27/07/2016 15:34

L'AFP se fait piéger sur Twitter par la fausse famille d'une personne prétendument décédée dans l'attentat de Nice

L'Agence France-Presse a été victime d'un faux concernant une personne prétendument décédée dans l'attentat de Nice.

Juste après la tuerie, l'Agence a décidé, comme elle l'avait fait après les attaques du 13 novembre, d'élaborer des mini-portraits des victimes.

Elle a pour cela entamé un patient travail de recensement, via les autorités locales, les médias et les réseaux sociaux, afin de pouvoir contacter les familles et les proches des personnes décédées dans l'attentat.

C'est ce qui a été fait pour Timothé Fournier, présenté sur Twitter comme un jeune buraliste parisien mort en protégeant sa femme, histoire relatée par l'AFP le 15 juillet:

"Mais quelques minutes après la fin du feu d'artifice, peu avant 23 heures, un camion fou déboule à toute allure, fauchant tout sur son passage.

Pour protéger sa compagne enceinte de sept mois, Timothé, dans un ultime geste héroïque, la pousse sur le côté.

Le camion arrive quelques secondes plus tard et le percute mortellement.

«C'était une crème de bonté, un jeune homme rêveur mais qui était toujours là pour sa femme et son futur enfant», se souvient l’une de ses cousines dans l’AFP.

Le réflexe de ce buraliste parisien de 27 ans a touché de nombreux anonymes, qui, sur Twitter notamment, ont voulu lui rendre hommage. "

Mais les journalistes de l'Agence n'ont ensuite pas retrouvé trace de Timothé Fournier.

Son nom ne figurait pas sur la liste des 84 victimes de l'attentat publiée le 21 juillet par la mairie de Nice.

L'Agence a aussitôt corrigé sa dépêche. L'AFP pense avoir été victime d'un faux, de la part d'une personne qui s'est fait passer pour la cousine de cette supposée victime en donnant un luxe de détails qui ont induit le journaliste en erreur.

Cette personne n'a plus répondu aux multiples sollicitations de l'AFP et a fermé le compte twitter via lequel l'Agence avait été en contact avec elle.

"Notre journaliste, par un excès de délicatesse et d'empathie vis-à-vis des victimes de l'attentat, n'a pas procédé à suffisamment de recoupements et de vérifications.

C'est très regrettable et dommageable pour l'Agence et pour ses clients qui ont repris l'information.

Mais nous avons été victimes d'un acte malveillant", a commenté la directrice de l'Information, Michèle Léridon.

"Nous avons rappelé avec fermeté à la rédaction nos règles sur les sources et l'utilisation des réseaux sociaux.

Plus la pression médiatique et émotive est forte, plus nous devons nous tenir à ces règles", a-t-elle ajouté.

.


Regardez la minute de silence qui s'est... by morandini

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Eclipse
28/juillet/2016 - 06h01
D'un côté faire confiance à twitter smiley
Portrait de BUCK JOHN
27/juillet/2016 - 23h27

Etre plus rapide sans verifier la source , l'AFP n'a pas de chance avec les morts . Martin Bouygues  puis ce buraliste inconnu au bataillon et dire que l'Etat paye des millions d'Euros à cette agence dans le cadre d'une mission d'intérêt général. 

Si j'étais Ministre du Budget, je réduirai le montant de la facture car il s'agit de notre pognon . 

Portrait de leaven83
27/juillet/2016 - 19h36

Notre journaliste, par un excès de délicatesse et d'empathie vis-à-vis des victimes de l'attentat ...

 

PARDON ???? Bande d'hypocrites. 

Portrait de greeneyestls
27/juillet/2016 - 15h52 - depuis l'application mobile

Quelle manque de respect pour les "vraies" victimes! C'est abjecte de mentir ainsi et dans quel interet en plus? Avois un petit moment de mise en lumière c'est ca?
Quelle société de merde.
Mais qu'on retrouve cette personne et qu'elle soit severement condamnée et que son nom soit largement diffusée comme ca elle l'aura son moment de gloire et je l'espere toute la honte qui va avec

Les plus vus