Le syndicat FO de France Télévisions s'interroge sur "les traitements privilégiés" de Sophie Davant et Laurent Ruquier

Mis à jour le | Publié le

Depuis plusieurs semaines, les téléspectateurs de France Télévisions - et d'autres chaînes du PAF - peuvent découvrir une publicité pour l'enseigne "Comme j'aime". Dans le spot, Sophie Davant  prête son image pour vanter un régime permettant de perdre de nombreux kilos (voir vidéo ci-dessous). Une mise en scène ressemblant aux émissions de témoignages qu'a pu présenter l'animatrice de France 2.

Une publicité qui n'est pas passée auprès du syndicat Force Ouvrière de France Télévisions. Dans un tract, il s'interroge pour savoir si tous les collaborateurs du groupe sont "logés à la même enseigne, ou la présidence applique-t-elle au contraire la règle du « deux poids, deux mesures"".

"Plusieurs événements ont suscité notre interrogation et ont amené Force Ouvrière à demander à la direction de bien vouloir préciser quels sont les critères selon lesquels elle décide de sanctionner ou non certains dérapages", continue FO et de rappeler plusieurs faits (Tex ou encore Laurent Ruquier). Il y a quelques semaines, dans "Les Grosses Têtes" sur RTL, Laurent Ruquier ironisait longuement avec ses invités sur la mort du fils handicapé du Comte de Paris"Aucune réaction en revanche du côté de France Télévisions. On ne va pas « embêter » pour si peu l’emblématique producteur d’On n'est pas couché", déclare FO dans le tract, qui indique que "certains animateurs qui auraient cessé de plaire seraient débarqués au premier prétexte. D’autres ayant accédé au statut d’icône intouchable se verraient autorisés à toutes les libertés et à tous les excès".

"À cet égard, de nombreux collaborateurs de France Télévisions ont fait part de leur surprise et de leur incompréhension après la participation d’une animatrice emblématique de France 2 à un spot de pub vantant l’efficacité d’un nouveau régime amaigrissant. Cette campagne de réclame s’inspire en outre du ton et de la forme des émissions qui ont bâti la notoriété de cette animatrice. (...) Ce mélange des genres, pour un produit aux résultats plus qu’incertains s’adressant de surcroît à une catégorie de consommatrices fragilisées et susceptibles d’être abusées, ne contrevient-il pas au règles de bases de la déontologie du service public ?", explique le tract. 

Avant de s'interroger : "La diffusion d’un tel spot sur les antennes sur France 2 ne risque-t-elle pas d’entretenir une confusion dans l’esprit des téléspectateurs qui pourraient considérer que France Télévisions est partenaire d’une campagne qu’il cautionne et qu’il se porte garant de l’efficacité du produit? Pourquoi les collaborations extérieures des salariés de France Télévisions sont-elles soumises à des conditions drastiques (au nom de « l’image du groupe»…) alors que dans le même temps, les vedettes et membre du sérail sont autorisés à se livrer à des activités commerciales, participant d’un détournement d’image du service public, pour des produits relevant au mieux de la poudre de perlimpinpin ?". 

Pour FO France Télévisions, "cette ligne de conduite – mélange d’arbitraire, d’iniquité et d’impéritie – qui est aujourd’hui celle des instances dirigeantes de FTV n’est pas seulement injuste, elle est néfaste pour France Télévisions". Le syndicat demande des "explications précises sur l’ensemble de ces incidents" à la direction de France Télévisions.

.

Regardez la publicité dans laquelle apparaît Sophie Davant

.