13/11 11:39

13 novembre: En colère, le fils d'une victime des attentats refuse de serrer la main d'Emmanuel Macron

A quelques heures du début des cérémonies de commémoration des attentats du 13 novembre 2015, Michaël Dias, qui a perdu son père lors de l'attentat survenu au Stade de France, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Le jeune homme a révélé que, si Emmanuel Macron s'approche de lui lors des cérémonies, il ne lui serrera pas la main. "C'est un acte de résistance civique face à un président qui agit de manière méprisante envers les victimes d'attentats, comme envers les plus précaires de notre pays", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Aujourd'hui les victimes d'attentats sont dans une situation dramatique pour un très grand nombre. Elles doivent se battre pour des soins basiques, des prothèses notamment, des expertises sur leur santé mentale, ou pour avoir des arrêts maladie [...] Il y a des personnes qui sont dans une situation sociale préoccupante. Aujourd'hui, nous n'avons plus aucun référent puisque Emmanuel Macron a supprimé le secrétariat d'Etat à l'Aide aux victimes dès son élection. On n'a personne sur qui compter".

Au cours de l'interview, Michaël Dias a dénoncé "la froideur des services de l'Etat, des services administratifs, qui vont tout faire tout pour ne pas payer les arrêts maladies ou pour soigner ces personnes qui ont besoin de soins plus coûteux ou plus pointus". "Deux ans plus tard, il n'y a toujours pas d'indemnisation. Au lendemain du 13 novembre, il y a eu des avances qui ont été données mais qui sont dérisoires par rapport aux pertes financières qu'ont les familles. [...] Il n'y a pas d'aide aujourd'hui", a-t-il ajouté. 

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de tobian
13/novembre/2017 - 19h35

   On s'en prend au Président de la République, mais les prothèses et les arrêts maladie, ce n'est pas lui qui en décide.

Portrait de Jessie.83
13/novembre/2017 - 17h33

Pawi quand vous dites que Macron était ému aux larmes, faut pas oublier que c'est un comédien comme la plupart des politiciens. 

Portrait de soly
13/novembre/2017 - 17h06

Chapeau bas à cet homme digue, qui refuse l'hypocrisie politique.

Ces mêmes politiques qui sont responsables des attentats, par leurs lois laxistes, viennent ensuite faire de la com en se servant des familles des victimes, c'est à vomir.

Portrait de PhilRAI
13/novembre/2017 - 15h42

Enfin quelqu'un qui ose se rebeller contre le cinéma imposé par les médias et les élus irresponsables complices des musulmans.

Un autre exemple : 

Vous avez perdu votre fils, Abel, le 15 mars 2012, lors des attentats deMontauban et de Toulouse, et pourtant on ne vous a pas beaucoup entendu dans les médias pendant le procès d'Abdelkader Merah. La presse vous éviterait-elle ?

Je suis carrément blacklisté ! On m'a classé parmi les "fachos". Ça ne date pas du procès, hélas ! En décembre 2013, je participais à une manifestation à Créteil en soutien à un couple violemment agressé par trois hommes en raison de son origine juive. 

Sur place, je suis interviewé par un journaliste de France 2 et j'utilise le terme 'nazislamistes' pour désigner ces criminels. Le reporter me demande de reformuler mes propos, sous prétexte que cette expression est, je cite, "trop clivante" et que "j'allais mettre de l'huile sur le feu" ! 

J'ai refusé. L'interview n'a pas été diffusée.

Mais il n'y a pas que les médias qui m'ont critiqué pour mon langage.

Les politiques, la plupart de gauche, s'y sont mis aussi. AlexisBachelay, alors député PS des Hauts-de-Seine, m'a traité de "minableavec des méthodes de facho !". Bruno Le Roux, éphémère ministre del'Intérieur, m'a également fait la leçon en me disant que "j'étaistoujours dans l'excès".

Il faut dire que les politiques ont très tôt tenté de me 'vendre' unconcept : le "vivre-ensemble" ! Un concept, excusez-moi du mot, que j'aitoujours trouvé con et que je condamne, car il est impossible de vivreavec les islamistes. Pour me faire rentrer dans le rang, on m'a expressément demandé de me comporter comme Latifa Ibn Ziaten, la mère d'Ihmad, ce jeune soldat musulman, tué par Mohamed Merah… C'est le modèle à suivre ! Moi, c'est vrai, je ne suis pas 'tendance'.

Portrait de zeltron
13/novembre/2017 - 15h32

Qu'il ait des choses à reprocher à l'État est une chose mais dire qu'on va refuser de serrer la main du Président est de l'irrespect et débile, et je ne suis pas fan de Macron.

Portrait de france66
13/novembre/2017 - 14h36

Il est encore dans une phase de colère, il en veut à tout le monde et bien sûr en premier lieu à l'Etat. Il voudrait peut être une pension à vie ???? Il n'y a pas que les attentats, il y a aussi des accidentés de la route par exemple, on en parle ?

Portrait de Wouhpinaise
13/novembre/2017 - 13h02
rYp a écrit :

En quoi serait-il concerné puisque pas en poste à l'époque?!

La totalité des mesures et indemnisations a été prise par la précédente majorité, un autre gouvernement sous une autre présidence!!!

c'est absolument n'importe quoi: c'est ce genre de personne encore bloquée en phase de colère qui en veut au monde entier et qui ne pourra jamais avancer dans la guérison parce qu'il refuse tout simplement de guérir, de se donner une chance: ça ne peut rien lui apporter de bon, ni aux autres en particulier autour de lui...

Il ne faut pas tout rapporter à soi et être égoïste comme ça: on vient de voir le président ému aux larmes, vraiment touché, prenant le temps sans instrumentaliser le truc et on a en face quelqu'un qui ne respecte rien ni personne et fait son cirque en intervenant dans les médias: quelle honte!

C'est votre commentaire qui est une honte. On peut ne pas être d'accord avec sa démarche, mais en quoi est-il égoïste, irrespectueux,... ? En quoi fait-il son cirque ? C'est un homme qui a perdu son père dans cet attentat, alors un peu de respect justement, ça ne vous fera pas d'mal !!!!

Les plus vus