20/05/2015 18:29

Etats-Unis: Six Chinois inculpés pour espionnage dans la téléphonie mobile

Six Chinois, dont plusieurs professeurs d’université, ont été inculpés pour espionnage économique et vol de secrets commerciaux dans la téléphonie mobile aux Etats-Unis au bénéfice du régime de Pékin.

Les six hommes, dont trois universitaires en Chine, sont accusés d’avoir dérobé des technologies notables d’Avago Technologies et de Skyworks Solutions, deux entreprises américaines de semi-conducteurs, selon l’acte d’inculpation communiqué mardi par le ministère américain de la Justice.

L’un des professeurs, Hao Zhang, a été arrêté samedi à son arrivée aux Etats-Unis, à l’aéroport de Los Angeles, et a été écroué lundi après une première comparution devant une juge de Californie.

Les cinq autres, placés sous mandat d’arrêt international, se trouveraient toujours en Chine, selon un porte-parole du ministère de la Justice.

Il s’agit de la 11e affaire d’espionnage économique instruite par la justice américaine depuis l’adoption en 1996 d’une loi punissant cette infraction, a précisé ce responsable.

«Cette affaire démontre à quel point les Etats-Unis s’engagent à protéger du vol les secrets commerciaux des entreprises américaines et leurs informations brevetées», a déclaré à la presse le porte-parole du département d’Etat Jeffrey Rathke. «L’espionnage économique est quelque chose que nous prenons très au sérieux», a-t-il souligné.

L’objectif de ce complot, qui remonterait à 2006, était de voler les secrets commerciaux d’Avago, basée en Californie (ouest), et de Skyworks, basée dans le Massachusetts (nord-est), en particulier leurs technologies dites FBAR utilisées dans les téléphones portables pour filtrer les signaux et accroître leur performance.

Cette opération était organisée sous la supervision de responsables de la Tianjin University, une des universités clés du ministère chinois de l’Education, via une entreprise écran dans les Îles Caïmans, pour le compte d’une structure en Chine, ROFS Microsystems, qui devait fabriquer ces technologies.

Le but était de «déplacer Avago en Chine», selon les mots de l’un des accusés reproduits dans l’acte d’inculpation.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus