30/01 11:00

Une application de fitness dévoile l'emplacement de sites militaires américains et de sites alliés en Afghanistan, en Irak et en Syrie

Une application de fitness et son système de géolocalisation permettent la diffusion publique de la position de soldats américains et leurs alliés, une donnée sensible notamment en Afghanistan, en Irak  et en Syrie, comme l'a révélé un chercheur sur Twitter. La carte créée par le système de géolocalisation de l'application développée par Strava Labs dévoile des itinéraires empruntés à proximité des bases, qui peuvent être utilisés pour prévoir des attaques.

Cette carte montre les déplacements des utilisateurs de l'application autour du monde, et indique également l'intensité desdits déplacements sur un parcours donné, formant une "visualisation en direct du réseau mondial des athlètes de Strava", selon les développeurs de l'outil.

Alors que les tracés révélés par l'application concernant les Etats-Unis et l'Europe de l'Ouest ne permettent pas d’identifier un parcours, des itinéraires ressortent nettement pour d'autres pays. L'application étant peu utilisée en Irak, la carte du pays est sombre. Malgré cela, la carte révèle que des troupes américaines et des alliés utilisent l'application au niveau des bases de Taji, au nord de Bagdad, de Qayyarah au sud de Mossoul, de Speicher près de Tikrit et de Al-Asad dans la province d'Al-Anbar.

Le département américain de la Défense a déclaré qu'il était en train d'"évaluer" la situation."Le département de la Défense prend très au sérieux ce genre de questions, et est en train d'évaluer la situation pour déterminer si des formations additionnelles sont nécessaires et si des politiques supplémentaires doivent être développées afin d'assurer la sécurité du personnel du département sur le territoire comme à l'étranger."
Il existe néanmoins une solution. D'après Strava, "les athlètes qui ont paramétré leurs données 'en privé' ne voient pas leurs données collectées."
Au journal "Le Monde", un porte-parole du ministère français des armées a assuré avoir "mis en garde les militaires contre les dangers en matière de sécurité". Et de continuer : "Nous avons fait un rappel en interne de la nécessité de respecter les règles élémentaires de sécurité en opération, par exemple déconnecter les objets, comme les montres, les iPhone ou encore Strava". L'armée française a aussi affirmé que "ces applications et les données qu’elles collectent peuvent se révéler de véritables espionnes".
.

.




Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de HmidouHmidi
30/janvier/2018 - 14h59

Il n'y a pas que strava qui fournit ces données, d'autres applications comme endomondo le font. Le responsable de ces fuites n'est pas l'application, c'est un de ses points forts qu'elle met en avant, mais l'imbécile qui est en mission en Irak ou en Afghanistan qui oublie de se déconnecter.

Les plus vus