Affaire Hulot: Le fondateur d'Atlantico critique sur la publication de l'enquête par le magazine "L'Ebdo" - Regardez

Mis à jour le | Publié le

Ce matin, Jean-Marc Morandini est revenu dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People sur l'affaire Nicolas Hulot, alors que ce matin le numéro de "L'Ebdo" consacré au ministre de la Transition écologique est disponible dans les kiosques.

Sur le plateau, le fondateur du site Atlantico.fr n'a pas hésité à critiquer la publication de l'enquête par l'hebdomadaire. "J'ai de vrais réserves sur la manière dont c'est fait. Quand on regarde le papier du New Yorker, qui a déclenché l'affaire Harvey Weinstein, c'était extrêmement sourcé. Une enquête qui était très longue avec plusieurs témoignages", explique Jean-Sébastien Ferjou.

Et d'ajouter : "Là, c'est très perturbant. On peut se poser la question sur les intention de l'Ebdo mais aussi de la famille et de la jeune fille en question. Qu'elle n'ait pas souhaité porter plainte à l'époque, on peut le comprendre (...) Elle décide de porter plainte dix ans plus tard en sachant qu'il y a prescription pour que Nicolas Hulot, dit-elle, sache la manière dont elle l'avait vécu".

Pour lui, "le fait de rester anonyme dans cette affaire là, ça met tous les monde dans une situation impossible. Évidemment, ça pose des questions sur Nicolas Hulot auxquelles il n'y a pas de réponses".

Le fondateur du pure-player trouve que le ministre a été "très maladroit dans sa communication". "Il l'a fait trop tôt. Il aurait dû le faire hier soir. Il n'était pas très bon (...) On était dans une espèce de malaise - c'est quand même l'éléphant au milieu de la pièce - car tout le monde se dit 'Est-ce que c'est comme dans l'affaire Heinstein, la voix qui ouvre à d'autres révélations ?'. Je trouve que le papier de L'Ebdo n'est pas très défendable, car il n'y a pas de faits précis".

.

Regardez

.