23/11 15:16

Stars 80: C'est la guerre entre le producteur du film Thomas Langmann et Olivier Kaefer qui a inspiré le rôle de Patrick Timist !

Le mercredi 6 décembre prochain, "Stars 80, la suite" sortira dans les salles de cinéma françaises. Le même jour, hors des salles obscures, Olivier Kaefer, l'un des créateurs de la tournée, sera au tribunal de grande instance de Paris face à Thomas Langmann, le producteur du film.

"Je l'ai attaqué car j'ai collaboré au scénario du premier film et mes droits d'auteur n'ont toujours pas été payés. Je l'attaque aussi sur le deuxième film pour violation de mon droit moral. Les deux personnages censés nous incarner ont été réutilisés sans notre autorisation", explique celui qui sortira le 27 novembre prochain l'ouvrage "Mes étoiles 1980" dans Le Parisien.

Et d'ajouter : "Je suis d'autant plus gêné que l'on m'a dit que nos personnages avaient des problèmes avec l'Ursaff et ne payaient pas les cachets. Nous avons eu des hauts et des bas, mais nous n'avons jamais escroqué qui que ce soit". Pour lui, Thomas Langmann a "un ego surdimensionné". 

Thomas Langman répond:  "J'ai payé Olivier Kaefer 200.000 euros pour qu'il me fasse rencontrer les artistes de la tournée [RFM Party 80, ndlr] et pour qu'il organise des concerts au moment de la sortie du film. Il n'a même pas honoré cette 2e partie du contrat puisqu'il a déposé le bilan. [...]

J'ai ensuite salarié Kaefer pendant des années pour un boulot qui était en fait un placard. Avec Claude Cyndecki, le coproducteur, on a transformé un spectacle qui ressemblait à la foire à la saucisse en un énorme show", explique le producteur.

Et d'ajouter : "La vérité, c'est que j'ai surpayé Olivier Kaefer. Et à aucun moment, mes films ne racontent sa vie et celle de Gentelet. Dans les scénarios, l'histoire de la tournée comme la vie intime des personnages sont très, très éloignés de la réalité. Dès qu'on fait un succès, il y a toujours quelqu'un qui attaque pour réclamer de l'argent, c'est pathétique".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus