19/05 10:01

Mais pourquoi les journalistes sont-ils aussi inquiets depuis 48h de la façon dont le Président Macron gère les médias ?

 Par Laurence BENHAMOU

.

L'Élysée version Macron limite pour l'instant au maximum les contacts avec les médias, veut choisir les journalistes qui suivent le président et a tenu jeudi la presse à l'écart des nouveaux ministres, des pratiques aux antipodes de l'ère Hollande qui inquiètent les médias.

Après une campagne sur tous les plateaux et dans tous les journaux, à l'Élysée, c'est le silence radio.

Un "verrouillage" difficile à l'heure des réseaux sociaux et de l'information en continu.

Emmanuel Macron applique son credo d'un président à "la parole rare", pour re-sacraliser une fonction qu'il jugeait galvaudée sous Nicolas Sarkozy et François Hollande, omniprésents dans les médias et friands de "off" avec les journalistes.

Depuis dimanche, les journalistes n'ont que très peu de contacts avec ses communicants, placés sous la houlette de Sylvain Fort et Sibeth Ndiaye. D'abord mise sur le compte du flottement des premiers jours d'installation, cette volonté de secret s'est manifestée de manière flagrante jeudi lors du premier Conseil des ministres: journalistes et photographes ont été priés de quitter la cour d'honneur de l'Élysée, sans pouvoir, comme c'est l'usage, interroger et filmer les ministres à la sortie.

De plus, lors de son premier point de presse après le Conseil, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a longuement souligné que le président exigeait de ses ministres "confidentialité" et "discrétion" envers la presse.

"Les journalistes ne manqueront pas de continuer à poser des questions, mais il appartiendra à chacun des ministres de veiller au respect de ce qui se discute au sein du Conseil des ministres", a-t-il averti.

Décision encore plus inhabituelle: pour le déplacement d'Emmanuel Macron au Mali vendredi, les responsables presse de l'Élysée ont contacté directement les journalistes qu'ils veulent inviter, sans laisser ce choix aux rédactions, une entorse sans précédent aux relations entre pouvoir et médias.

"Le président souhaite pouvoir emmener des spécialistes, plutôt que la presse politique", a fait valoir son entourage.

Ce choix délibéré est très mal passé dans les rédactions.

Christophe Castaner s'est vu accusé de vouloir "verrouiller la communication'", ce qu'il a nié, et a dû faire face à une rafale de questions critiques.

"Le fait que la cour d'honneur ait été fermée, qu'il n'y ait pas de caméra de pool pour filmer la photo de famille, que l'Élysée choisisse quelle rédaction, et pire quels journalistes au sein des rédactions, est amenée à suivre les déplacement du président.. Rassurez-moi M. Castaner, ça va bien se passer entre vous et la presse?" lui a lancé un journaliste de l'émission "Quotidien".

Des questions éludées par le porte-parole, qui s'est contenté d'invoquer des problèmes de sécurité et de délai d'organisation.

"J'entends bien vos inquiétudes, je les relaierai", a-t-il cependant répondu, en promettant de respecter les conditions de travail des médias.

Il a aussi promis que, "dès la semaine prochaine", les journalistes pourront de nouveau interroger les ministres à la sortie du Conseil, expliquant que l'interdiction de jeudi était liée à la prise de la photo du gouvernement, sur le perron de l'Élysée.

Pour mieux se faire entendre, jeudi après-midi, dans une lettre ouverte au président, les sociétés des journalistes d'une vingtaine de grands médias (AFP, BFMTV, Europe 1, Le Figaro, France Info, France Inter, Libération, Mediapart, Le Parisien, Le Point, RFI, RTL, RMC, TF1, Télérama, Le Monde...) et Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, ont fait part à Emmanuel Macron de leurs "inquiétudes quant à l'organisation de la communication présidentielle en train de se mettre en place".

"Il n'appartient en AUCUN CAS à l'Élysée de choisir ceux d'entre nous qui ont le droit ou non de couvrir un déplacement, quel qu'en soit le thème. Ce n'est pas au président de la République, ou à ses services, de décider du fonctionnement interne des rédactions, du choix de leurs traitements et de leurs regards", préviennent-ils.

.


Pour le premier point presse du porte-parole... by morandini

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PtiGlaçon
20/mai/2017 - 06h03
Vous l'avez élu vous le gardé maintenant
Portrait de Télécommande66
20/mai/2017 - 01h31
maminou a écrit :
Je trouve que c est tres bien les journalistes font beaucoup de mal

OUI tu a raison bravo Gerard Phillipe

Portrait de Télécommande66
20/mai/2017 - 01h23

Quand ont regarde france info et tous cette pseudos redaction de tricoteurs ca fait peur pouquoi autant de monde pour rien des rumeurs ou des infos qu ont peu trouvr nous meme c est lamentable c est avec notre argent quand meme

Portrait de Télécommande66
20/mai/2017 - 01h18

Parce qu ils se sont fait avoir peu etre lol quel nazes quand meme 

Portrait de Tilloy27
19/mai/2017 - 19h28

les journalistes sont souvent malfaisants. On les a trop laissé raconter n'importe quoi. D'un autre coté je pense que nous ne sommes pas au bout de nos surprises avec le génie que nous avons élu

Portrait de Ping-pong
19/mai/2017 - 15h11 - depuis l'application mobile

Un peu moins d'infos aux journalistes ne fera pas de mal. Au contraire !

Portrait de claud34
19/mai/2017 - 13h55

C'est l'ère de Gaulle qui revient. Ce n'est peut-être pas plus mal.

Portrait de maminou
19/mai/2017 - 13h32 - depuis l'application mobile

Je trouve que c est tres bien les journalistes font beaucoup de mal

Portrait de Seaskua...
19/mai/2017 - 13h29

La presse revendique son indépendance et c'est plutôt bien de le faire. Sauf que la même presse trouve normal de bénéficier de subventions publiques massives. (Ce qui conduit à une multitude de titres au lectorat réduit)

 

Il faut lire les livres sur la presse (Sauver les médias de Julia Cagé par exemple) pour comprendre ce qui se passe dans les médias. On trouve aussi comme livres : main basse sur l'information, combat pour une presse libre, les éditocrates ! Mais aussi et surtout "la fabrication du consentement", sous titré : de la propagande médiatique en démocratie. (Livre bien plus ancien mais qui explique bien les choses)

 

Il ne faut jamais être dupes de luttes de pouvoir.

 

Portrait de jeny
19/mai/2017 - 13h15

il a parfaitement raison de les écarter, quand j'entends certains propos de journalistes, je me demande où est e professionnalisme, toujours prêts à sortir un scoop, au lieu de protéger quelquefois ils mettent les personnes en danger

dès qu'un journal a sorti une histoire tous les autres s'en accaparent pour dire la même chose sinon en rajouter, mais des fausses

Portrait de komenkisapel
19/mai/2017 - 12h55
kina a écrit :

bienfait pour les journalistes se sont des plaies !!!! bravo à Edouard Philippe de les avoir semés, la liberté de la presse ????? ça devient de l'inquisition

 

Les journalistes de BFM ont été vexés de se faire semer par notre nouveau 1er ministre...euh... Maurice André ???

Portrait de kina
19/mai/2017 - 12h23

bienfait pour les journalistes se sont des plaies !!!! bravo à Edouard Philippe de les avoir semés, la liberté de la presse ????? ça devient de l'inquisition

Portrait de ObSeRvEr
19/mai/2017 - 11h59
EDITO a écrit :

Bayrou mis en examen...pour diffamation.....

Mis en examen, donc réputé innocent...

Mais il y a des résidus de fausse couche pour comparer, en sous entendu,  une diffamation, avec un  détournement de fonds publics...

 

Mais Bayrou a donné aussi dans le détournement de fonds publics.

 

D'ailleurs, va t'on le voir un jour au tribunal pour détournement d'argent public pour avoir eu comme secrétaire l'assistante parlementaire d'un député Européen, et rémunérée par le parlement, et que le parlement Européen a oublié de poursuivre ?

 

Ah ben non, je suis ballot, dans ce cas la, comme dans d'autres cas,  le parlement européen semble définitivement  fermer les yeux !

Portrait de MADONNA23
19/mai/2017 - 11h11

les Français on votés, maintenant tant pis pour vous !!! ne venaient pas pleurés !!!  et ce n'est que le début des surprises.... La France va souffrir .... smiley

Portrait de wicket
19/mai/2017 - 11h04

Ah ! qu'ils sont vexés les journaleux !!! alors qu'ils ont été si élogieux pendant la campagne électorale au point de ne voir que le "nouveau Messie" en Macron !!!

Portrait de PhilRAI
19/mai/2017 - 10h59
Brainwashin' a écrit :
Bon maintenant que on a dégagé la blonde fasciste et Fion on peut se lâcher sur le banquier.

Avec ce genre d'arguments débiles, on comprend pourquoi on en est arrivé là !

Il faudrait que les électeurs se servent un peu plus de leur cerveau au lieu de s'en tenir à ce genre de réflexes conditionnés.

Portrait de Filoû02
19/mai/2017 - 10h54

Parce qu'ils n'ont pas la main mise sur les faits et gestes du président et de ses ministres !!  Fini d'écouter aux portes .. smiley

Portrait de masoud
19/mai/2017 - 10h52

Bien fait pour eux ! Ils l'ont "mis" au pouvoir et là, ils ont le retour de bâton !!!! Des coups en pleine face de la part du blanc-bec !!! Bien fait pour eux !

Portrait de cocobelluss
19/mai/2017 - 10h48

HAHA sa me fait bien rire le temps ou on critiqué LePen pour la liberté de la presse.

Mais c'est que le début vous allez tous regretter d'avoir voté pour un banquier smiley

Portrait de Brainwashin'
Planète des singes a écrit :

Ils sont où les défenseurs de la liberté de la presse qui criait au fascisme quand Fillon ou Le Pen refusaient certains journalistes à leur meetings ? Encore la liberté d'expression à géométrie variable de certains. Quant à la presse, elle a tout fait pour le faire élire, alors qu'elle assume maintenant.  

On est là. On attendant juste que l'infâme conservateur ripou Fion perde lamentablement pour commencer à réagir et à attaquer l' imposture de Macron.

Portrait de Brainwashin'

Bon maintenant que on a dégagé la blonde fasciste et Fion on peut se lâcher sur le banquier.

Portrait de nina83
19/mai/2017 - 10h27

Si seulement les journalistes pouvaient "enfin" se préoccuper des autres problèmes de notre société, de ce qu'il se passe de grave dans le monde, il n'y a pas QUE le gouvernement ou les législatives dans la vie du peuple français, on dirait des charognards, les journaux tous confondus font le buzz comme les Voici ou Gala, c'est un grand n'importe quoi le journalisme en France (sans parler de leur manque total de neutralité.....). 

Portrait de Planète des singes
19/mai/2017 - 10h27

Ils sont où les défenseurs de la liberté de la presse qui criait au fascisme quand Fillon ou Le Pen refusaient certains journalistes à leur meetings ? Encore la liberté d'expression à géométrie variable de certains. Quant à la presse, elle a tout fait pour le faire élire, alors qu'elle assume maintenant.  

Portrait de Martin17
19/mai/2017 - 10h26 - depuis l'application mobile

Peut être ainsi les médias diront moins de sottises, feront moins de suppositions... Ils devront attendre et répercuter une info vraie ! Ah que ça ferait du bien au lieu de ts leur blabla conditionnés et au conditionnel !

Portrait de pb71
19/mai/2017 - 10h25

Normal. La fonction de président de la République a vraiment été galvaudée durant 10 ans  par un N. SARKOZY qui lançait des rumeurs ou des infos( souvent aux détriments de ses ministres) et on ne parle même plus de F. HOLLANDE qui consacrait 30 % de son temps aux journalistes (on a vu et surtout lu le résultat ) : tout et n'importe quoi.

Portrait de Micheldu17.02
19/mai/2017 - 10h17
france31400 a écrit :

le quinquennat commence bien!! bientôt la presse sera muselée??  remarquez valls choisissait bien le ou les journalistes qui devaiet être à ses côtés pour aller en afrique!!

Peut être est ce pour faire une moyenne avec  " le ravi de la crèche "  qui " racontait sa vie" et bien d' autres choses qu' il n' avait pas le droit de divulguer.......smiley

Les plus vus