09/11 18:36

Radio France condamnée à verser 300.000 euros à l'ex-animateur de "Là-bas si j'y suis" Daniel Mermet, licencié "sans cause réelle"

Radio France a été condamnée en appel à verser plus de 300.000 euros à l'ex-animateur de "Là-bas si j'y suis" Daniel Mermet, licencié "sans cause réelle ni sérieuse" en 2014, selon un jugement consulté jeudi par l'AFP. Un premier jugement avait déjà requalifié en CDI l'ensemble des CDD de Daniel Mermet, à compter de son premier contrat signé en 1976.

Le jugement d'appel rendu le mardi 7 novembre à Paris confirme que M. Mermet a fait l'objet en 2014 d'un "licenciement sans cause réelle ni sérieuse", et triple les indemnités dues par Radio France. Le groupe public doit notamment désormais verser à Daniel Mermet 139.520 euros à titre d'indemnité légale de licenciement, 140.000 euros de dommages et intérêts et 16.785 euros à titre d'indemnité de préavis. En première instance, Radio France avait été condamnée à verser 111.000 euros au titre de cette requalification en CDI et d'une indemnité de départ à la retraite.

La cour d'appel ne lui a cependant pas reconnu la qualité de journaliste mais de "producteur délégué", le privant de la prime d'ancienneté et des 13e mois qu'il réclamait. Interrogée jeudi, la direction de Radio France n'a pas souhaité commenter cette condamnation. "Radio France s'est sciemment placée dans l'illégalité pendant près de 40 ans en ayant recours à des contrats à durée déterminée +verbaux+ pendant 25 ans, puis écrits sans définition du motif", a souligné l'avocat du journaliste Jean-Yves Halimi dans un communiqué. "La page est tournée", a déclaré à l'AFP Daniel Mermet, regrettant que le service public soit condamné mais se félicitant que la responsabilité de ses "gestionnaires" soit reconnue.

Depuis sa création en 1989, son émission militante et atypique avait su fédérer une forte communauté de fans. François Ruffin, désormais député France Insoumise, y avait fait ses débuts de journaliste, ainsi que des voix de Radio France comme Sonia Kronlund (productrice des "Pieds sur terre" sur France Culture) ou Yann Chouquet, devenu directeur des programmes de France Inter. Depuis sa suppression en 2014, "Là-bas si j'y suis" connaît une deuxième vie sur son site internet, où elle affiche 25.000 abonnés qui versent en moyenne 5 euros par mois.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de gyette
9/novembre/2017 - 19h10

Allez, lorsque c'est l'argent des autres, on peut faire des bétîses... A vos poches, les benêts français ! Au fait, il n'y a pas un responsable là-dedans qui pourrait assumer son boulot.... (je plaisante ; faut pas pousser quand même !)  smiley

Les plus vus