31/05/2015 19:13

La mineure impliquée dans l'affaire Jean-Luc Lahaye parle pour la première fois: "C'est sérieux entre nous !"

Le 18 mai dernier, le tribunal correctionnel de Paris condamnait Jean-Luc Lahaye à un an de prison avec sursis pour corruption de mineure.

Cette semaine, Closer a rencontré l'adolescente qui est au coeur de l'affaire.

Âgée de 17 ans, Marie (le prénom a été changé par l'hebdomadaire) a accepté de s'exprimer dix jours après le verdict de la justice.

"Tout le monde doit savoir que c'est sérieux entre nous, et que personne n'a manipulé personne.

Beaucoup de gens s'expriment à ma place, alors qu'ils ne me connaissent même pas.

De quel droit ? Nos informations personnelles sont dévoilées, notre vie privée dépouillée.

Mes parents et mon frère aîné n'en peuvent plus.

Mes parents, je le rappelle, n'ont pas porté plainte contre Jean-Luc. Moi non plus"

Et d'ajouter ne pas comprendre la décision de la justice :

"J'ai aujourd'hui 17 ans et demi, bientôt 18 donc.

Je suis assez grande pour savoir si j'ai été corrompue ou non - ce que je n'ai jamais été".

"Il ne s'intéressait pas à moi, peut-être parce qu'il me percevait comme trop jeune.

D'ailleurs, il m'a demandé ma date de naissance, que je lui ai précisée.

C'est à partir de ce moment-là que je me suis inventée de faux profils, et dis que j'avais 18 ans", indique l'adolescente qui ne se sent "pas du tout" fautive.

A la question de savoir si cet amour est à sens unique, la jeune femme répond : "Il pourra vous confirmer que non. Notre complicité est réciproque".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Enchantée
1/juin/2015 - 09h12 - depuis l'application mobile
Cocotte En Papier a écrit :

J'ai du mal à déterminer la motivation de votre argumentaire... Vous vous interrogez sur un éventuel abus de faiblesse? Oui, à 17 ans et devant l'expérience, le pouvoir de persuasion d'un homme de cet âge on est faible. Et oui la parole du mineur est bien trop souvent prise avec un excès de considération de nos jours, à l'âge où il serait bon que ce soit plutôt leurs "encadrants" qui se fassent entendre et respecter. Elle mérite une bonne claque dans la gueule et une remise en place avec mise au point de ce que sont les priorités d'une gamine de 17ans... Mais pour ça il faudrait qu'elle ait des parents qui fassent le boulot, grosse faiblesse de notre société actuelle. Pour conclure et malgré ce qu'il claironne, c'est histoire est bien moralement répréhensible: Quelques mois de taule lui ferait le plus grand bien!

Tout à fait d'accord!!!

Portrait de RogerMeneur
1/juin/2015 - 08h29
Cocotte En Papier a écrit :

J'ai du mal à déterminer la motivation de votre argumentaire... Vous vous interrogez sur un éventuel abus de faiblesse? Oui, à 17 ans et devant l'expérience, le pouvoir de persuasion d'un homme de cet âge on est faible. Et oui la parole du mineur est bien trop souvent prise avec un excès de considération de nos jours, à l'âge où il serait bon que ce soit plutôt leurs "encadrants" qui se fassent entendre et respecter. Elle mérite une bonne claque dans la gueule et une remise en place avec mise au point de ce que sont les priorités d'une gamine de 17ans... Mais pour ça il faudrait qu'elle ait des parents qui fassent le boulot, grosse faiblesse de notre société actuelle. Pour conclure et malgré ce qu'il claironne, c'est histoire est bien moralement répréhensible: Quelques mois de taule lui ferait le plus grand bien!

 Je ne m'interroge sur rien, je constate juste les aberrations de notre société qui de plus en plus depuis des années n'a eu cesse de donner la parole et des "pouvoirs" au mineur et à l'enfant!! Mais quand  cette parole n'est pas ce que l'on veut entendre on ne l'écoute pas!  Le tort  est de croire que l'on est  forcément par miracle adulte et mature le jour de ses dix-huit ans, et que jusque là on serait un pauvre enfant sans défense! C'est loin d'être aussi simple!

Portrait de xav2944
1/juin/2015 - 05h17

bonjour, vous pourrez peut-etre me confirmer ou non?:

 

J'ai étudie que la pré-adoslescence allait de 11 à 14 ans et l'adolescence 14 à 17 ans, sachant que la majorité séxuelle est fixee à 15 ans  "ref: Adjoint Territorial d'Animation de 1ere classe"

Nou savons que sur ces périodes là l'adolescent même majeur séxuel est en recherche sur lui même et aussi en confrontation avec ses parents afin de trouver sa personnalité.  On sait que le complexe d'oedipe (l'attirance pour le séxuelle de son parent opposé à son propre sexe) est général en décln à partir des 6 11 ans ( même références).

 

Peut-on imaginer qu'une adolescent puisse continuer à avoir ce cmplexe quelques années plus tard? en essayer de sublimer une relation avec un adulte? ce qui pourrait etre le cas ici malheureusement

Portrait de fonck
31/mai/2015 - 22h17
rosy a écrit :

Alors pourquoi un procès et une condamnation ? il y a quelque chose qui ne tourne pas pas rond dans la justice Française !

Parce que ça s'appelle de la corruption de mineur de moins de 15 ans (âge au moment des faits). Si il y'a un meurtre et que personne porte plainte c'est la même chose. 

Portrait de Βutters
31/mai/2015 - 21h57

#FreeJLL

Portrait de Pierre Râle
31/mai/2015 - 20h41

C'est tous les deux des êtres immatures,l'un pense être jeune et l'autre assez vieille,cela équilibre le problème !

Portrait de RogerMeneur
31/mai/2015 - 19h49
philou.02 a écrit :

Ambiguë et malsaine cette relation ... 

Malsaine en fonction de notre société actuelle comme pouvait l'être une relation homosexuelle par exemple il n'y a pas si longtemps que ça! Les "Lolita" ce n'est pas nouveau!

Ce qui est malsain c'est l'abus de faiblesse Est ce que la faiblesse est une question d'âge?

Assez marrant que notre société ne semble écouter la parole du mineur uniquement quand ça l'arrange!

 

Portrait de Swissmen
31/mai/2015 - 19h45 - depuis l'application mobile

Oui oui c'est sérieux cette relation l'étudiante et le retraité... Une vrai tête à claque ce chanteur fini...

Les plus vus