05/02 17:56

Mathieu Gallet, révoqué de la présidence de Radio France par le CSA, promet une transition "dans les meilleures conditions possibles"

Mathieu Gallet, révoqué la semaine dernière de la présidence de Radio France par le Conseil supérieur de l'audiovisuel, a assuré lundi qu'il allait "consacrer les jours qui viennent à l'entreprise afin que la transition se déroule dans les meilleures conditions possibles", sous les applaudissements des salariés. Il a annoncé notamment qu'il rencontrerait mardi Jean-Luc Vergne, le doyen du conseil d'administration de Radio France qui doit assurer l'intérim à la tête du groupe à partir du 1er mars, selon des propos rapportés sur Twitter par des salariés et par le SNJ Radio France, et confirmés par la direction. Un conseil d'administration sera en outre convoqué "avant la fin du mois".

Mathieu Gallet, qui rencontrait les salariés du groupe pour la première fois depuis la décision du CSA, n'est pas revenu sur le verdict du régulateur et n'a pas fait de commentaires sur cette affaire, orientant son discours sur l'avenir de la radio publique. "Les résultats et la transformation de l'entreprise engagée depuis plus de trois ans sont les meilleurs atouts de Radio France. Radio France est devenu un média global, un lieu culturel unique, elle a pris de l'avance elle est plus agile et il faut continuer", a salué le dirigeant. "Vous avez les clés, vous pouvez compter sur les deux forces de Radio France", ses valeurs d'une part, son audace et sa capacité à se réinventer d'autre part, a-t-il assuré aux salariés, avant de leur lancer : "j'ai confiance en Radio France et en vous tous", sous les applaudissements de l'assistance, selon des personnes présentes.

Le CSA a décidé de mettre un terme aux fonctions de Mathieu Gallet après sa condamnation pour favoritisme lorsqu'il dirigeait l'INA, répondant aux voeux du gouvernement qui réclamait son départ. La défense de Mathieu Gallet, qui a fait appel de la condamantion en justice, a réservé sa décision quant à un éventuel recours devant le Conseil d'Etat. Son départ étant fixé au 1er mars par le CSA, un recours peut théoriquement être examiné avant cette date.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de B612
5/février/2018 - 18h45

Il va refaire la moquette au gout du nouveau Directeur ? smiley

Portrait de Wouhpinaise
5/février/2018 - 18h03
J.Purdey. a écrit :

Donc il accepte la décision du CSA et ne fera pas appel au conseil d'état. 

Macron lui à certainement déjà trouvé une bonne planque bien rémunérée par l'état. 

C'est exactement ce que j'allais commenter. smiley

Les plus vus