02/12 07:03

Que pense la presse ce matin de la décision de François Hollande de ne pas se représenter à la Présidentielle ?

La décision jeudi de François Hollande de renoncer à briguer sa succession à l?Élysée est un "geste de courage et de lucidité", estime la presse vendredi, pour qui cette décision "rebat les cartes" à gauche, en vue de l'élection présidentielle de 2017.

"Respectable. Rares sont les hommes politiques suffisamment lucides pour s?écarter volontairement du pouvoir au nom d?un intérêt plus grand, d?une solidarité nécessaire", relève Laurent Joffrin, dans Libération.

"On retiendra l?élégance du geste", ajoute-t-il. Et le "courage", souligne Guillaume Goubert, de La Croix.

Pour lui, "en agissant ainsi, François Hollande rehausse la dignité de l'action publique" et "cela inspire le respect".

"François Hollande a fait preuve de lucidité, d?un courage.

Le renoncement dans la dignité", écrit Michel Urvoy, dans Ouest-France. "Il fait le sacrifice d'une ultime ambition présidentielle pour sortir avec dignité", note Sébastien Lacroix, pour L'Union/L'Ardennais.

Hubert Coudurier, dans Le Télégramme, voit : "un certain panache à ne pas s'accrocher au pouvoir jusqu'au bout au nom de l'intérêt général".

Pour Jean-Claude Souléry, de la Dépêche du Midi, la décision "témoigne d'une lucidité, rare par les temps qui courent". "Lucidité et courage" sont deux mots repris également par Jean Levallois, de la Presse de la Manche.

Une "lucidité" qui "mérite le respect", assure Bernard Maillard du Républicain Lorrain.

"Un triste épilogue d?un quinquennat nul et non avenu. Une fois encore, il ne décide rien: il s?incline. Il quitte la scène", s'indigne pour sa part, Alexis Brézet dans Le Figaro.

Une décision certes lucide mais forcée notamment par l'impopularité du chef de l'Etat qui allait "au-devant d'une humiliation électorale", soulignent aussi les éditorialistes. Une décision enfin qui pour eux "rebat les cartes", à gauche à moins de deux mois de la primaire.

"Les cartes sont désormais rebattues", annonce Daniel Muraz, du Courrier Picard.

"Le bal des prétendants est ouvert", ironise Jean-François Laville, de l'Est Eclair. Plus sérieusement, Michel Urvoy (Ouest-France) assure que : "cette décision va avoir un impact considérable" à gauche. Pour Nicolas Chapuis, dans Le Monde, ce choix : "ouvre une grande période d?incertitude à gauche, où le Premier ministre Manuel Valls est pressenti pour prendre la relève".

Le Premier ministre "a gagné.

Il a forcé François Hollande à admettre qu'une nouvelle candidature serait contraire à l'intérêt de la gauche", analyse Cécile Cornudet, des Echos.

Et dès lors, Manuel Valls endosse "aujourd'hui le costume du candidat de recours", pour Hervé Favre, de La Voix du Nord.

Il "aura la lourde de mener la mission quasi-impossible du rassemblement du PS et de la gauche" rappelle Dominique Garraud, de la Charente Libre. "François Hollande se sacrifie pour sauver la gauche.

Saura-t-elle relever le défi de cet héritage ? Pas certain quand on recense tous les amateurs déjà alignés sur la grille de départ", écrit en guise de conclusion Alain Dusart, de l'Est Républicain.


François Hollande annonce qu'il renonce à un... par morandini

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Koro
17/décembre/2016 - 00h01
fleurdesel a écrit :

La Presse n'aura plus son rond de serviette à l'Elysée ! :((

On est bien triste
Portrait de Koro
17/décembre/2016 - 00h01
tobian a écrit :

Le courage? Quel courage? ah oui, courage, fuyons...

La fuite est bien meilleur pour certaines personnes
Portrait de Koro
17/décembre/2016 - 00h01
Une belle tête de vainqueur
Portrait de tobian
2/décembre/2016 - 19h22

Le courage? Quel courage? ah oui, courage, fuyons...

Portrait de fleurdesel
2/décembre/2016 - 13h30

La Presse n'aura plus son rond de serviette à l'Elysée ! smiley

Portrait de bulles2savons
2/décembre/2016 - 09h59

C'est tout  à fait clair qu'il ne serait pas repasser  en 2017 il a bien eu raison de se retirer... on verra les autres à l'oeuvre et on se donne rendez-vous dans 1 an..

Portrait de wicket
2/décembre/2016 - 09h53

... et le pire : un chômeur de plus = le coiffeur !!!

Portrait de Lenzo1
2/décembre/2016 - 09h43 - depuis l'application mobile
alekine1 a écrit :

Moi aussi je veux être courageux avec 10000€ de retraite, un bureau et des assistants gratis.

Sinon abandonner le pédalos qui coule n'est pas courageux pour un capitaine.

Rien de surprenant et tout à fait prévisible.
Il a donc choisi l'humiliation la plus supportable......

Bah lui il va continuer a bénéficier des avantages dût aux anciens présidents et d' une retraite conséquente...les classes moyennes sont saignées et lui il rejoint sa petite vie bourgeoise Son bonheur est à Tulles avec 10000€ par mois!...Les sans-dents s'en rappèleront !!!!!

Il avait été élu uniquement grâce à l'anti-sarkozysme des Français.
Quand il a compris que son meilleur ennemi ne serait pas candidat à la présidentielle il a su qu'il lui fallait lui aussi partir.Il avait été élu uniquement grâce à l'anti-sarkozysme des Français.
le costume de Président fut bien trop grand pour lui et Ici s'arrête la carrière du petit "président" normal !

Portrait de alekine1
2/décembre/2016 - 08h13

Moi aussi je veux être courageux avec 10000€ de retraite, un bureau et des assistants gratis.

Sinon abandonner le pédalos qui coule n'est pas courageux pour un capitaine.

Portrait de Lenzo1
2/décembre/2016 - 08h03 - depuis l'application mobile

Rien de courageux dans la décision de Mr Hollande. Son renoncement était inéluctable . impossible de se lancer directement aux présidentielles sans courir à un échec cuisant, impossible de se lancer aux primaires socialistes sans prendre une déculottée . Seule voie possible son renoncement qui est un aveu d'échec mais lui permet de rester un peu digne ce qu'il n'a pas réussi à être pendant son mandat.

Portrait de Lenzo1
2/décembre/2016 - 08h03 - depuis l'application mobile

Il s'en va, et trouve le moyen de se satisfaire de son bilan.!!!! Pffff

Portrait de Fakrys
2/décembre/2016 - 07h08

c'était si évident: jamais il n'aurait laissé le PS donner son accord à une primaire s'il se représentait, le candidat sortant étant le candidat naturel!

et personne n'a compris ça... y compris ceux se présentant soi disant contre lui ou ils faisaient semblant de ne pas avoir compris? cela m'étonnerait: les journalistes n'ont absolument rien deviné: zéro logique.

Les plus vus