16/04 07:30

Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel ont-ils transformé l'interview du Président de la République en un match de boxe ?

Par Stéphanie LEROUGE, Alexandra DEL PERAL

.

Le ton est rapidement monté dimanche soir entre Emmanuel Macron et les journalistes Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, le président de la République n'hésitant pas à recadrer ses intervieweurs et à leur reprocher "amalgame" ou "insinuation". Le fondateur de Mediapart, novice dans cet exercice de l'interview présidentielle, s'est, par son interpellation, le premier attiré les foudres du président de la République.

"Dans tous les secteurs, les mécontentements sont là", a affirmé le journaliste, énumérant les différents fronts sociaux. "Tous critiquent votre façon de décider de leur sort, pas seulement ce que vous décidez mais la façon dont vous le faites, autoritaire, verticale. Vous vous êtes trompé sur le nom de votre mouvement, vous auriez dû l'appeler En force !", a-t-il lancé. "Est-ce une question ou un plaidoyer ?", a répliqué le président de la République. "Non, c'est une question (...) Il n'y a jamais de mauvaises questions", lui a répondu le journaliste. "Votre question amalgame des choses profondément différentes (...) ces mécontentements ont des racines profondément différentes", lui a rétorqué M. Macron en jugeant "biaisée" la question de M. Plenel. L'évocation de l'"argent magique" et de l'évasion fiscale a donné lieu à une nouvelle passe d'armes, M. Macron s'agaçant des "approximations" ou "contre-vérités" de ses intervieweurs, confondant fraude fiscale et optimisation fiscale. Parlant au président de son "ami Bernard Arnault", Jean-Jacques Bourdin s'est fait reprendre de volée.

"Vous savez, les insinuations dans la vie, ce n'est pas une bonne chose (...) Vous n'êtes pas des juges autour de cette table. Vous êtes des intervieweurs, je suis président de la République", s'est emporté le chef de l'Etat.

Interrogé par M. Plenel sur l'indépendance de l'administration fiscale, M. Macron a renvoyé le fondateur de Mediapart à ses démêlés avec le fisc. "Vous-même vous avez décidé de vous affranchir des règles fiscales et l'administration fiscale vous a contrôlé", lui a-t-il lancé. 

"C'est totalement mesquin", s'est étranglé M. Plenel, tentant d'expliquer que Mediapart avait "mené un combat pour l'égalité entre la presse papier" et la presse en ligne. "On peut mener un combat sans s'affranchir des règles", l'a cloué M. Macron. Mediapart a fait l'objet d'un important redressement fiscal après avoir revendiqué et s'être appliqué un taux de TVA réduit, réservé jusqu'en 2014 à la presse papier. "Question cash, réponse cash", a commenté plus tard Edwy Plenel. M. Bourdin a lui demandé: "N'êtes vous pas dans une illusion puérile de toute puissance?".

Les deux hommes ont l'appelé "Emmanuel Macron" durant tout l'entretien, et non "Monsieur le président". Sur Twitter, beaucoup ont commenté la virulence des échanges. "Drôle d'interview qui consiste en fait à caricaturer la pensée, à faire des amalgames et ses postulats sans poser des questions à l'interlocuteur". Assez admiratif de la capacité d'Emmanuel Macron à répondre malgré tout avec calme et pédagogie", a applaudi le président du groupe MoDem à l'Assemblée, Marc Fesneau.

"On assiste à une caricature d'interview. En cherchant à abaisser la fonction présidentielle, les journalistes abaissent en réalité la fonction de journaliste", a de son côté commenté le maire de Nice Christian Estrosi (LR).

Le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a au contraire salué un "incroyable entretien de presse". "On n'écoute plus les réponses, on attend les questions", a-t-il tweeté.

L'interview s'est terminée sur une note plus légère, M. Macron répondant "chiche" à une invitation à renouveler l'exercice dans un an, pour le deuxième anniversaire de son accession à l'Elysée. "Avec des réponses peut-être longues, argumentées, des querelles inévitablement, mais avec ce qui est un exercice me semble-t-il démocratique dont nous avons besoin", a-t-il conclu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Synapse
16/avril/2018 - 20h32

"Ni vous ni moi n'êtes des juges"  Là, ça fait mal aux oreilles!  Faudrait qu'il apprenne à causer français le Macron!

Portrait de Seaskua...
16/avril/2018 - 18h43

Le Président est un intérimaire; Les deux autres ont un CDI de présentateur pour l'un et de journaliste pour l'autre. Au moins on a pas eu deux serveurs étant simplement là pour passer les plats et remplir les verres. Et puis Macron est un grand garçon du nouveau monde. Il est capable de se défendre tout seul.

Portrait de violettes
16/avril/2018 - 13h57
meiia a écrit :

Pour moi un journaliste n'est pas censé être bienveillant avec un président clivant , il doit le pousser dans ses retranchements , le confronter à ses contradictions afin d'obtenir des réponses clairs sans langue de bois. c'est ce qu'ils ont essayé de faire avec plus ou moins de succés alors effectivement toutes ces chaînes info essaient de faire passer cela pour de la violence verbale et a nous faire croire qu'il a été super bon si cet interview se serait déroules face a Hollande les retombés auraient été moins tendre mais bon c'est MACRON l'ami des propriétaires de journaux.

Pernault et Delahousse  eux ont été d'une nullité l'un a effectué une visite  de l’Élysée et l'autre a parler pluie et  beau temps avec Emmanuel. enfin Libre a vous de préférer une interview lisse où il y a connivence entre les journaleux et MACRON et qui n'apporte pas vraiment de réponses quelles soit vrai ou fausses.

 

Je n'ai pas voté Macron, mais je reconnais qu'il fait ce qu'il a dit que cela plaise ou non

je n'ai pas voté Macron mais je reconnais qu'il fait ce qu'il dit et rien que pour cela j'apprécie son action

j'ai trouvé surtout que les deux journalistes en faisaient des tonnes alors peut être que Pernault était plus lisse mais pour moi cela était regardable autant j'apprécie Bourdin mais là j'avais l'impression de voir la caricature  de Canteloup quand à Plenel je me demande encore pourquoi a-t-il été choisi il respire l'intolérance et la Haine

Portrait de Nounours59
16/avril/2018 - 13h08

Je tiens à préciser d'abord que je ne suis ni pro ni anti Macron mais j'ai écouté avec attention cet interview et je dois dire que les deux journalistes ont été inutilement agressifs, sans respect de la fonction présidentielle et, surtout, qu'ils ont été souvent ridicules à vouloir montrer leur indépendance et que M. Macron les a quelques fois sévèrement mouchés. Il a su, avec beaucoup de calme et de courtoisie, leur signifier qu'ils allaient trop loin. On peut être pugnace face à un président de la République mais sans tomber dans l'irrespect. Ces deux journalistes avaient visiblement envie de montrer que M. Macron ne les impressionnait pas. En jouant les matamores, Ils se sont ridiculisés et lamentablement plantés

Portrait de riri08
16/avril/2018 - 12h42

Plenel ressemble Charlot,nul nul nul en tant que journaliste

Portrait de meiia
16/avril/2018 - 11h56
violettes a écrit :

J'ai mille fois préféré JP Pernaut au moins il y avait un bel échange politesse et bienveillance

là on se serait cru à un match de boxe les deux journalistes voulant en découdre à tout prix résultat je n'ai tenu que 10 mn 

Pour moi un journaliste n'est pas censé être bienveillant avec un président clivant , il doit le pousser dans ses retranchements , le confronter à ses contradictions afin d'obtenir des réponses clairs sans langue de bois. c'est ce qu'ils ont essayé de faire avec plus ou moins de succés alors effectivement toutes ces chaînes info essaient de faire passer cela pour de la violence verbale et a nous faire croire qu'il a été super bon si cet interview se serait déroules face a Hollande les retombés auraient été moins tendre mais bon c'est MACRON l'ami des propriétaires de journaux.

Pernault et Delahousse  eux ont été d'une nullité l'un a effectué une visite  de l’Élysée et l'autre a parler pluie et  beau temps avec Emmanuel. enfin Libre a vous de préférer une interview lisse où il y a connivence entre les journaleux et MACRON et qui n'apporte pas vraiment de réponses quelles soit vrai ou fausses.

 

Portrait de jp91
16/avril/2018 - 11h44

Macron maitrise à fond tous les sujets , aucune note devant lui,  et n'a pas été déstabilisé ! Bourdin a été sans complaisance ! il a fait aussi son boulot !

Portrait de Oui-oui...
16/avril/2018 - 11h37

 Ces 2 journalistes ont été choisis pour leur coté sulfureux et sans complaisance. Et n’en déplaise à certain (moi le 1er), Macron, sans aucune note devant lui, ne s’est pas vraiment retrouvé en difficulté. Il n’a pas été déstabilisé, a répondu point par point, et à recadré avec finesse et justesse.

Vous imaginez  Hollande à sa place? Il se serait liquéfié ! Ou Marine Le Pen? Bououououh ils sont partououououou, avec les bras qui font essais glace ……

Alors d’accord ou pas avec sa politique, il a été bon hier soir.

Portrait de mestoutou
16/avril/2018 - 10h47

En tous les cas qu'on aime ou pas monsieur macron, nous pouvons constater qu'il connait son sujet, je me demande ce qu'aurait fait marine le pen !

Portrait de mestoutou
16/avril/2018 - 10h45
Lillois du sud a écrit :
je suis pas un pro Bourdin ou Plenel mais il faut dire que l'interview cette fois-ci a été plutôt intéressant

D'accord avec vous, parce que avec pernaud (que j'aime bien quand même) c'était de l'endormissement garanti !

Portrait de Queben
16/avril/2018 - 10h44
ale35 a écrit :

Mais ça a changé quoi par rapport à l'autre jour Macron est resté droit dans ses bottes

Plutôt droit dans ses Kickers !

Portrait de ale35
16/avril/2018 - 09h51
plopy74 a écrit :
Pour une fois que des journalistes ne font pas la carpette devant le président sa change… Le président était là pour répondre de sa politique et non en meeting

Mais ça a changé quoi par rapport à l'autre jour Macron est resté droit dans ses bottes

Portrait de La Rombière
16/avril/2018 - 09h42

C'est vos questions chaudes mais ses mes réponses surgelées !

Portrait de Lillois du sud

je suis pas un pro Bourdin ou Plenel mais il faut dire que l'interview cette fois-ci a été plutôt intéressant

Portrait de plopy74
16/avril/2018 - 08h28 - depuis l'application mobile

Pour une fois que des journalistes ne font pas la carpette devant le président sa change…
Le président était là pour répondre de sa politique et non en meeting

Portrait de plopy74
16/avril/2018 - 08h28 - depuis l'application mobile

Pour une fois que des journalistes ne font pas la carpette devant le président sa change…
Le président était là pour répondre de sa politique et non en meeting

Portrait de plopy74
16/avril/2018 - 08h28 - depuis l'application mobile

Pour une fois que des journalistes ne font pas la carpette devant le président sa change…
Le président était là pour répondre de sa politique et non en meeting

Portrait de highglandeur
16/avril/2018 - 08h02

Plenel se foutait complètement des réponses du président. Ce qui l’intéressait était de poser des questions réquisitoires sans appels pour l'emmerder, à croire qu'il avait une liste bien rédigée par les insoumis pour l'islamo gaucho!

Portrait de violettes
16/avril/2018 - 07h55

J'ai mille fois préféré JP Pernaut au moins il y avait un bel échange politesse et bienveillance

là on se serait cru à un match de boxe les deux journalistes voulant en découdre à tout prix résultat je n'ai tenu que 10 mn 

Portrait de ditka
16/avril/2018 - 07h47 - depuis l'application mobile

C'est clair, de ce fait j'ai changé de chaîne cela devenait inintéressant.

Les plus vus