22/05/2015 16:13

Bruno Le Maire et Najat Vallaud-Belkacem s'accusent mutuellement d'avoir "saccagé" l'éducation nationale

Bruno Le Maire et Najat Vallaud-Belkacem se sont accusés mutuellement d'avoir "saccagé" l'éducation nationale, jeudi lors d'un débat sur la réforme du collège, au cours duquel le député UMP et la ministre PS ont campé sans surprise sur leurs positions.

M. Le Maire, invité à s'exprimer le premier par tirage au sort lors de ce débat d'une heure sur Europe1 et iTELE, a regretté que la confrontation se tienne au lendemain de la publication au Journal officiel du décret sur la réforme.

"Cette réforme se prépare depuis longtemps, elle est prévue dans la loi de refondation sur l'école adoptée il y a vingt-deux mois. Ce décret est bien tardif", a répondu la ministre de l'Education nationale.

"Je suis convaincu que cette réforme du collège va entraîner plus d’inégalités et plus d'injustice en France", a répliqué M. Le Maire, répétant que la droite supprimerait cette réforme si elle gagnait en 2017.

"Votre idéal de société, c'est un collège qui ne soit pas accessible à tous les enfants", lui a rétorqué Mme Vallaud-Belkacem, lui reprochant de promouvoir "un collège à deux vitesses", avec une "sélection" des enfants dès 11 ans.

Le dialogue a été courtois entre ces deux personnalités politiques, toutefois marqué par un vif échange, quand ils se sont mutuellement accusés d'avoir "saccagé" l'école.

A la ministre qui venait de reprocher à la droite d'avoir "saccagé l'éducation nationale - pour employer un terme parfaitement approprié", a-t-elle insisté, le député UMP a répliqué: "Vous aussi, vous l'avez saccagée, vous avez supprimé les bourses au mérite, les internats d'excellence".

Mme Vallaud-Belkacem, qui dénonce régulièrement la suppression par la droite de la formation initiale des enseignants, a également reproché à son adversaire la réduction du nombre d'heures de cours en primaire lors du passage à la semaine de quatre jours.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Dubitatif
23/mai/2015 - 10h00

D’un âne, on ne fera jamais un cheval !

La création du collège unique a été une ineptie, un nivellement voulu vers le bas. Autrefois, les moins doués ou les moins motivés suivaient, après le primaire, une voie courte (certificat d’études, puis apprentissage qui leur donnait un métier), ne grevant pas, comme aujourd’hui, par leur indiscipline ou leur chahut, la vie scolaire des élèves studieux.

Cette réforme, sous couvert d’égalitarisme, n’a eu aucun résultat positif, puisqu’il y a de plus en plus d’élèves qui sortent de la classe de troisième, sans diplôme, voire même analphabètes.

Mais je ne me fais pas de soucis pour autant : les meilleurs s’en sortent toujours, qu’importe la volonté égalitaire d’un pouvoir de gauche. Le milieu familial (par ses moyens intellectuels et financiers) compense souvent les carences de l’Education nationale.

Najat, tu t’escrimes pour rien !

Portrait de tictactoc
22/mai/2015 - 23h39 - depuis l'application mobile

Avec un nom comme ça c est sur, c'est plus prudent d être ministre de l education "nationale" que pilote d'avion :-) :-) :-)

Portrait de garlaban
22/mai/2015 - 21h48

 "Vous aussi, vous l'avez saccagée , donc elle reconnait sa part dans le saccage de l'éducation nationale.

Portrait de xenox28
22/mai/2015 - 20h48 - depuis l'application mobile

Moi je préfère parler arabe que latin une langue morte qui m'aidera jamais au boulot
Aller salut les gros con

Portrait de bibi94
22/mai/2015 - 17h26 - depuis l'application mobile
bubu3592 a écrit :

Quelle profession à 16 semaines de congés payés par an  ? 

Fréquentez des profs, notamment de français, et vous verrez qu'entre le rapport salaire/niveau d études et 18h de présence/heures de travail réelles, on est loin du terme nantis employé par Sarkozy. D'ailleurs sachez que les profs n en peuvent plus, notamment parce que eux ne passent pas le tiers de la journée à la machine à café, d être déconsidérés ainsi. L éducation nationale recrute : profitez en si c est si intéressant ? Vous verrez, les enfants sont formidables comme disait l'autre...

Portrait de Isaduci
22/mai/2015 - 16h43

débat courtois !!!! ah non alors c'était insupportable, ils ne se sont pas laissés parler, c'était juste insupportable

Portrait de brems
22/mai/2015 - 16h36

elle marche vraiment a cote de ses pompes. niveler vers le bas c est mettre tout le monde au meme niveau mais pas le meilleur... c est un massacre surtout pour les enfants qui reussissaient a sortir la tete de l eau. Permettre aux plus faibles d etudier dans de meilleurs conditions avec un effectif reduit et permettre aux meilleurs d etudier dans de bonnes conditions sans bruit avec des eleves ayant le meme profil c est plus confortable pour tout le monde !

Portrait de wamport
22/mai/2015 - 16h28

Tous les enseignants qui connaissent bien leur métier savent que cette réforme sera une catastrophe pour le niveau des élèves et dans sa mise en application qui conduira à un enseignement au rabais. Seuls les "riches" pourront prendre en charge leurs enfants via le privé et des enseignements parallèles. Bravo madame la ministre, vous avez montré que vous pouviez faire pire que tous les autres ministres de l'éducation.

Les plus vus