15/03 10:01

Donatella Versace annonce que sa maison de couture n'utilisera plus de fourrure animale dans ses produits

Donatella Versace a annoncé que sa maison de couture n'utilisera plus de fourrure animale dans ses produits, selon un entretien accordé au magazine britannique The Economist's 1843.

"La fourrure ? Je n'en veux pas", affirme Donatella Versace. "Je ne veux pas tuer des animaux pour faire de la mode". "Cela ne me semble pas bien", a ajouté la soeur du fondateur de la maison de couture milanaise.

Le siège de Versace à Milan, en Italie, n'a pas pu être joint dans l'immédiat.

Le magazine 1843 souligne qu'il s'agit d'une "volte-face" de la maison de haute couture: son site appelait encore mercredi ses clients à acheter "des manteaux ornés de fourrures qui font tourner les têtes".

Versace avait dans le passé refusé de rejoindre d'autres marques comme Armani, Calvin Klein, Hugo Boss, Ralph Lauren ou encore Gucci qui ont déjà banni l'utilisation de la fourrure.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Locked-in syndrome
16/mars/2018 - 10h39
.legay a écrit :

"Disons que cuir, laine, duvet sont des sous produits des filières de chair, ils sont là d'abord pour la viande puis ensuite on va prélever le reste pour les industries textiles."

 

Malheureusement, les choses ne sont pas aussi simples que ça. ;)

Concernant le cuir, il ne s’agit pas d’un sous-produit, mais plutôt du “coproduit” le plus important de l’industrie de la viande. Pour certains animaux, comme par exemple les autruches, le cuir est beaucoup plus lucratif que la viande : c’est donc cette dernière qui devient un sous-produit du cuir.


Chaque année, on estime que sur la planète Terre 1 milliard d’animaux sont élevés et tués pour leur peau. Vaches, cochons, chèvres, moutons...

Certes, ce n'est pas la plus grosse production, mais demandez aux vaches dont le cuir est utilisé pour le fameux cuir Conolly ou maintenant le "Vaumol" si elles sont satisfaites de leur vie.

Pour produire ces cuirs "haut de gamme", les vaches sont sélectionnées en Scandinavie, ou elles passent leur vie à l'intérieur pour échapper aux intempéries. Les peaux scandinaves échappent également aux dommages causés par les barbelés et aux divers parasites.

Pas sur qu'une vache soit très heureuse de ne jamais mettre un pied dans un champ de sa vie, et de passer sa courte existence dans un environnement pratiquement clinique afin de produire une peau parfaite !!!

 

PS: Je ne suis ni vegan, ni anti-cuir, ni anti quoique ce soit, mais je dois avouer que lorsque je vois des gens hurler au scandale concernant la fourrure, mais dans le meme temps porter des vêtements en cuir , des chaussures, ou de la maroquinerie haut de gamme, j'aurais tendance à  sourire légèrement.

 

On va au bout de sa logique ou pas ! ;)

A la vue des erreurs factuelles on est loin de votre domaine d'expertise.

 

De mémoire, il y a une dizaine d'année, une peau exploitable de charolaise c'était rachetée environ 40€, pour les peaux parfaites c'est à dire sans cicatrice de barbelé ou de tique, ce qui est rarissime c'était 60€, une peau de veau c'était également de l'ordre de 60 euros. Ces chiffres ne sont peut être plus tout à fait exacts de nos jours mais ça n'a pas dû beaucoup évoluer. Pas besoin d'être docteur en économie pour comprendre que gagner 40 euros après avoir nourri une bête pendant des années c'est digne des pires retour sur investissement de l'histoire de l'économie de marché et donc contrairement à ce que vous écrivez le prix d'une peau que peut tirer un éleveur ça n'a rien d'un « coproduit » important. Si ce serait un produit important, on remplacerait systématiquement dans tous les élevages les barbelés par du fil lisse, on déparasiterait régulièrement les bêtes, on les vaccinerait contre la teigne, etc. Une grande partie des peaux doivent partir en Italie ou Espagne car la qualité étant tellement médiocre que les tanneries françaises ne sont pas intéressées. Pour les porcs, moutons je ne connais pas ces marchés mais ça doit être du même ordre d'idée, c'est à dire au raz des pâquerettes. Oui le cuir est, sauf pour les cuirs exotiques, un sous produit de l'élevage viande. Après vous allez me chercher l'élevage d'autruche qui est à la mode depuis quelques années et c'est ce que vous estimez un contre exemple sauf que vous écrivez « le cuir est beaucoup plus lucratif que la viande ». D'abord vous confondez peau et cuir, la peau c'est l'éleveur, le cuir c'est pour le tanneur et celui qui se fait des couilles en or c'est l'artisan maroquinier. Une peau brute d'autruche ( à savoir déjà tannée) c'est aux environs de 120€, donc encore moins pour l'éleveur à la sortie de abattoir, le kilo de viande d'autruche c'est environ 40€, il y a 30 kilos de viande par animal, soit 1200€ de viande par bête, donc non, un éleveur d'autruche sauf s'il est lui-même artisan maroquinier et qu'il ne transforme ses propres peaux ne gagne pas davantage avec la peau qu'avec la viande, très loin de là.

 

Non j'avoue que je ne connaissais pas la fameuse marque de cuir Connolly Vaumol, mais bon ce n'est pas la peine d'aller pas plus loin car j'ai remarqué vous aviez fait un splendide copié/collé (mêmes phrases, mêmes mots, mêmes ponctuation) du paragraphe sur les vaches scandinaves écrit par un membre d'un forum intitulé "passion Jaguar" (lol j'adore vos sources). Et enfin vous me répondez sur la souffrance animale alors que c'est un biais que je n'ai pas développé dans mon commentaire.  Bref, vu vos inexactitudes vous me semblez être plutôt expert du copié/collé que de l’élevage. smiley

Portrait de Locked-in syndrome
15/mars/2018 - 16h07
J.Purdey°o° a écrit :

Et que fait on de la fourrure des millions de lapins consommés chaque année, poubelle ? 

A une époque où on prône les vertus du recyclage... 

:tired:

 

Comme écrit à Legay, les peaux issus des lapins de chair sont de piètre qualité et ne valent plus rien, ils ne vont pas vendre des manteaux de fourrure à 10 000€ confectionnés avec des peaux qu'ils auront acheté quelques dizaines de centimes, un manteau de fourrure de lapin vient d'un élevage dédié à la fourrure et pour le coup une fois la peau prélevée le reste de l'animal va à la poubelle (en fait équarrissage) comme vous dites.

Portrait de Locked-in syndrome
15/mars/2018 - 16h03
.legay a écrit :

Bon, ça c'est fait !

Maintenant, en toute logique, on fait quoi avec le cuir ?? la laine ?? la soie ?? le duvet dans les doudounes ??? .....

 

Disons que cuir, laine, duvet sont des sous produits des filières de chair, ils sont là d'abord pour la viande puis ensuite on va prélever le reste pour les industries textiles. Pour ce qui est des visons, renards,une fois les peaux prélevées le reste va à l’équarrissage pour finir en farine, ils n'existent donc uniquement que pour la fourrure. Sur le plan philosophique ça peut faire une différence pour certains même si le sort des animaux est le même. Pour ce qui est des lapins c'est plus compliqué, il y a plusieurs filières avec chaque filière ses races de lapin spécifique. Il y a d'un côté la filière lapin de chair pour la viande mais dont la peau est de bien trop mauvaise qualité pour l'industrie de la mode, du coup il y a la filière lapin pour la fourrure où à l'inverse la viande ne peut pas être consommée et qui comme les visons et renards partent à l’équarrissage et enfin il y a l'orylag, une race crée par l'inra qui fait à la fois fourrure et viande, mais c'est plutôt de l'ordre de l'anecdotique, il y à peine quelques élevages en France.

Portrait de .Kazindrah.
15/mars/2018 - 11h09

Bravo. Puissent tous les couturiers en faire  autant.

Surtout qu'il existe aujourd'hui des fourrures synthétiques équivalentes, tout aussi jolies et plus faciles d'entretien

Portrait de Aryzona
15/mars/2018 - 10h50

Et bah il était temps! Je trouve inadmissible qu'en 2018 les animaux sont encore torturés et tués pour rien! L'humain est un monstre! Pensez à interdire les corridas aussi! 

Les plus vus