10/04 17:07

EN DIRECT - Evacuation Notre-Dame-des-Landes: La préfète annonce que le nombre de squats évacués depuis hier s'élève à 16 - 10 gendarmes ont été blessés

17h05: La préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, fait un point presse

"La nuit dernière, comme la nuit précédente, des barricades avaient été mises sur la route 280"

La préfète de Loire-Atlantique affirme que le nombre de squats évacués depuis hier s'élève désormais à 16, dont 15 ont déjà été détruits

"Aujourd'hui, 10 gendarmes ont été blessés notamment par des jets de pavés et de cocktails Molotov", "J'appelle chacun à la raison, l'Etat reste ouvert au dialogue"

14h05: Six gendarmes ont été blessés, ainsi que vingt zadistes, dont plusieurs sérieusement.
"Il y a plus de violences, surtout du côté des zadistes [...] C'est plus difficile aujourd'hui", a déclaré la préfète de Loire-Atlantique à franceinfo.

11h05: Le point sur la situation

De nouveaux heurts ont éclaté ce matin entre les forces de l’ordre et les occupants illégaux de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes qui entendent défendre leurs positions, au deuxième jour d’une opération massive destinée à les déloger.

Vers 07H30, un peu plus d’une heure après la reprise des opérations, les gendarmes ont lancé plusieurs grenades assourdissantes et tiré des gaz lacrymogènes. «Cassez-vous, cassez-vous!», hurlaient à leur adresse les zadistes, qui ont riposté par des jets de projectiles, des cocktails molotov et des tirs de fusées.

Un hélicoptère de la gendarmerie qui survolait la zone a été visé par des tirs de fusée qui ne l’ont pas atteint, a rapporté le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Frédéric de Lanouvelle.

«Nous avons repris à 06H00 les opérations là où nous les avons arrêtées hier (lundi), autour de la D281, en élargissant le périmètre à l’Est et à l’Ouest», a indiqué une source proche du dossier.

L’intervention pourrait «durer jusqu’à la fin de la semaine», a estimé le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb en évoquant une journée de mardi «forcément cruciale». Une vingtaine de squats restent à démanteler, après les 13 qui l’ont été déjà, a-t-il précisé.

«Il est certain que c’est un sujet qui ne va pas être réglé en un ou deux jours. On travaille dans la durée», a confirmé le patron de la gendarmerie, le général Richard Lizurey.

«Nous procédons avec ordre et méthode, squats après squats, de manière à ce que le niveau de violence et le niveau des dégâts collatéraux soient les moins élevés possibles», a déclaré sur RTL le général.

Le ministre de l’Intérieur a rappelé avoir donné pour consigne aux forces de l’ordre «la plus grande retenue». «Nous ne voulons pas d’un Rémi Fraisse (jeune tué par une grenade offensive lors d’affrontements à Sivens en 2014, ndlr), nous ne voulons pas qu’il y ait des jeunes qui puissent être blessés, nous ne voulons pas que des forces de l’ordre puissent être atteintes», a-t-il affirmé.

10h48: Trois gendarmes et des zadistes blessés à Notre-Dame-des-Landes. Au moins un zadiste et trois gendarmes ont été blessés dans des affrontements sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), a indiqué le ministère de l'Intérieur auprès de franceinfo.

09h45: Plusieurs tirs de fusées ont visé un hélicoptère de la gendarmerie, sans l'atteindre

09h34: Gérard Collomb a rappelé avoir donné consigne aux forces de l’ordre pour «la plus grande retenue». «Nous ne voulons pas d’un Rémi Fraisse (jeune tué par une grenade offensive lors d’affrontements à Sivens en 2014, ndlr), nous ne voulons pas qu’il y ait des jeunes qui puissent être blessés, nous ne voulons pas que des forces de l’ordre puissent être atteintes», a-t-il ajouté.

Lors de la première journée, «un certain nombre (de personnes) ont été interpellées parce qu’elles avaient commis des violences contre les forces de l’ordre», a-t-il indiqué.

«Pour les autres, nous mettons à disposition, si elles le souhaitent, un certain nombre de logements mais en général elle vont plutôt chez des amis. Chacun trouvera sa place après Notre-Dame-des-Landes», a-t-il poursuivi.

«Le gouvernement fait ce qu’il a dit», a rappelé le ministre: «Il avait promis que l’aéroport ne se ferait pas, qu’il voulait que l’ordre républicain revienne sur ce territoire et ensuite que la vie reprenne sur ce territoire». Ces opérations permettront de «redonner un avenir à un territoire qui n’en avait plus depuis vingt ans», a-t-il estimé.

09h32: Treize «squats» ont été démantelés et «environ une vingtaine» restent à évacuer lors des opérations d’expulsions sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, qui pourraient durer «jusqu’à la fin de la semaine», a déclaré mardi le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Entamées lundi, les opérations d’évacuation ont repris mardi vers 06H00, donnant lieu à de nouveaux heurts entre forces de l’ordre et les occupants du site qui entendent défendre leurs positions.

«Treize squats ont été démantelés, il en reste environ une vingtaine. La journée d’aujourd’hui (mardi) devrait nous amener vers une part importante du travail accompli», a déclaré le ministre sur LCI. «C’est une journée forcément cruciale», a-t-il estimé.

Interrogé sur la durée de l’intervention, il a estimé qu’elle pouvait «durer jusqu’à la fin de de la semaine».

08h32: De nouveaux heurts ont éclaté ce matin entre les forces de l'ordre et les occupants illégaux de la ZAD de Notre-Dames-des-Landes qui entendent défendre leurs positions, au deuxième jour de la vaste opération destinée à les déloger.

Vers 7H30, un peu plus d'une heure après la reprise des opérations, les gendarmes ont lancé plusieurs grenades assourdissantes et effectué des tirs de gaz lacrymogènes au son des : "Cassez-vous, cassez-vous!", hurlés par les zadistes, qui ont riposté par des jets de projectiles, des cocktail molotov et des tirs de fusées.

06h12: "Nous avons repris à 6H00 les opérations là où nous les avons arrêtées hier, autour de la D281, en élargissant le périmètre à l'Est et à l'Ouest", indique à l'AFP une source proche du dossier NDDL, selon qui les gendarmes mobiles ont fait reculer les zadistes sur 200 m sur la route des "fosses noires" au sud-ouest de la D281. 

.

Lundi 9 avril 2018

.

17h08: La préfète des Pays-de-la-Loire tient un point presse

Elle a rappelé que l'évacuation de la ZAD "n'est pas une surprise". Nicole Klein confirme que sept personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

"13 squats ont été évacués, dont six ont été démolis", a-t-elle précisé. "Les personnes expulsées se sont vues proposer des solutions d’hébergement qu'elles ont refusées (...) Si les 100 Noms veulent s'inscrire dans un projet agricole, ils déposeront un projet agricole". 

14h45: Sept personnes ont été placées en garde à vue, selon BFMTV. Dans le détail, selon nos confrères, une personne a été arrêtée pour violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique et rébellion. Les six autres personnes ont été arrêtées pour transport d'arme.

14h41: Treize squats ont été démantelés et dix personnes ont été expulsées depuis le début de l'opération d'évacuation, indique BFMTV

12h30: Richard Ferrand, patron des députés LREM: «L’État de droit, rien que l’État de droit: l’opération en cours à cible uniquement les occupants illégaux. Soutien aux riverains qui subissent à nouveau des nuisances, et vœu de prompt rétablissement au gendarme blessé» (tweet)

12h24: Rachid Temal, sénateur PS: «Le gouvernement avait annoncé cette évacuation, il faut maintenant la faire dans les meilleures conditions possibles, mais la question est aussi celle de l’après: que vont devenir ces terres ? Il y a un enjeu là d’aménagement du territoire. (...) Moi je suis aussi conscient du professionnalisme des forces de sécurité, ils font leur travail, les policiers, les gendarmes, et attendons de voir» (sur LCP)

12h09: Le point sur la situation à la mi-journée

Dix squats ont été démantelés lundi lors de l’opération d’expulsion menée dès l’aube sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), a déclaré la préfète de la région Pays de la Loire Nicole Klein, lors d’une conférence de presse.

«Dix squats ont été démantelés, sept l’ont été et trois sont en cours. Il n’y avait qu’un squat où se trouvaient des gens, où il y avait six personnes, tous les autres étaient vides», a-t-elle déclaré. Ces «six personnes ont été expulsées» et «se sont vu proposer un relogement mais ont toutes refusé», a-t-elle indiqué, ajoutant que l’objectif était de démanteler une «quarantaine de squats» sur 97 et que l’opération était «parfaitement dans les règles».
«L’objectif est presque atteint puisque sur la route dix squats ont été démantelés ou sont en cours de l’être, et la tour du +Lama fâché+ a été démolie», a-t-elle souligné. «Toutes les expulsions ont été accompagnées d’huissiers et quand il y avait des biens, ils ont été emmenés par des déménageurs et les démolitions se sont faites dans les formes», a assuré Nicole Klein.
L’intervention a commencé vers 03H00 sur la route 281, l’ex-route «des chicanes», que le gouvernement a érigée en symbole du «retour à l’état de droit».
Les escadrons ont déblayé la route obstruée de barricades «dont certaines comportaient des bouteilles de gaz», a précisé le général Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, assurant que les gendarmes ont rencontré «une résistance relativement importante de 70 à 80 occupants illégaux qui viennent au contact».
«Pour l’instant on est sur la route», a indiqué le préfète. «Si les squats sont vides on les démolit. L’objectif a toujours été de faire des expulsions avec discernement, les lieux sont choisis», a-t-elle précisé, ajoutant que les «gens qui ont montré la volonté d’être dans un projet ne sont pas ceux qui seront expulsés». L’opération doit se poursuivre mardi «sous la même forme, expulsion, huissier. Le mode ne change pas : expulsion, démolition», a ajouté Nicole Klein.

12h01: "Certains zadistes pourraient s'installer sur la zone avec un projet professionnel", a indiqué le maire de Notre-dame-des-Landes sur BFMTV

11h09: "Sur 97 squats, dix squats ont été démantelés, trois sont en train de l'être ", a déclaré la préfète de Loire-Atlantique en précisant que "l'objectif est en passe d'être atteint".

"On va continuer cet après-midi, et aussi demain. Le mode ne change pas : expulsion et démolition.(...) Les barricades vont être dégagées. Les gendarmes resteront sur site pour empêcher la reconstruction", a continué Nicole Klein. "Il y a encore 70 à 80 occupants illégaux qui viennent au contact avec des projectiles. Un gendarme a été blessé par une fusée de détresse qu’il a reçue sur sa visière de casque. Notre objectif est qu’il n’y ait pas de blessés, ni chez nous, ni chez eux".

11h08: A 17h, un autre point presse aura lieu à la préfecture de Loire-Atlantique

10h40: Selon Franceinfo, les gendarmes évoquaient peu avant 10 heures une situation "stabilisée" à Notre-Dame-des-Landes

10h25: Invité ce matin de la chaîne LCP, Yannick Jadot a déclaré que l'exécutif, qui avait été "exemplaire depuis le début", avait fait preuve de "précipitation" en intervenant aujourd'hui pour évacuer la ZAD. "Il y a un certain nombre de zadistes qui sont durs, mais j'aurais préféré quelques semaines de plus pour qu'on libère totalement la zone et qu'on pense la réoccupation", a continué l'eurodéputé écologiste.

10h01: Le «retour de l’Etat de droit à Notre-Dame-des-Landes, cela fait plus de dix ans qu’on attend cela», a estimé lundi le secrétaire d’État à la Transition écologique Sébastien Lecornu après le début des opérations pour expulser les occupants illégaux de la ZAD.

«On assume le retour à l’Etat de droit, celles et ceux qui s’inscriront dans la violence devront en répondre devant la justice», a ajouté le secrétaire d’Etat sur France 2. «Les personnes qui sont expulsées ne sont pas des délinquants. S’ils quittent d’eux-mêmes la zone, ils n’ont pas vocation à être arrêtés. Ceux qui seront violents auront vocation à répondre de leurs actes devant la justice», a-t-il insisté.

«Nous ferons absolument tout pour éviter un drame», comme celui de Sivens (Tarn, où un opposant à un projet de barrage avait été tué fin 2014 dans l’explosion d’une grenade tirée par un gendarme, ndlr), a dit de son côté sur LCI Brune Poirson, l’autre secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot. «Il s’agit de n’utiliser la force qu’en ultime recours. Les situations entre Sivens et Notre-Dame-des-Landes sont totalement différentes, c’est difficile de comparer, mais nous avons en tête ce drame».

10h00: Le point à 10h00

Une vaste opération d’expulsions, avec plusieurs centaines de gendarmes mobiles déployés, a débuté lundi à l’aube à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) pour déloger les occupants illégaux de la ZAD, près de trois mois après l’abandon du projet d’aéroport, donnant lieu à quelques affrontements.

«A partir de 6h ce matin, sous l’autorité de la préfète de Loire-Atlantique, la gendarmerie nationale débutera une opération d’expulsion des occupants illégaux des terrains de la zone de Notre-Dame-des-Landes», avait annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.
«L’opération (...) vient mettre à exécution des décisions de justice pour procéder à l’expulsion des occupants les plus radicaux», précise le ministère. Elle vise à déloger «une centaine» de personnes, et sera maintenue «tant qu’il sera nécessaire», a précisé sur Europe 1 le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.
Les accès principaux à la route 281, l’ex-route des chicanes et symbole du «retour à l’état de droit» étaient bloqués par les gendarmes avant 04H00 au nord et dès 03H30 au sud, a constaté l’AFP. La préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, était sur place.
Des affrontements ont éclaté entre «zadistes» et gendarmes mobiles, qui ont tiré des grenades lacrymogènes et assourdissantes en réponse à des jets de projectiles. Plusieurs épaves de voitures étaient complètement renversées sur les côtés, sur et au bord de la route, a constaté l’AFP. Des pneus encore fumants et des barricades jonchaient les abords de la zone.
Un très important dispositif de gendarmes mobiles a été mobilisé, avec des files de camions stationnés sur un côté de la route, feux allumés sous le brouillard.
Une première interpellation a eu lieu suite à des tirs de projectiles, selon des sources proches du dossier. Un gendarme a été blessé suite à un tir de fusée et souffre d’un décollement de la rétine, selon le ministère de l’Intérieur.

Cette opération de grande ampleur, prévue sur plusieurs jours, doit mobiliser au total vingt-cinq escadrons de gendarmerie mobile, soit environ 2.500 militaires. Elle prévoit d’expulser toute personne n’ayant pas régularisé sa situation, en déclarant par exemple de nouveaux projets agricoles individuels, et à démanteler certains des 97 squats recensés par les autorités.
La quasi totalité des 250 zadistes estimés sur place ne l’ont pas fait, préférant une gestion collective du territoire et la possibilité de mener des projets non agricoles. Le 17 janvier, en mettant fin à ce projet vieux de cinquante ans, le Premier ministre Edouard Philippe avait promis de mettre fin à la «zone de non droit» sur la ZAD.

09h45: L’ancien Premier ministre Manuel Valls a estimé qu'«il fallait» évacuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes «de toute façon», rappelant son hostilité à l’abandon du projet d’aéroport. «Il fallait le faire de toute façon, ça avait été un engagement du gouvernement», a déclaré M. Valls sur RTL, alors que l’opération d’expulsion des occupants illégaux de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes a débuté lundi à 06H00.

«J’étais hostile à cette décision d’abandon du projet, mais enfin de toute façon, quoi qu’il arrive, la force, l’Etat de droit, les règles, doivent s’imposer sur ce territoire comme dans tous les autres (...) On ne peut pas accepter des occupations illégales et encore moins de la violence», a développé le député apparenté LREM. «On n’a pas d’autre choix, vu la topographie du terrain, que de mettre le paquet», a-t-il ajouté.

09h30: Cette opération de grande ampleur, prévue sur plusieurs jours, doit mobiliser au total vingt-cinq escadrons de gendarmerie mobile, soit environ 2.500 militaires. Elle prévoit d’expulser toute personne n’ayant pas régularisé sa situation, en déclarant par exemple de nouveaux projets agricoles individuels, et à démanteler certains des 97 squats recensés par les autorités.

La quasi totalité des 250 zadistes estimés sur place ne l’ont pas fait, préférant une gestion collective du territoire et la possibilité de mener des projets non agricoles. Le 17 janvier, en mettant fin à ce projet vieux de cinquante ans, le Premier ministre Edouard Philippe avait promis de mettre fin à la «zone de non droit» sur la ZAD.

09h10: Les accès principaux à la route 281, l’ex-route des chicanes et symbole du «retour à l’état de droit» étaient bloqués par les gendarmes avant 04H00 au nord et dès 03H30 au sud. La préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, était sur place.

08h31: Selon Europe 1, 200 des 2.500 gendarmes mobilisés pour évacuer la Zad de Notre-Dame-des-Landes sont équipés de caméras pectorales. Les occupants résistants avaient précisé plus tôt dans la matinée que les journalistes avaient été interdits de tourner des images sur place par les forces de l'ordre.

07h50: Un gendarme blessé à l'oeil a du être transporté à l'hôpital 

07h40: Selon des journalistes de l'AFP, les gendarmes mobiles déployés sur place ont tiré des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes en réponse à des tirs de projectiles.

07h02: Affrontements en cours entre les forces de l'ordre et zadistes selon plusieurs journalistes sur place

06h41: Un nuage de lacrymogène, dense, envahit la ZAD. Les colonnes de gendarmes mobiles ont quitté la RD 281 et remontent sur plusieurs lieux de vie. Face à eux, des dizaines de zadistes tentent de résister. Ambiance un peu panique dans la nuit. (France Info)

05h53: "A partir de 6 heures ce matin, la Gendarmerie Nationale débutera une opération d'expulsion des occupants illégaux des terrains de la zone de Notre-Dame-des-Landes", peut-on lire dans un communiqué du ministère de l'Intérieur.

05h18: Une vaste opération d'expulsions, avec plusieurs centaines de gendarmes mobiles déployés, a débuté lundi à l'aube sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), visant à en déloger ses occupants illégaux, près de trois mois après l'abandon du projet d'aéroport. "A partir de 6h ce matin, sous l'autorité de la préfète de Loire-Atlantique, la gendarmerie nationale débutera une opération d'expulsion des occupants illégaux des terrains de la zone de Notre-Dame-des-Landes", avait annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

"L'opération (...) vient mettre à exécution des décisions de justice pour procéder à l'expulsion des occupants les plus radicaux", précise le ministère. Les accès principaux à la route 281, l'ex-route des chicanes et symbole du "retour à l'état de droit" étaient bloqués avant 04H00 et dès 03H30 au sud, a constaté l'AFP. Plusieurs épaves de voitures étaient complètement renversées sur les côtés, sur et au bord de la route, a constaté l'AFP. Les journalistes ont été empêchés d'accéder au site.

Un très important dispositif de gendarmes mobiles a été mobilisé, avec des files de camions stationnés sur un côté de la route, feux allumés sous le brouillard. "Ça commence", a déclaré une occupante à l'AFP. "Ils font des sommations, ils virent les barricades". "Aucune interpellation" n'a eu lieu à l'heure actuelle, selon une source proche dossier.

"Ces expulsions sont illégales", a déclaré une occupante de la ZAD se faisant appeler "Camille" à l'AFP. "C'est inacceptable que l'état chasse les gens de chez eux. On appelle tous les gens à résister nous soutenir et rejoindre les rassemblements locaux. On était dans un cadre de négociation apaisé avec la préfecture à la recherche de solutions collectives".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de papilou
10/avril/2018 - 20h36

C'est fou cette mentalité des "Zadistes". Nous, citoyens ordinaires, quand on veut s'installer quelque part et construire, il faut déposer un permis et un projet cohérent sur un terrain qu'on doit acheter. De quel droit ces gens qui ont eu gain de cause en obtenant l'abandon de l'aéroport se maintiennent-ils sur des lieux qui ne leur appartiennent pas? Comme quoi, il y a détournement des vraies motivations pour trouver un moyen de ne rien foutre (sauf le bazar).

Habitant pas loin nous sommes nombreux à souhaiter le retour à une campagne paisible et... propre.

Portrait de Avalon
10/avril/2018 - 20h32

arretez de croire qu'il y a 2500 gendarmes , c'est de l'intox de la part de notre dictature

Portrait de Haz 59
10/avril/2018 - 20h16

Petit hs :je viens de regarder les informations sur la 1 et ce que j ai entendu me fait présager une troisième guerre mondiale : d un côté les États-Unis et la France de l autre la Russie la Syrie et l iran  macron le toutou de Trump. Fin du hs. 

Portrait de SigrÏd76
10/avril/2018 - 18h48
J Purdey © a écrit :

On les chasses la journée mais on ne met rien en place pour surveiller la zone la nuit donc les chassés reviennent la nuit pour affronter les forces le lendemain avec des munitions supplémentaires. 

Comme vous dites, ça va durer cette affaire. 

Bravo pour cette pertinente analyse, tout est dit

Portrait de alekine1
10/avril/2018 - 17h57
.legay a écrit :

Résumons...

Cette "brave jeunesse" souhaite juste avoir une ZAD, une Zone à Défendre !

Et bien, embarquez moi tout ça, débarquez les tous en Terre-Adelie, je suis persuadé qu'ils trouveront la bas leur paradis écologique à défendre !!! :)

Ou dans l'océan, il parait qu'il y a une ile de sacs plastiques.

Ah non c'est vrai, ce n'est pas assez écologiste pour eux...

Portrait de PhilRAI
10/avril/2018 - 17h55

Je crois que devant cette violence qui oblige les forces de l'ordre à riposter, le ministre de l'intérieur devrait annoncer clairement que toute blessure ou mort d'un zadiste ne pourrait être qu'imputé à lui-même et non pas aux forces de l'ordre. Avertissement suivi de quelques heures de répit pour permettre à ceux qui sont vraiment pacifiques de partir et aux autres d'assumer leur violence et ses conséquences.

Un tel message devrait bien les calmer.

Portrait de Wouhpinaise
10/avril/2018 - 17h54
Citoyen85 a écrit :
Ils ne peuvent déjà plus s'abriter.

Une tente Quechua et l'tour est joué ! smiley

Portrait de atlantique07
10/avril/2018 - 17h42

16 squats évacués , 6 gendarmes blessés , 2500 hommes pour une centaine de gugusses, une préfète  qui a accepté "le verre de l'amitié" avec les zadistes qui pour la remercier lui  ont fait voir leurs fesses et notre Président qui veut aller punir Poutine.......Nous sommes mal  , très mal.....

Portrait de ale35
10/avril/2018 - 17h24

une bonne chose déjà qu'il n'ont plus d'abris , 

 

Portrait de alekine1
10/avril/2018 - 14h16
Avalon a écrit :

je vais te le dire , puisque je suis pas loin , cette bande de raclure de fond de chiotte  cassent les couilles au habitants à longueur de journée pour avoir des sandwichs ou de l'essence  , se disent autonome , rejette la société , par contre prennent le rsa et compagnie pour aller se faire soigner.

en gros ils sodomisent chaque français , on paye pour eux , et avec ça faut pas oublier les centaines de millions d'euros que l'état (nous) doit à vinci

 

C'est une zone constructible si je ne me trompe pas, et donc puisqu'on ne peut développer Nantes à l'aéroport actuel, il va bien falloir chercher ailleurs. 

Peut être que c'est Vinci qui s'en occupera.

 

Sinon je connais un "homme politique" qui doit se réjouir que les gendarmes soient blessés mais doit pleurer pour les zadistes ...

Portrait de Avalon
10/avril/2018 - 13h59
Philou02 a écrit :

Ils sont à l'écologie ce que Nabilla est à la philosophie !! C'est juste des squatteurs qui au passage ne bossent pas apparement ? Ils vivent de quoi exactement ? Des choux et autres légumes ? :) 

je vais te le dire , puisque je suis pas loin , cette bande de raclure de fond de chiotte  cassent les couilles au habitants à longueur de journée pour avoir des sandwichs ou de l'essence  , se disent autonome , rejette la société , par contre prennent le rsa et compagnie pour aller se faire soigner.

en gros ils sodomisent chaque français , on paye pour eux , et avec ça faut pas oublier les centaines de millions d'euros que l'état (nous) doit à vinci

 

Portrait de Jilou1994
10/avril/2018 - 13h50
Le Chat, la Belette, et le petit Lapin

 

Du palais d'un jeune Lapin Dame Belette un beau matin S'empara ; c'est une rusée. 

Le Maître étant absent, ce lui fut chose aisée. Elle porta chez lui ses pénates un jour Qu'il était allé faire à l'Aurore sa cour, Parmi le thym et la rosée. Après qu'il eut brouté, trotté, fait tous ses tours, Janot Lapin retourne aux souterrains séjours. La Belette avait mis le nez à la fenêtre. O Dieux hospitaliers, que vois-je ici paraître ? Dit l'animal chassé du paternel logis : O là, Madame la Belette, Que l'on déloge sans trompette, Ou je vais avertir tous les rats du pays. La Dame au nez pointu répondit que la terre Etait au premier occupant.  C'était un beau sujet de guerre Qu'un logis où lui-même il n'entrait qu'en rampant. Et quand ce serait un Royaume Je voudrais bien savoir, dit-elle, quelle loi En a pour toujours fait l'octroi A Jean fils ou neveu de Pierre ou de Guillaume, Plutôt qu'à Paul, plutôt qu'à moi. Jean Lapin allégua la coutume et l'usage. Ce sont, dit-il, leurs lois qui m'ont de ce logis Rendu maître et seigneur, et qui de père en fils, L'ont de Pierre à Simon, puis à moi Jean, transmis. Le premier occupant est-ce une loi plus sage ?- Or bien sans crier davantage, Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis. C'était un chat vivant comme un dévot ermite, Un chat faisant la chattemite, Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras, Arbitre expert sur tous les cas. Jean Lapin pour juge l'agrée. Les voilà tous deux arrivés Devant sa majesté fourrée. Grippeminaud leur dit : Mes enfants, approchez, Approchez, je suis sourd, les ans en sont la cause. L'un et l'autre approcha ne craignant nulle chose. Aussitôt qu'à portée il vit les contestants, Grippeminaud le bon apôtre Jetant des deux côtés la griffe en même temps, Mit les plaideurs d'accord en croquant l'un et l'autre. Ceci ressemble fort aux débats qu'ont parfois Les petits souverains se rapportant aux Rois. 

Portrait de Jilou1994
10/avril/2018 - 12h39

Ils revendiquent des terres qui ne leur ont jamais appartenues.  

Portrait de alekine1
10/avril/2018 - 12h19
Haz 59 a écrit :

A la campagne, on a les zadistes, dans les cités, les djizadistes! ;)

Et sur TF1, on a des zazites.

Et en politique ça change, on a des Zadig et Voltaire...

Portrait de Tonton85
10/avril/2018 - 12h14
Avalon a écrit :

tu dois trop regarder BFMTV toi et leur désinformation , il n y a jamais eu d'écolo la bas , ce sont des cassos  fumeur de joints qui ne veulent rien payer , tu sais  avec leur sale gueule avec leur dreadlocks . les 95% ne sont même pas de la région ils s'en tape complet de l’aéroport , tout ceci est de la désinformation , par contre une chose qui est vrai , c 'est que des paysans complices ont continuer de cultiver pour avoir du fric en plus alors que les terrains leur ont déjà été payé depuis longtemps.

et au cas ou tu le sais pas , les plus gros pollueur de la terre ce sont les agriculteurs , personne d'autre

Les plus gros pollueurs de la Terre ce sont les êtres humains , personne d'autre.

PS:et je suis pas convaincu que les pesticides et engrais soient beaucoup plus toxique de les rejets de l'industrie dans la nature ni des innombrables décharges à ciel ouvert 

 

Portrait de Haz 59
10/avril/2018 - 11h40
Mitsumi a écrit :

Tu t'installe illégalement tu sort légalement ou est le problème.  , Look bohème,pétard,sandales etc,et de quoi vivent t ils du RSA,des Allocs, du chômage,se sont les mêmes qui vont se retrouver sur d autres sites après l évacuation.

la plupart, sont des fils et filles à papa dont les parents ont de l'argent mais aussi sont de gauche voir de l'extreme gauche, qui ont de l'argent , sinon ils ne pourront pas vivre dans la marginalité. Certainement pas des sdf sans le sou, mais les zadistes ont aussi un métier comme professeur , agronomes, etc... Leur seul point communs: ils se disent écolo et de gauche!

Portrait de Haz 59
10/avril/2018 - 11h35

A la campagne, on a les zadistes, dans les cités, les djizadistes! smiley

Portrait de Mitsumi
10/avril/2018 - 11h32

Tu t'installe illégalement tu sort légalement ou est le problème.  , Look bohème,pétard,sandales etc,et de quoi vivent t ils du RSA,des Allocs, du chômage,se sont les mêmes qui vont se retrouver sur d autres sites après l évacuation.

Portrait de ale35
10/avril/2018 - 10h25
J Purdey © a écrit :

:)

Et en même temps on labourait les champs pour préparer aux semences. 

Les gens oublient trop souvent toutes la qualités d'un char.... 

Ils n'avaient plus rien à faire là

Portrait de Avalon
10/avril/2018 - 10h16
Citoyen85 a écrit :

Ces beaux écolos qui lancent des cocktails molotov bien polluants et qui piétinnent ces terres agricoles. On leur accorde bien trop d'attention.

tu dois trop regarder BFMTV toi et leur désinformation , il n y a jamais eu d'écolo la bas , ce sont des cassos  fumeur de joints qui ne veulent rien payer , tu sais  avec leur sale gueule avec leur dreadlocks . les 95% ne sont même pas de la région ils s'en tape complet de l’aéroport , tout ceci est de la désinformation , par contre une chose qui est vrai , c 'est que des paysans complices ont continuer de cultiver pour avoir du fric en plus alors que les terrains leur ont déjà été payé depuis longtemps.

et au cas ou tu le sais pas , les plus gros pollueur de la terre ce sont les agriculteurs , personne d'autre

Portrait de Haz 59
10/avril/2018 - 09h32

c'est bien de foutre en l'air ces chevelus pleins de poux, mais si l'état, les préfets pouvaient donner l'ordre de rétablir l'ordre via la police et les militaires dans nos cités, qui elles aussi sont des zones de non droits, ce serait mieux!

Portrait de france66
10/avril/2018 - 09h24
burgiba a écrit :

Oui, mais comment gérer les demandes de ceux qui ne veulent pas déposer de projets ou seulement selon leurs propres règles?

N'y a-t-il pas un ou une député(e) suffisamment démago pour faire une proposition ? Melenchon ou Rufin ?

Quelle proposition ? D'acheter le terrain sur lequel ils se sont installés ? Non, squatter ne coûte rien, c'est mieux...

Portrait de alekine1
9/avril/2018 - 20h20
Gylorvan a écrit :

2500 gendarmes pour dégager 100 personnes c'est un peu excessif quand même 

non 97 squats, cela fait entre 200 et 1000 personnes.

Portrait de alekine1
9/avril/2018 - 20h19

Ils sont quand même gentil au gouvernement, 2500 gendarmes pour les aider à faire leur valise, ranger tout dans les camions. Je comprends qu'ils aient été accueillis à coups de pavet de bœuf.

Portrait de SigrÏd76
9/avril/2018 - 17h33
Philou02 a écrit :

:) exact 

et Filou02 a des morbacs smiley

 

Portrait de alekine1
9/avril/2018 - 16h51
Fitzcaraldo a écrit :

Déclaration de Valls :" On ne peut pas accepter des occupations illégales et encore moins de la violence», a développé le député apparenté LREM."

Il parle de quoi l'ancien ministre dégagé ? De la Palestine ?De l’ancien  théâtre de Dieudonné?

On l'a vu à l’œuvre quand il était aux manettes . Avec la claque qu'il s'est ramassée ,il devrait faire profil bas. Bah non ,Monseigneur nous ressort ses muscles.Il n'a pas renoncé à gagner la présidence ,se disant sans doute qu'à un ou plusieurs moments de sa carrière politique Sarkozy était aussi "bas" que lui.Au fond du trou!

Je ne suis pas pro-vals et je considère toujours qu'il n'a pas le droit d'être président puisque non né français, mais je pense que Franck la teinture dit mou-dugenou a tout fait pour qu'il ne puisse pas faire sa politique : 1) pour se faire réélire 2) parce qu'il avait peur de ce qu'on pensait de lui.

Et je crois que c'est pour cette raison, alors qu'on sait que Macron n'aime pas Vals, que LREM ne s'attaque pas à lui, parce qu'un jour il reviendra au gouvernement.

Portrait de alekine1
9/avril/2018 - 16h45
Philou02 a écrit :

on ne fait plus la différence entre eux et leurs chiens c'est dire :) 

Ah si les chiens ont moins de puces...

Portrait de Haz 59
9/avril/2018 - 16h26
Philou02 a écrit :

on ne fait plus la différence entre eux et leurs chiens c'est dire :) 

exact!smiley

Portrait de Haz 59
9/avril/2018 - 16h15

j'espère qu'on leur fera passer un savon (au propre comme au figuré) car bonjour, l'hygiène!smiley

Portrait de ale35
9/avril/2018 - 16h14

sur la centaine annoncés ça fait peu 

Les plus vus