14/04/2010 18:46

Nice-Matin : les salariés manifestent à l'occasion du MIPTV

Les salariés de Nice-Matin ont manifesté mercredi à Cannes (Alpes-Maritimes) pour rappeler leur opposition au projet de leur maison-mère, Groupe Hersant Media (GHM), de vendre le siège historique de la société à Nice, a constaté une journaliste de l'AFP.  

Profitant pour se faire entendre de l'affluence occasionnée par le Marché international des programmes de télévision, le plus grand salon de programmes audiovisuels au monde, quelque 70 journalistes et ouvriers du Livre rassemblés sur les marches du Palais des Festivals ont déployé une banderole sur laquelle était écrit "Non à la vente de Nice-Matin à la découpe".  

Force ouvrière et l'intersyndicale - CGT, Syndicat national des Journalistes (SNJ), CGC - reprochent à Hersant de vouloir vendre le siège du groupe pour se renflouer, au détriment de Nice-Matin qui, selon eux, se porte bien.  

Le directeur général de GHM Dominique Bernard leur aurait confirmé ce projet au cours d'une rencontre la semaine dernière, et aurait aussi évoqué la possible entrée, à hauteur de 30%, d'un nouvel actionnaire qui ne serait pas un groupe de presse dans le capital du groupe.   "On servirait à alimenter les caisses d'un actionnaire qui ne serait même pas un groupe de presse", s'est insurgé Jean-François Roubaud, délégué SNJ, s'exprimant au nom de l'intersyndicale.  

Les syndicats ont multiplié les actions depuis deux semaines pour faire pression sur leur direction et sensibiliser l'opinion. Après s'être mis en grève pour 24 heures les 1er et 6 avril, ils ont publié ce mercredi une publicité dans "Libération", et ils organisent dimanche une fête en plein air à Nice.  

"GHM nous met à poil !", clame l'encart publicitaire, mettant en scène une vingtaine de salariés seulement vêtus d'une feuille de journal.  

Selon "Les Echos" en date du 7 avril, GHM, endetté de quelque 200 millions d'euros, serait depuis plusieurs mois soumis à une pression de ses banques en raison de difficultés à respecter ses engagements.  

Le ministre de l'Industrie et maire de Nice, Christian Estrosi, a déclaré le 2 avril qu'il ne pouvait concevoir que GHM "sacrifie" le journal à des préoccupations financières.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus