22/05 17:45

Manif des fonctionnaires : De violents incidents avec les CRS ont éclaté en marge du cortège - 17 interpellations

17h42: Ce que l'on sait

De brèves échauffourées ont éclaté à Paris entre des forces de l'ordre - qui ont fait usage de canon à eau et de gaz lacrymogène - et quelques dizaines de manifestants encagoulés en marge du cortège de fonctionnaires, donnant lieu à 17 interpellations, a appris l'AFP de sources concordantes.

Avant que le cortège n'atteigne la place de la Bastille, quelques dizaines de manifestants ont détruit des abribus, brisé des vitrines de magasins rue de Lyon (XIIe arrondissement) et jeté des projectiles en direction des forces de l'ordre.  Les policiers ont répliqué en faisant usage de canon à eau et de gaz lacrymogène et ont procédé à plusieurs arrestations, selon la même source. A l'issue de ces brefs heurts, 17 personnes ont été interpellées pour "participation à un groupement violent", a indiqué la préfecture de police.

Dans une rare unité syndicale, les fonctionnaires manifestaient pour défendre leur statut et s'opposer à la réforme du gouvernement, au cours de cette troisième journée de mobilisation depuis l'élection du président Emmanuel Macron par lequel ils se sentent "attaqués".

Le défilé du 1er-Mai avait été marqué cette année par de nombreux incidents (abribus saccagés, voitures brûlées, panneaux publicitaires et vitres de restaurants brisées) et de nombreux heurts attribués par les autorités à quelque 1.200 militants de l'ultragauche estampillés "black blocs". Au cours de cette manifestation, 283 personnes avaient été arrêtées dont 102 placées en garde à vue, et quatre autres, dont un CRS, avaient été très légèrement blessées, selon le bilan officiel. Sept personnes ont depuis été inculpées et placées sous contrôle judiciaire.

17h12: Dix-sept personnes ont été interpellées à Paris pour "participation à un groupement violent" en marge de la manifestation 

 

17h00: De brèves échauffourées ont éclaté à Paris entre des forces de l’ordre - qui ont fait usage de canon à eau et de gaz lacrymogène - et quelques dizaines de manifestants encagoulés en marge du cortège de fonctionnaires, a constaté un journaliste de l’AFP.

Avant que le cortège n’atteigne la place de la Bastille, quelques dizaines de manifestants ont détruit des abribus, brisé des vitrines de magasins rue de Lyon (XIIe arrondissement) et jeté des projectiles en direction des forces de l’ordre. Sept personnes ont été interpellées, selon la préfecture de police.

16h55: Une marionnette du Président de la République, Emmanuel Macron, avec une balle dans la tête était visible à l'avant du cortège parisien

16h54: Voici quelques clichés postés sur Twitter

16h52: Des projectiles ont été lancés vers les forces de l'ordre. Deux vitrines de magasins ont été brisées, selon BFMTV

16h45: 15 personnes ont été interpellées , rapporte BFMTV

16h42: Les fonctionnaires étaient dans la rue ce mardi, à l'appel de neuf syndicats pour défendre leur statut et leur pouvoir d'achat. À Paris, le cortège parti aux alentours de 14 heures a rassemblé 16.400 personnes, venues défendre le statut des agents et les services publics, a comptabilisé le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont l'AFP.

Ni les organisateurs ni la préfecture de police n'ont encore fait état d'aucun comptage. Plus de 130 manifestations ont également eu lieu un peu partout en France.

16h40: Le premier secrétaire du PS Olivier Faure s’est fait huer mardi par quelques manifestants pendant la manifestation des fonctionnaires à Paris, sans toutefois en être exfiltré, comme cela avait été le cas le 1er mai, a indiqué son entourage à l’AFP (voir la vidéo en cliquant ICI)

M. Faure a été invectivé par des manifestants aux cris de «dégage, pourri», «barre-toi», «à bas le parti socialo», a constaté un journaliste. «Ce sont quelques zozos. Mais ca n’a rien à voir avec ce qui s’était passé le 1er mai», quand le numéro un du PS avait dû être exfiltré de la manifestation, a précisé son entourage. «Il y a eu des fumigènes, il a dû se déplacer de quelques mètres dans la manifestation. Puis, il est parti saluer ceux qui sont en tête de cortège. Ensuite, il retournera à son bureau à l’Assemblée puis à Solférino (le siège du PS), pour le Bureau national qui se tient à 17h30», a-t-on ajouté.

16h39: Selon FranceInfo, sept personnes cagoulées ont été interpellées par la police en marge de la manifestation des fonctionnaires, à Paris.

16h33: La police a chargé ce groupe et utilisé lances à eau et grenades lacrymogènes, selon un journaliste de FranceInfo

16h32: Deux magasins et un abri bus ont été dégradés par des personnes cagoulées. 

16h25: La manifestation avait débuté en début d'après-midi dans le calme, à Paris, mais les premières dégradations ont été constatées.

16h20: La manifestation parisienne pour défendre le statut des fonctionnaires et les services publics, à l’appel de neuf organisations syndicales, a démarré juste après 14H00 dans une ambiance bon enfant et en musique, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler sous le soleil, derrière un carré de tête où, fait exceptionnel, figuraient tous les grands leaders syndicaux, derrière une banderole proclamant: «Pour une fonction publique de progrès social, pour l’augmentation du pouvoir d’achat, pour l’emploi public».

16h10: Dans le secteur public, la précédente journée de mobilisation avait réuni 323.000 personnes dans la rue, selon le ministère de l’Intérieur (500.000 selon la CGT) et la toute première, celle du 10 octobre, 209.000 (400.000).

16h00: Pour la troisième fois depuis l’élection d’Emmanuel Macron, les fonctionnaires battent le pavé et font grève mardi, pour défendre leur statut et s’opposer à la future réforme du gouvernement, qu’ils perçoivent comme une «attaque».

Le fonctionnement des écoles et collèges sera perturbé, de même que l’accueil des tout-petits dans les crèches, des avions seront cloués au sol et des coupures de courant sont à prévoir.

Entre 130 et 140 manifestations sont programmées partout en France.

Côté SNCF, engagée dans un long conflit, seul Sud Rail a déposé un préavis mais le prochain épisode de grève de deux jours au sein du groupe ferroviaire débutera à 20H00.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Micheldu17.02
23/mai/2018 - 09h33

Certains casseurs auraient été interpellés avec un "tonfa" milier.....smiley.....smiley

Portrait de Pat
22/mai/2018 - 23h18

Encore une utilisation excessive de la force par la police au lieu de laisser calmement les manifestants s'exprimer 

Portrait de Wouhpinaise
22/mai/2018 - 17h48

J'attends un avis éclairé de Monsieur Mélanchon sur la provenance de ces casseurs... smiley

Portrait de Voltaire.
22/mai/2018 - 17h01

Gros gros gros orage sur Paris avec grêlons .... je suppose que cela va disperser les manifestants !

Portrait de ale35
22/mai/2018 - 16h42

comme dit la chanson c'est comme d'habitude

Les plus vus