquête sur la mort de Naomi Musenga, jeune femme décédée après avoir été raillée par une opératrice du Samu en décembre.

«Je procéderai dans les prochains jours à l’ouverture d’une information judiciaire du chef de non-assistance à personne en péril contre l’opératrice du centre des appels d’urgence et tous autres, ainsi que du chef d’homicide involontaire contre X», a indiqué le procureur de Strasbourg, Yolande Renzi, dans un communiqué.

Le procureur a ajouté avoir reçu plusieurs membres de la famille de Naomi Musenga le 10 juillet «afin de leur donner connaissance des conclusions de l’enquête». Il souligne avoir pu évoquer avec eux «les éléments médicaux obtenus lesquels expliquent le décès de Naomi Musenga comme étant la conséquence d’une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours».

«La destruction évolutive des cellules de son foie a emporté défaillance de l’ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès», ajoute le procureur.

La mort de Naomi Musenga, une Strasbourgeoise de 22 ans, décédée le 29 décembre, dont l’appel de détresse avait été traité avec mépris par une régulatrice du Samu, avait soulevé une vague d’indignation en France. Un document sonore, relatant les échanges entre la jeune femme et l’opératrice, avait été largement diffusé dans les médias et sur les réseaux sociaux. L’ouverture d’une information judiciaire était l’une des demandes des parents de Naomi Musenga.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Hercule Poirot
12/juillet/2018 - 10h51 - depuis l'application mobile

Juste un témoignage, mon ex-femme un jour a fini aux urgences pour de très fortes douleurs abdominales, pendant des jours elle y est restée (aux urgences/ soins continus).
Les médecins ne comprenaient pas ce qu'il se passait car elle avait devellopé un syndrome auto-immunitaire, son corps ne reconnaissait plus son pancréas et l'avait déjà necrosé à env 30%, c'était et c'est toujours dramatique.
À force de patience j'ai réussi à lui faire avouer qu'elle avait pris 4 dafalgan 1g en une fois.
Elle n'avait rien dit car ce n'était pas la 1ère fois qu'elle prenait des surdoses en auto-médication.
Les médecins informés ont fait au mieux, mais elle est quand même restée cinq bonnes semaines à l'hôpital, et croyez-moi, cela devait être sérieux car en Suisse on vous fiche dehors de l'hôpital le plus rapidement possible.
Ce commentaire pour vraiment vous mettre en garde contre ces médicaments qui ont l'air anodin mais qui peuvent vous tuer.
J'ai très peur maintenant que son pancréas ou ce qu'il en reste soit attaqué par un p..... de crabe.
Bref faites attention les gens

Portrait de PECHU44
12/juillet/2018 - 08h56

gambit ma question est commettez vous des erreurs ?

Portrait de francischerasse
11/juillet/2018 - 23h22

et l'opératrice des pompiers ????? C'est quand même elle qui commence les moqueries et qui oriente celle du samu vers un appel bidon !!!!!!!!!!!! 

Portrait de france66
11/juillet/2018 - 20h36

ce n'est pas déjà fait depuis le temps ???

Portrait de PECHU44
11/juillet/2018 - 19h44

ais je parler de meurtre?  je vous parle d'erreur humaine êtes vous si parfait que vous n'en commettez aucune ?

Portrait de PECHU44
11/juillet/2018 - 19h41

GREG 2001 Ou voyez vous de la xénophobie ou du racisme?   si un jour vous devez faire l'objet d'un intervention chirurgicale majeure je vous invite a vous rendre en roumanie ou au congo n'hésitez pas

Portrait de PECHU44
11/juillet/2018 - 19h36

gambit 69 êtes vous  en train d'accuser l'opératrice de meurtre ?

Portrait de Wouhpinaise
11/juillet/2018 - 18h54
PECHU44 a écrit :

c'est facile de dire "il y a faute grave" il faut voir dans quelles conditions de stress ces gens travaillent ce ne sont pas des réunions tupperware… de plus quand ça touche a l'humain c'est toujours dramatique  mais l'erreur reste humaine

La fonction d'une opératrice du SAMU n'est pas d'envoyer chier et de se foutre de la gueule des patients qui appellent. Après, bien sûr qu'il faut prendre en compte les conditions difficiles de ce métier, et qu'en cela, elle a surement des circonstances atténuantes. Mais elle a commis une faute grave et une jeune femme est décédée (même si ce n'est pas la seule responsable de ce décès). Donc normal qu'il y ait une enquête.

Portrait de Philou.2
11/juillet/2018 - 18h51

Cette histoire est regrettable à tous niveaux.. 

Portrait de PECHU44
11/juillet/2018 - 18h23

c'est facile de dire "il y a faute grave" il faut voir dans quelles conditions de stress ces gens travaillent ce ne sont pas des réunions tupperware… de plus quand ça touche a l'humain c'est toujours dramatique  mais l'erreur reste humaine

Portrait de radiopirate
11/juillet/2018 - 16h57

on meurt tous un jour !

 

est ce une réponse que le samu doit donner ????

il n y a aucune excuses 

Portrait de Jejedu69
11/juillet/2018 - 16h52 - depuis l'application mobile
PECHU44 a écrit :

c'est bien  continuez comme çà vous allez ouvrir des vocations  quand il n'y aura plus de volontaires pour les SAMU et les urgences  on y ira chercher des roumains ou des congolais beaucoup mieux formés que  ce que l'on a en FRANCE….

@PECHU44 Y a quand même faute grave de l’opératrice !!!

Portrait de PECHU44
11/juillet/2018 - 16h31

c'est bien  continuez comme çà vous allez ouvrir des vocations  quand il n'y aura plus de volontaires pour les SAMU et les urgences  on y ira chercher des roumains ou des congolais beaucoup mieux formés que  ce que l'on a en FRANCE….

Les plus vus