16/01/2016 12:06

Le projet de chaîne publique d'info n'a pas convaincu les syndicats de France Télé, qui s'inquiètent de son modèle économique

Le projet de chaîne publique d'info n'a pas convaincu les syndicats de France Télévisions vendredi, qui s'inquiètent notamment de son modèle économique, alors que la direction du groupe vise une diffusion dès la rentrée de septembre sur internet et les box TV, avant la TNT gratuite.

"On ne peut raisonnablement construire un projet de qualité en utilisant les recettes du low cost", a déploré la CGT, syndicat majoritaire, soulignant "l'insuffisance du budget".

Selon le syndicat, le budget prévu est de 18 millions d'euros en année pleine, qu'il compare à 55 millions d'euros chez BFMTV et 40 millions chez iTélé. Pour le démarrage en 2016, France Télévisions a dégagé un budget symbolique de 6 millions d'euros.

"Si on desserrait l'étau des recettes publicitaires, le projet de chaîne d'info respirerait d'une manière différente", estime Marc Chauvelot, secrétaire général du SNRT-CGT, fustigeant la suppression de la publicité dans les programmes pour enfants votée par les députés la veille. Même réserve du côté du SNJ.

"Sur le fond comme sur la forme ce chantier est mal parti", a déploré le syndicat dans un communiqué. FO s'est montré plus positif: "On est enthousiastes. C'est un projet innovant, jeune et moderne", s'est réjouit Eric Vial, délégué central FO, soulignant toutefois que son syndicat resterait attentif à l'organisation du travail et à l'inclusion des réseaux régionaux de France 3 et d'Outremer.

Les contours de la nouvelle offre d'info, chantier phare de la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte, se sont précisés ces dernières semaines: quasiment pas de coût supplémentaire, des postes créés surtout par redéploiement interne à France Télévisions et Radio France, utilisation ou rediffusion d'images de France 2 et France 3, des flashes réalisés par France Info, l'antenne qui bascule sur France 24 la nuit.

Les grandes lignes du projet, présenté pour la première fois aux syndicats en comité central d'entreprise (CCE), prévoient notamment un effectif de 167 personnes (104 journalistes et 63 techniciens).

Il n'a encore ni nom, ni patron, même si le numéro deux de l'information de France Télévisions, Germain Dagognet, pilote le projet.

Si la chaîne d'info était initialement prévue pour n'être que numérique, l'hypothèse d'une diffusion sur la TNT gratuite, soutenue à la fois par le président de Radio France Mathieu Gallet et par Delphine Ernotte, semble devenue incontournable. Même si ses modalités restent incertaines.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Caramella
23/janvier/2016 - 06h12
moijoe35 a écrit :

Avec l'argent du contribuable c'est toujours plus facile !

+5
Portrait de Caramella
23/janvier/2016 - 06h12
C'est du grand n'importe quoi
Portrait de Pinp
16/janvier/2016 - 13h03

La CGT a encore brillé dans cette histoire. L'économie et elle ça fait 2. Il suffit de voir les entreprises après leurs interventions. Bref! Elle compare le budget de la chaine info avec BFMTV. (2 modèles économiques différents). BFMTV compte sur sa propre rédaction, ce qui fait une sacrée masse salariale. La nouvelle chaine Info s'appuiera sur les différentes rédactions du groupe France Télé et il y en a du monde. Jusqu'à preuve du contraire, la synergie va permettre de dépenser moins d'argent. Le personnel travaillera peut-être un peu plus à cause de la multiplication des journaux.

La pub n'a rien à voir. Jusqu'à présent la régie Pub de France 2 ne profite pas à France 3. Ce sera la même chose pour la chaine Info. J'imagine que la Pub engrangée sur ce réseau n'ira pas ailleurs. FO l'a très bien compris. 

Je dirais que le modèle économique se rapproche plus de LCI (dont je ne connais pas le budget).

Les plus vus

Ailleurs sur le web