20/06 13:29

Découvrez pourquoi près de 18 000 élèves en terminale technologique vont devoir repasser l'épreuve d'espagnol au baccalauréat !

Près de 18 000 élèves du bac technologique vont devoir repasser l'épreuve d'espagnol LV1.

Au lieu de conclure la semaine du baccalauréat ce jeudi, ces élèves repasseront l'épreuve vendredi.

En cause : le sujet qui a été proposé aux élèves et le même qui avait été distribué l'année dernière lors de la session de remplacement.

Sur Twitter, de nombreux élèves ont affirmé avoir déjà travaillé le sujet.

C'est normal : lors des bacs blancs ou des séances de révisions, les sujets récents sont très souvent utilisés par les professeurs.

Le nouveau ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a demandé l'ouverture d'une enquête administrative, confiée à l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR).


Baccalauréat: début de la philo pour les bacs... par morandini

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de dada790145
21/juin/2017 - 02h13
mpageon a écrit :

Grand, tu devrais te renseigner sur la manière dont sont élaborés les sujets du bac (chaque sujet choisi chaque année par une académie différente) et surtout sur la date à laquelle ils sont arrêtés (entre 3 à 6 mois avant). Ca t'éviterait d'écrire des conneries.

 

ce ne sont pas des conneries , il existe des sujets de secours et les sujets sont censés être tirés au sort parmi plusieurs autres sujets , mais tous les sujets choisis sont vérifiés et  validés en connaissance de cause , normalement jamais une telle erreur ne doit arriver .

"Le jour J, les enveloppes contenant les sujets sont envoyées en salle d’examen et ouvertes seulement devant les candidats. En cas de problème, le responsable du centre peut recourir au sujet de secours, et il doit en référer au rectorat et au ministère" Et oui même quand il y a du laxisme chez certains fonctionnaires responsables de la rédaction , test , validation et choix des sujets c'est au ministère dont ils dépendent d'en assumer la responsabilité ...

Portrait de tiptop
20/juin/2017 - 20h10
dada790145 a écrit :

vous faites pitié vous défendez l'indéfendable , les professeurs d'espagnol n'avaient pas connaissance de ce sujet qui était tombé en septembre et bien dans ce cas la si ce sujet n’était pas connu pourquoi fait -on repasser l’épreuve tant mieux pour ceux qui l'avait bossé .... mais comme vous le dites l’erreur est lourde et pénalise les candidats en 1 er lieu alors il serait temps que le ministère assume leur erreur , car ce sujet je regrette il a été choisi et validé en connaissance de cause , leur responsabilité est grande dans ce choix .

Je ne défends pas l'indéfendable. Je vous explique . Peu de professeurs connaissaient le sujet. et parmi ceux qui le connaissaient , certains l'ont fait passer en entrainement à leurs élèves, c'est pour cela que l'équité n'est plus respectée et que le ministère a pris, je suppose, cette décision de refaire l'épreuve.  Ce sont ces professeurs qui ont signalé le problème aussi rapidement que possible et avec les moyens dont ils disposaient. 

Je suis moi même scandalisée par ce cafouillage, mais vous incriminez les mauvaises personnes. Il faut juste savoir de quoi on parle...

Portrait de tiptop
20/juin/2017 - 20h02
dada790145 a écrit :

c'est une honte que les professeurs en distribuant le sujet et en le vérifiant ne s'en soient même pas aperçu , normalement plusieurs sujets de secours sont prévus pffff , pauvre inéducation nationale  ça commence bien ce nouveau quinquenat .... Ils meriteraient juste que les élèves ne repassent pas l’épreuve et soient notés sur ce qu'ils ont fait .

Vous critiquez sans savoir, Les professeurs qui surveillent ne sont pas tous professeurs d'espagnol. Quant aux professeurs d'espagnol ils étaient peu nombreux à connaitre ce sujet qui était tombé en septembre et qui n'était pas dans les annales et très peu visible sur internet comme c'est souvent le cas avec les sujets de septembre. Cependant ce sont bien les professeurs qui surveillaient ET qui connaissaient le sujet qui ont bien évidemment alerté les chefs de centre. On n'arrête pas une épreuve ou composent 18000 candidats parce que l'on dit avoir reconnu un sujet!  

La machine est lourde. C'est une erreur très surprenante qui pénalise les candidats en 1er lieu. Je leur souhaite bon courage car ils composent sous une chaleur écrasante. 

Quant à la responsabilité de ce nouveau quinquennat, c'est risible....

Portrait de dada790145
20/juin/2017 - 19h57
tiptop a écrit :

Vous critiquez sans savoir, Les professeurs qui surveillent ne sont pas tous professeurs d'espagnol. Quant aux professeurs d'espagnol ils étaient peu nombreux à connaitre ce sujet qui était tombé en septembre et qui n'était pas dans les annales et très peu visible sur internet comme c'est souvent le cas avec les sujets de septembre. Cependant ce sont bien les professeurs qui surveillaient ET qui connaissaient le sujet qui ont bien évidemment alerté les chefs de centre. On n'arrête pas une épreuve ou composent 18000 candidats parce que l'on dit avoir reconnu un sujet!  

La machine est lourde. C'est une erreur très surprenante qui pénalise les candidats en 1er lieu. Je leur souhaite bon courage car ils composent sous une chaleur écrasante. 

Quant à la responsabilité de ce nouveau quinquennat, c'est risible....

vous faites pitié vous défendez l'indéfendable , les professeurs d'espagnol n'avaient pas connaissance de ce sujet qui était tombé en septembre et bien dans ce cas la si ce sujet n’était pas connu pourquoi fait -on repasser l’épreuve tant mieux pour ceux qui l'avait bossé .... mais comme vous le dites l’erreur est lourde et pénalise les candidats en 1 er lieu alors il serait temps que le ministère assume leur erreur , car ce sujet je regrette il a été choisi et validé en connaissance de cause , leur responsabilité est grande dans ce choix .

Portrait de LaRésistante.
20/juin/2017 - 17h24
El Cochanec a écrit :

Non pas de seconde chance à l'écrit . Au bac la seule seconde chance c'est l'oral. Donc ceux qui ont réussi tant mieux, ceux qui ont raté avaient qu'à travailler un peu plus, que ce soit ce sujet ou un autre il était au programme ça ne change donc rien.;-)

Si j'ai bien lu ,ils doivent repasser l'épreuve . Donc pour ceux qui avaient réussi la première fois c'est galère et ceux qui avaient foiré ont bien une seconde chance puisqu'ils peuvent mieux faire au "repassage" ..

smiley

Portrait de LaRésistante.
20/juin/2017 - 16h40
El Cochanec a écrit :

L'erreur vient du ministère et de ceux qui ont fait les sujets. Ils n'ont même pas pris la peine de vérifier les sujets où alors peut être trop feignants pour en créer de nouveaux.

 

C'est une épreuve majeure et ces erreurs là ne doivent pas exister et surtout ne doivent pas pénaliser les candidats qui sont déjà assez stressé comme ça.

 

J'invite donc tous les candidats à refuser de repasser l'épreuve car c'est une erreur du ministère, tant pis pour eux ils avaient qu'à être plus rigoureux pour un examen d'ampleur nationale. Ils noteront le sujet déjà fait point.

 

Et s'ils refusent, j'invite aussi les parents à saisir leur protection juridique pour se défendre et faire jouer leur droit pour préjudice moral. Il ne faut rien lacher face à ces baltringues même pas foutus de vérifier un sujet d'une année sur l'autre.

Valable pour ceux qui ont réussi l'épreuve . Pour ceux qui ont foiré c'est une seconde chance.

smiley

Portrait de dada790145
20/juin/2017 - 14h51
steff03 a écrit :

 

C'est vraiment de la mauvaise foi... le nouveau gouvernement n'a rien à voir avec cette erreur, ni même l'organisation de ces épreuves (prévues de longue date)... Mais vous ne vous trompez surement jamais...

 

Pas a ce niveau la il s'agit d'une épreuve de la plus haute importance le BAC , et bien non on n'a pas le droit a l'erreur , de même que les élèves ne vont certainement pas demander a repasser leur épreuve s'ils pensent l'avoir ratée .Sans compter que ce jour supplémentaire ou ils devront repasser leur épreuve était certainement prévu pour soit décompresser soit réviser ... Il y a bien eu un manque de controle et une faute que le ministère de l’éducation aurait du découvrir de suite et corriger de suite , je rappelle que le bac est une épreuve nationale .

Portrait de steff03
20/juin/2017 - 14h14
dada790145 a écrit :

c'est une honte que les professeurs en distribuant le sujet et en le vérifiant ne s'en soient même pas aperçu , normalement plusieurs sujets de secours sont prévus pffff , pauvre inéducation nationale  ça commence bien ce nouveau quinquenat .... Ils meriteraient juste que les élèves ne repassent pas l’épreuve et soient notés sur ce qu'ils ont fait .

 

C'est vraiment de la mauvaise foi... le nouveau gouvernement n'a rien à voir avec cette erreur, ni même l'organisation de ces épreuves (prévues de longue date)... Mais vous ne vous trompez surement jamais...

 

Portrait de dada790145
20/juin/2017 - 14h04

c'est une honte que les professeurs en distribuant le sujet et en le vérifiant ne s'en soient même pas aperçu , normalement plusieurs sujets de secours sont prévus pffff , pauvre inéducation nationale  ça commence bien ce nouveau quinquenat .... Ils meriteraient juste que les élèves ne repassent pas l’épreuve et soient notés sur ce qu'ils ont fait .

Les plus vus