27/09 15:23

EXCLU Morandini Live - Un professeur de médecine accuse certains docteurs dans les médias d'être des "agents de l'industrie du médicament" - VIDEO

Ce matin, Jean-Marc Morandini proposait un débat autour des vaccins et des médias dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. Autour de la table, deux spécialistes étaient réunis pour en débattre : le docteur Gérald Kierzek et Romain Gherardi, professeur en médecine. 

Pour ce dernier, qui réagissait après la diffusion de l'extrait d'une chronique du Dr Michel Cymes sur RTL, "certains médecins qui interviennent dans les médias sont "des agents d'influence de l'industrie du médicament". "On sait que, depuis les années 1950, les grands intérêts financiers placent, dans les médias et dans le système, des agents d'influence", a-t-il déclaré.

A la question posé par Jean-Marc Morandini de savoir si il parlait de Michel Cymes, le professeur a simplement répondu "ne pas parler de lui en particulier".

Le docteur Gérald Kierzek lui a alors demandé d'expliquer le terme d'"agent d'influence". Pour le Professeur Romain Gherardi, il s'agit "de médecins qui font de la désinformation" et qui sont placés dans les médias et défendent les intérêts des laboratoires pharmaceutiques.

Le Dr Kierzek lui a alors lancé: "Arrêtez, avec cette théorie du complot ! Vous ne pouvez pas tenir de tels propos.... Les gens, qu'est-ce qu'ils veulent savoir ? Si c'est dangereux ou pas de se faire vacciner.  Les confrères généralistes ont beaucoup de mal à convaincre leurs patients. Comment voulez-vous convaincre quand vous avez une Une d'un grand média [Le Parisien, ndlr] qui joue sur cette peur-là ?".

Vendredi dernier, le quotidien Le Parisien faisait sa Une sur les vaccins. "Le rapport qui dérange", pouvait-on lire. Nos confrères précisaient que, selon une étude financée par l'Agence du médicament, la présence d'aluminium dans des vaccins pourraient, dans certains cas, entraîner un risque pour la santé.

.

Regardez

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de dada790145
28/septembre/2017 - 14h05
snecmoi a écrit :

Pas tout à fait exact. Polio , rubéole, oreillons ( et d'autres ) ne sont pas mortelles à coup sûr mais laissent d'énormes dégâts. Pourquoi aussi ne pas penser que le temps mis à trouver le vaccin contre le SIDA par exemple, soit dû à la manne représentée par la trithérapie ?

On peut même aller plus loin , pourquoi pensez vous qu'on nous empoisonne a continuer de bouffer de la nourriture industrielle bourré de pesticides ? Ben oui pour que les gens continuent d'être malade et fassent tourner les labos bien sur smiley

Portrait de Gégé69
27/septembre/2017 - 22h09
france66 a écrit :

Les labos sont très généreux sur les "petits cadeaux" envers les médecins, il est évident que certains d'entre eux en profitent...même plus.

C'est une grande méconnaissance que de dire ça! Les cadeaux, même de valeur insignifiante, sont interdit depuis des années! 

 

Portrait de alekine1
27/septembre/2017 - 20h11
snecmoi a écrit :

Si vous réfléchissez deux secondes, vous vous rendrez compte qu'une bonne pathologie à vie rapporte beaucoup plus aux labos qu'un petit vaccin deux trois fois dans sa jeunesse. Les labos détestent la prévention et sont donc forcément en sous main à l'origine de la défiance anti vaccins. Prouvez moi le contraire.

Sauf que les maladies soignées par les vaccins sont généralement mortelles donc financièrement inintéressantes sur le long terme.

Portrait de Jilou1994
27/septembre/2017 - 18h14

Les défenseurs de la médecine "moderne" surtout en France, ont tendance à la placer à un niveau quasi absolu, religieux, alors qu'en fait c'est une médecine, une "science" empirique qui comme toute démarche empirique est imprégnée d'innombrables erreurs. Rien que depuis Louis XIV ont voit bien que se sont des apprentis sorciers qui ne connaissent que très peu de chose de la machine formidable que nous habitons temporairement. Nous réagissons différemment aux vaccins et donc vouloir imposer les vaccins comme de culpabiliser les patients potentiels que nous sommes relève du plus profond obscurantisme. Que ceux qui veulent se faire vacciner ne me dérange pas du tout car il y a des risques d'un côté comme de l'autre, mais laissez-nous choisir en notre âme et conscience. Depuis que ma mère à faillit quitter ce monde à cause du vaccin contre la grippe qui la rendait malade à crever tous les hivers, elle a compris que ce n'était pas pour elle, et depuis et elle a vécu de nombreux hivers paisiblement. Je suis pour la vaccination mais pas pour tout le monde et encore moins de force.    

Portrait de LaRésistante.
27/septembre/2017 - 17h22
dada790145 a écrit :

Oui je suis bien d'accord mais tout ceçi serait tout de même controlé et limité et expérimenté plus largement si on ne poussait pas les médecins /chercheurs/labos a faire du profit a tout prix plutôt qu"a réellement faire une avancé sociale et sanitaire .

Bonne remarque ! On sait qu'une majorité de labos sont là pour la thune même si leurs chercheurs sont souvent des personnes dévouées et qui bossent  pour le bien d'autrui.

Portrait de dada790145
27/septembre/2017 - 17h16
Jilou1994 a écrit :

Les défenseurs de la médecine "moderne" surtout en France, ont tendance à la placer à un niveau quasi absolu, religieux, alors qu'en fait c'est une médecine, une "science" empirique qui comme toute démarche empirique est imprégnée d'innombrables erreurs. Rien que depuis Louis XIV ont voit bien que se sont des apprentis sorciers qui ne connaissent que très peu de chose de la machine formidable que nous habitons temporairement. Nous réagissons différemment aux vaccins et donc vouloir imposer les vaccins comme de culpabiliser les patients potentiels que nous sommes relève du plus profond obscurantisme. Que ceux qui veulent se faire vacciner ne me dérange pas du tout car il y a des risques d'un côté comme de l'autre, mais laissez-nous choisir en notre âme et conscience. Depuis que ma mère à faillit quitter ce monde à cause du vaccin contre la grippe qui la rendait malade à crever tous les hivers, elle a compris que ce n'était pas pour elle, et depuis et elle a vécu de nombreux hivers paisiblement. Je suis pour la vaccination mais pas pour tout le monde et encore moins de force.    

Oui je suis bien d'accord mais tout ceçi serait tout de même controlé et limité et expérimenté plus largement si on ne poussait pas les médecins /chercheurs/labos a faire du profit a tout prix plutôt qu"a réellement faire une avancé sociale et sanitaire .

Portrait de Mère Denis2
27/septembre/2017 - 16h06
Jilou1994 a écrit :

Les défenseurs de la médecine "moderne" surtout en France, ont tendance à la placer à un niveau quasi absolu, religieux, alors qu'en fait c'est une médecine, une "science" empirique qui comme toute démarche empirique est imprégnée d'innombrables erreurs. Rien que depuis Louis XIV ont voit bien que se sont des apprentis sorciers qui ne connaissent que très peu de chose de la machine formidable que nous habitons temporairement. Nous réagissons différemment aux vaccins et donc vouloir imposer les vaccins comme de culpabiliser les patients potentiels que nous sommes relève du plus profond obscurantisme. Que ceux qui veulent se faire vacciner ne me dérange pas du tout car il y a des risques d'un côté comme de l'autre, mais laissez-nous choisir en notre âme et conscience. Depuis que ma mère à faillit quitter ce monde à cause du vaccin contre la grippe qui la rendait malade à crever tous les hivers, elle a compris que ce n'était pas pour elle, et depuis et elle a vécu de nombreux hivers paisiblement. Je suis pour la vaccination mais pas pour tout le monde et encore moins de force.    

C'est ben vrai ça !

Portrait de france66
27/septembre/2017 - 15h40

Les labos sont très généreux sur les "petits cadeaux" envers les médecins, il est évident que certains d'entre eux en profitent...même plus.

Portrait de dada790145
27/septembre/2017 - 15h33

La vrai question est : peut-on encore avoir confiance en la médecine libérale ? imaginez ce que ce serait si le système de santé était complétement libéralisé ? avec des charlatans et des profiteurs économique de partout ?

Les plus vus