20/05/2015 10:31

Nouvelle présidente à France Télé: La CFDT-Médias dénonce une "république bananière"

La CFDT-Médias de France Télévisions a adressé un courrier au président de la République afin de "l'interpeller sur l'audiovisuel public, sa gouvernance et sa régulation qui defraient la chronique depuis plusieurs mois maintenant".

Le syndicat est revenu sur la nomination de Delphine Ernotte, la nouvelle présidente du groupe public, par le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

"Les récentes révélations de Médiapart ne font que coucher sur le papier les éléments qui reviennent à nous depuis plusieurs semaines et qui dépeignent au CSA, un fonctionnement digne des meilleures républiques bananières", explique la CFDT-Médias.

Et d'ajouter : "Tant de dysfonctionnement ne peuvent, selon nous, relever du hasard, pas plus que la loi des séries ; mais bien d'un manque de compétence, de transparence, d'éthique, de morale, en somme de sérieux et de respect dans la conduite de la chose publique".

Au cours de leur lettre, les "militants, élus, représentants syndicaux CFDT-Médias France Télévisions" soulignent de nombreux faits qui "relèvent d'une forme de dérive dans la gouvernance et le contrôle de sociétés, dont la mission est de servir le public et dont l'état, seul actionnaire, en est le garant".

La CFDT-Médias revient également sur l'élection de la nouvelle présidente de France Télévisions.

"L’élection de Delphine Ernotte Cunci ; car les éléments qui filtrent à l’issue de cette séquence, dessinent un simulacre de concours. Un mauvais Vaudeville écrit à la lueur des chandelles, répété en coulisse et qui devait se jouer sans public", écrit le syndicat.

Et d'ajouter : "Voilà donc, Monsieur le Président de la République, dans quel état est l’audiovisuel public aujourd’hui. Copinage, opacité, intrigues, groupes de pression. Triste bilan dont vous avez certes hérité en partie mais que votre bras armé s’est montré impuissant à corriger. Cependant nous ne sommes pas naïfs, tout ceci n’est pas sans finalité. Car dans une période économique tendue, les 2,8 M€ de FTV, ne laissent pas indifférents. Et votre ennemie « la finance », n’est peut-être pas loin".

"De Radio France à l’INA, en passant par France Télévisions, nous n’arrivons pas à distinguer où et comment se déploie, la présidence exemplaire que nous avons- soyons francs - très largement appelée de nos voeux, naguère. Vous avez déjà  démontré que vous étiez capable de changer de cap, de premier ministre, de méthode. Les salariés de note entreprise, certains dans des situations fragiles, attendaient un débat d’un autre niveau. En fait nous attendions un débat", conclut la CFDT-Médias dans sa lettre au président de la République.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de titi46
20/mai/2015 - 18h33 - depuis l'application mobile

Ils ont raisons

Les plus vus