13/05/2017 16:00

Polémique Netflix avant le Festival de Cannes: Les cinéastes français appellent à revoir la réglementation

Les cinéastes français de l'Association des auteurs, réalisateurs, producteurs (ARP) ont appelé jeudi les pouvoirs publics à revoir la réglementation sur la diffusion des films, dossier sensible qui perturbe en amont le Festival de Cannes pour lequel ont été retenus deux films de l'écurie Netflix
"Plus que jamais, notre régulation apparaît dépassée", affirme dans un communiqué l'ARP, présidée par Claude Lelouch, à propos de la chronologie des médias.
D'après cette réglementation, un film ne peut être vendu ou loué en vidéo à la demande (VOD) que quatre mois après sa sortie en salles et seulement trois ans après être diffusé sur une plateforme par abonnement.

Ce qui rend impossible une sortie en salles et une diffusion concomitante sur Netflix, comme le voudrait le géant américain du streaming pour les films présentés à Cannes.
"Après plusieurs années de concertation sans résultats, nous demanderons au prochain gouvernement de s'emparer rapidement de ce dossier politique", poursuit l'ARP, pour "l'intérêt général du secteur et la pérennité de son financement".
Tout en déplorant la polémique née de la présence en compétition de deux films Netflix ("Okja" de Bong Joon-ho et "The Meyerowitz Stories" de Noah Baumbach), les cinéastes de l'ARP rappellent leur attachement à la diffusion de leurs oeuvres en salles et apportent leur soutien aux deux cinéastes.
Face au tollé suscité, le Festival de Cannes a annoncé mercredi un changement de son règlement: à partir de 2018, tous les films en compétition devront être distribués dans les salles françaises.

Un engagement qu'a refusé de prendre Netflix, car cela l'aurait contraint à attendre trois ans avant de diffuser les deux films sur sa plateforme française.
Reed Hastings, le patron de Netflix, a réagi sur son compte Facebook en s'en prenant à "l'ordre établi (qui) serre les rangs contre nous".

Il vise "les exploitants qui veulent nous empêcher d'être en compétition à Cannes".

.


François Ozon, Michel Hazanavicius, Michael... par morandini

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de KenShiro
13/mai/2017 - 22h10

Que cette loi est en décalage complet avec la modernité. Je comprend pas l'intérêt ?

 

Ce sont des dinosaures qui ne comprennent rien au monde dans lequel ils vivent, ils s'accrochent à des règles dépassées, ne comprenant même pas que ce genre de platforme comme Netflix ne peut que faire du bien au cinéma, aux series et a la création en général.  Que le stream locatif de films en salles est même l'avenir et une mane financière de plus. smiley

 

Et après cela vient se pleindre du telechargement illégale... smiley

Portrait de le sheriff
13/mai/2017 - 21h08

N'en déplaise ... je suis pour la diffusion direct via NetFlix. Les producteurs n'ont qu'à s'adapter après tout.

Les plus vus