20/03 14:51

Deux mois après son lancement, le magazine "Ebdo" dépose le bilan

Deux mois après son lancement, le magazine "Ebdo" dépose le bilan, selon le site BuzzFeed News. D'après nos confères, la procédure est entamée et un administrateur est attendu dans la semaine.

De son côté, la direction de Rollin Publications dément les informations de BuzzFeed. Interrogée par Le Figaro, elle indique qu'une réunion aura lieu aujourd'hui pour "informer la rédaction des événements à venir" concernant l'hebdomadaire. Laurent Beccaria explique qu'ils sont à "la recherche de solutions de reprise depuis plusieurs semaines". Toutes les options, dont celle d'un dépôt de bilan, sont étudiées. "Tout est encore ouvert", précise-t-il. 

Alors que sortait vendredi dernier le dixième numéro, le nombre d'abonnés de l'hebdomadaire, en difficultés financières, stagne à 8.000 et les ventes au numéro sont tombées "entre 8.000 à 10 000", indiquait son cofondateur, Laurent Beccaria, dans les colonnes de Libération la semaine dernière. Soit moins de 20.000 exemplaires au total, alors que le journal vise 70.000 abonnés et 20.000 ventes en kiosque fin 2019 pour atteindre l'équilibre financier.

L'équipe de la revue XXI a lancé en janvier cet hebdomadaire 100% papier et sans publicité, qui se veut contre la "surinformation, "non-partisan" et "fondé sur les faits". S'il affine sa formule depuis son lancement, "Ebdo" a surtout surpris dès son cinquième numéro avec sa Une sur Nicolas Hulot, révélant que le ministre de la Transition écologique avait fait l'objet d'une plainte pour viol en 2008, classée sans suite pour cause de prescription, et spéculant sur un cas de harcèlement sexuel sur une ex-collaboratrice, bien que l'intéressée ait elle-même démenti.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Guaranna
21/mars/2018 - 13h34

Hulot m'a tuer

Portrait de JP67
20/mars/2018 - 21h50

un torchon de moins

Portrait de Korveg
20/mars/2018 - 17h11

Bon débarras !

Portrait de ale35
20/mars/2018 - 16h27

c'est le mensuel à mélanchon ????? 

Les plus vus